Il était une fois la voiture électrique

mercredi 06 mai 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

voiture-electrique-jamais-contente.jpg"La voiture électrique, c’est la voiture du futur", disent nombre de politiques et de constructeurs. Un discours d'apparence moderne. En fait, la première voiture électrique date de 1894 et depuis, les inventeurs et prosélytes de tout poil n'en démordent pas : la voiture électrique, c'est le futur ! Voici donc le futur vu du passé grâce aux documents d'archives de l'Institut National de l'Audiovisuel.

Saviez-vous que la voiture électrique fit son apparition en même temps que l’automobile ? C’est en effet en 1894 que la Jeanteau, la première voiture électrique, fit son apparition. Des modèles spéciaux furent crées pour le Grand Duc Nicolas de Russie ; un modèle de luxe, la Krieger, fut également la première traction avant de l’histoire de l’automobile ; il y eut aussi des modèles utilitaires et même des voitures-écoles électriques.

Important : Depuis la publication de cet article, certaines des vidéos de l'INA citées, et représentées ici par des vignettes, ne sont plus accessibles au public ou ont vu leurs liens pointer vers une autre présentation de l'histoire.

1899 - 1975 : De la Jamais contente à  la pile à combustible

voiture-electrique-jamais-contente.jpgPour commencer votre exploration guidée des archives de l'INA,  voici une petite merveille :  Il s'agit d'un documentaire titré "A quand la voiture électrique" diffusé sur l'ORTF le 26 avril 1968. Cliquez sur l'une des deux vignettes ci-dessous pour voir la vidéo sur le site de l'INA. En voici le résumé.

A la fin du XIXème siècle, la course automobile s’empara des autos électriques. La premier record de vitesse fut battu sur une Jeanteau électrique en 1894 (62,23 km/h). En 1899, le Belge Camille Jenatzy, bat le record du monde de vitesse au volant de "La Jamais contente" (photo ci-dessus Wikipedia Commons). Il atteint 105 km/h avec des accumulateurs Fulmen.

oeuf-electrique de paul ArzensVers les années 1905, les essais sur les voitures électriques s’arrêtèrent. Interrogé à ce propos, un interlocuteur anonyme explique : "C’était pas viril. Le possesseur d’une voiture en 1900 c’est le même que celui qui aujourd’hui à une Maserati, une Ferrari ou une Lamborghini. […] Une voiture électrique c’était silencieux, c’était tranquille, alors qu’une voiture à essence ça faisait du bruit, ça puait. Le mâle mettait en route à la manivelle." 

En 1940, avec la Seconde guerre mondiale et la pénurie d’essence, les voitures électriques refirent leur apparition. 1942 : mise en circulation de l’œuf électrique de Paul Arzens, père des locomotrices BB et CC de la SNCF. L'oeuf électrique est un tricycle de petite taille à roue arrière unique destiné à la ville. En vignette ci-dessus.

voiture-electrique-gregoire-750-kilos-batteries.jpgL’ingénieur Grégoire (ci-contre) fabrique lui des véhicules de record : 450 kilos de poids à vide et 750 kilos de poids d’accumulateurs. La performance de l’époque : Paris-Tours d’une traite, soit 250 kilomètres à 44 km/h de moyenne.

Après la guerre, la traction électrique est abandonnée sauf en Grande Bretagne où roulent 55 000 véhicules électriques principalement pour les services domestiques (poste, livraisons,… ) En France, la traction électrique en France se limite quasiment aux autocars pour le transport de voyageurs dans les aéroports parisiens.

voiture électrique ford comutaEn 1967 c'est la Ford Comuta (ci-contre photo d'archive Ford)  qui fait la vedette. Ses caractéristiques : 2,2 mètres de longueur, 4 places assises, vitesse moyenne 60 km/h ; autonomie : 100 km.

Enfin, au moment de la réalisation de ce premier document, en 1968 donc, il est question de l'adaptation de la pile à combustible à l'automobile avec la présentation d'un prototype (probablement développé par Alsthom.) Le poids d'une pile à combustible pour un moteur de 30CV est estimé à l'époque à 40 à 50 kg et il est considéré que des véhicules commerciaux doté d'une pile au méthanol pourraient être vendus dès 1975.

1978 - XP 512E de General Motors

voiture-electrique-xp572e-general-motors.jpgAu JT de 20 heures sur TF1, le 13 mai 1978, présentation inédite de la voiture électrique XP 512E de General Motors. - Cliquez sur la vignette pour voir la vidéo sur le site de l'INA.

"Face à l’augmentation croissante du prix de l’essence, la voiture électrique va-t-elle devenir rentable rapidement ?", demande le journaliste. Et de rappeler que les constructeurs automobiles dans le monde travaillent sur cette question depuis 10 ans sans qu’une solution satisfaisante n’apparaissent : les batteries sont trop lourdes, l’autonomie de la voiture limitée…

"Pour la 1ère fois, le premier constructeur américain GM semble prêt à produire en série un modèle complet solide et bon marché: la XP512 E", annonce le journaliste.

Et même une R5 électrique...

voiture-electrique-R5.jpgJT 13H - ORTF - 12/01/1974  - Cliquer sur l'image pour voir la vidéo sur le site de l'INA -

Reportage à l'usine Renault de Lardy, dans le centre de recherche où les ingénieurs travaillent à abaisser le niveau sonore des voitures. La voiture électrique est présentée comme la solution au problème de bruit mais à la encore le problème d’autonomie et de poids des batteries est pointé du doigt.

1992 - La Renault Zoom : 100 km/h en 6 secondes

voiture-electrique-zoom-renault-matra-1.jpgEn 1992 : MIDI 2 consacrait un reportage au prototype de voiture électrique mis au point par Renault et Matra : la Renault "Zoom", présentée cette année là au salon mondial de l’automobile de Paris. Cliquer sur l'image pour voir la vidéo sur le site de l'INA

La Renault Zoom c'est 120 km/h de vitesse de pointe et moins de 6 secondes pour passer de 0  - 100 km/h. Plus insolite : la voiture était même équipée d’un système permettant de la raccourcir afin de se garer plus facilement en ville. "Cette voiture est un avant goût de ce que nous devrions voir d’ici 3 à 4 ans", expliquait alors le journaliste.

1995 - Renault invente l'hybride idéale ; elle ne sera pas commercialisée 

voiture hybride next de renaultEnvoyé spécial consacre un reportage de près de 25 minutes à la "voiture du 3e type" Next de Renault.
"Imaginez une voiture électrique dont l’autonomie serait illimitée, qui ne polluerait pas et qui rechargerait ses batteries en permanence grâce à un moteur thermique consommant les 3 litres au 100. Un rêve, demande le journaliste qui répond « pas vraiment puisque cette voiture existe vraiment même si ça n’est pour le moment qu’un prototype".  Cliquez sur la vignette ci-contre pour voir la vidéo sur le site de L'Ina. On ne voit pas la voiture complètement. Il faut attendre l'année suivante pour la découvrir à la télé ( voir la seconde vidéo ci- dessous).

voiture hybride Next de RenaultFR 3 – 30 janvier 1996 : Renault présente le prototype de sa voiture hybride mi-thermique, mi-électrique, non de code Next, considéré alors comme un avant goût des voitures du futur et préparé dans le plus grand secret. Doté d'un moteur thermique de 750 cm3 à l'avant, alimentant deux moteurs électriques sur les roues arrières. L'objet vraiment novateur pour l'époque, était capable de rouler à 160 km/h et de consommer 3 litres au cent alors que sa taille était celle d'un grosse berline. Les géniaux concepteurs étaient Rémi Deconinck qui deviendra plus tard Directeur général de Renault Sport épaulé par Nelson Casadei. Le design de la voiture est dû à Anne Ascencio qui rejoindra plus tard General Motors.

La suite de l'histoire sur DDmagazine

Tesla arrive en Europe

La moto la plus rapide du monde marche à piles

FCX Clarity : la première voiture à pile à hydrogène par Honda 

Génération hybrides, des voitures moins polluantes

Venturi Eclectic : un peu de soleil et j'avance

Qui conduira le roadster de Tesla en 2009

Une Porsche 911 à moteur électrique

Aptera, une voiture électrique conçue comme un avion

Tesla dévoile sa berline familiale électrique

Smera : une voiture électrique comme un scooter

 

 

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.