Bien manger : à la rencontre des petits producteurs du Morbihan

mercredi 13 janvier 2010 Écrit par  Yves Heuillard

simone sur son tracteur

éleveurs et agriculteurs en harmonie avec leur environnement produisent en toute discrétion, souvent durement, souvent avec passion, le meilleur de notre alimentation. Pour bien manger longtemps il faut aussi les soutenir. Cette fois, destination le Morbihan. [photos Pierre Pelletier] 

Comment mieux valoriser une région que par la promotion des meilleurs produits de son terroir ! Une idée toute simple que le Comité départemental du tourisme du Morbihan vient de mettre en application et qui fait notre bonheur.

Le festin breton

couverture du livre le festin breton.Dans Le festin breton, Nathalie Beauvais met à l’honneur ces artisans du goût qui l’accompagnent, pour certains depuis le début de sa recherche culinaire. Des producteurs locaux passionnés qui donnent le meilleur du terroir.

Le chef du Jardin Gourmand à Lorient dévoile dans son quatrième ouvrage, 61 recettes savoureuses inspirées de ses belles rencontres. 31 euros, distribué par CoopBreizh, nombreuses librairies de Bretagne et sur Internet.

Aux sempiternels circuits historiques et manifestations culturelles, à grand renfort de musées, châteaux, églises, et folklores locaux, se substitue, pour un temps au moins, la mise en avant d'hommes et de femmes en harmonie avec leur environnement, producteurs discrets de fraises, de tomates, de mesclun, de volailles, de cidres... Persuadés qu'une alimentation saine et respectueuse de l'environnement ne peut pas s'affranchir d'un rapport étroit avec les producteurs, nous soutenons volontiers l'opération. Voici donc quelques producteurs du Morbihan, sélectionnés par Nathalie Beauvais (voir ci-contre) pour son propre restaurant à Lorient, et qui nous ramènent à l'essentiel.

Simone Heidrich, maraîchère.
Légumes anciens et pommes de terre oubliés poussent dans son oasis bio

Vitelotte bleue d’Armorique ou bleue d’Auvergne, œil de perdrix, corne de gatte, ratte rose, violine… Simone Heidrich cultive à Le Saint, près de Gourin, jusqu’à vingt variétés de pommes de terre locales ou oubliées. Bleues, rouges… dans ses champs, les papilles sont vite en émoi. Comme devant son mesclun croquant composé de 40 saveurs de salades, de plantes sauvages ou encore de fleurs !

légumes bio, la ferme, tracteur, récolte

Même curiosité dans le carré des tomates avec une trentaine de sortes dont la tomate tigrée jaune ou verte, la tomate jaune de Gourin ou l’étonnante tomate voyageuse : formée d’alvéoles étanches, elle se coupe sans couteau et sans se salir, l’idéal pour pique-niquer. Sans oublier les salsifis noirs, persil ou cerfeuil tubéreux, panais, crosnes, topinambours (cultivé ici depuis 1996), carottes rouges, blanches ou violettes. Pour Simone, le bio est une évidence et le projet de hangar pour proposer cette belle production à la vente sous forme de paniers garnis, est forcément en éco-construction.

Aussi sur DDmagazine

Manger bio, c'est bien. En être sûr c'est mieux

Comment vous assurer que ces légumes sont bio ? 

AB comme Agriculture Biologique : les secrets du label bio

Agriculture bio : la vérité sur la nouvelle réglementation

De nombreux « woofers » du monde entier apprécient l’accueil des lieux et ont mis la main dans la terre juste pour le plaisir de retrouver ces saveurs d’antan. D’origine allemande, Simone a connu de nombreux métiers dont ceux du cirque. Puis est venu l’appel de la Bretagne avec un projet communautaire de céréales bio à pain, mais très vite Simone, au caractère bien trempé, se met à son compte et se lance dès 1997 dans le maraîchage et la pomme de terre bio. Son obsession ? Retrouver ces légumes oubliés et multiplier ainsi les saveurs dans l’assiette. Aujourd’hui, cette irréductible cultive près de 240 variétés sur 2 hectares, dont 500 m2 en tunnel froid. Sans compter ses champs de céréales, les forêts, les friches… sur 10 hectares pour garder un terroir riche et équilibré.

Contact : Simone Heidrich – Le Moulin Coz – 56110 Le Saint – 06 84 37 25 65.
Où trouver ? Biocoop de Lorient, Jardin Gourmand chez Nathalie Beauvais.

Nathalie et Daniel André, producteurs de fraises. Des cirafines sucrées avec une pointe acidulée d’avril à octobre

producteurs de fraises bioEn adéquation avec le sol acide du Morbihan, Nathalie et Daniel André ont choisi de cultiver la cérafine, une variété de fraises juteuse, goûteuse avec une pointe acidulée qui ravit le palais. Sur leur exploitation à Plouay, ils cultivent en bio entre 15 000 et 20 000 plants en plein champ, sous des petits tunnels. Une récolte qui s’étale du 15 avril au 15 octobre pour le bonheur des gourmets de fraises.

Ne subissant aucun traitement, les fraises sont ramassées bien mûres, à la main, et déposées dans des petites barquettes en bois, gage d’une meilleure conservation. Les fraises abîmées sont écartées et durant l’été sont transformées avec quelques framboises en délicieuses glaces à l’italienne, vendues sur la plage du Magouero (Plouhinec) à quelques chanceux en vacances.

Contact : Nathalie et Daniel André – Kermouël à Plouay – 02 97 32 04 20
Où trouver ? : Magasins bio locaux : Les Biocoop (Lorient, Lanester, Pontivy), Ti Bio à Lorient, Macédoine à Lorient et Jardin Gourmand chez Nathalie Beauvais.

Guy et Michel Picarda, éleveurs de volailles fermières. Oies, pintades, poulets, canettes gambadent en plein air à la Margotine

Les deux frères Picarda sont installés depuis 1989 en pleine campagne à Inzinzac-Lochrist. Après avoir élevé des canards gras vendus en coopérative, ils ont décidé de devenir éleveurs de volailles fermières et maîtrisent toutes les étapes de la production à la commercialisation, en passant par l’abattage et la transformation à la ferme et ce, dans les règles de l’art.

volailles fermières, poulets, canards, oies, pintades

A la Margotine, les poussins arrivent à un jour, vivent à leur aise en plein air, sans stress. Nourris avec des aliments sans OGM, fabriqués à la ferme, ils sont abattus à 110 jours (contre 36 à 42 pour le poulet industriel, 81 pour le Bio et Label rouge). Guy et Michel ont choisi des poulets cous nus, race rustique à croissance lente limitant la formation de gras. Si bien que passés à la cocotte, chapons, dindes, poulets, pintades, canettes présentent une chair qui reste à la fois tendre mais ferme, juteuse et savoureuse.

Et comme Guy aime cuisiner, il mijote foie gras mi-cuit, rillettes de poulets aux châtaignes et autres plats en sauce. Aujourd’hui, Michel qui s’occupe plus particulièrement de la commercialisation, privilégie les circuits courts (vente à la ferme, magasins de producteurs, les halles…). Aidés par une petite équipe, le travail des deux frères est très prenant, même si les deux fils de Michel sont souvent par là pour donner un coup de main. Mais le résultat est là : bons poulets, superbes pintades et canards gras...

Contact : Guy et Michel Picarda – Margotine – route de Calan – 56650 Inzinzac-Lochrist – 02 97 33 03 21. Où trouver ? : A la ferme (Bienvenue à la ferme le samedi 16h-18h), Pleine Campagne à Brech, Halles de Merville à Lorient.

Anne et Eugène Le Guerroué, producteurs de cidre. Des pommes triées au verger désormais bio 

cidre bioFils d’agriculteur, Eugène a été embauché à l’Arsenal de Lorient. Mais dix ans plus tard, à la retraite de ses parents, il est retourné à la terre et a rapidement transformé la propriété parentale de polycultures située à Guidel, en vergers de pommiers pour la fabrication du cidre. Aidé de sa femme, qui travaillait dans le secteur du social, ce mordu s’est lancé un nouveau challenge au bout de vingt-cinq ans : passer en bio leurs 8 hectares plantés.

 Il ne restait qu’un petit pas à franchir, les vergers étant déjà enherbés et les traitements pas systématiques. Une conversion rapide pour ces passionnés qui sont avant tout producteurs de pommes et non de simples transformateurs. Au final, jus de pomme, cidre fermier, pommeau et le fameux Royal Guillevic, un crémant de pommes fait à base de 100 % de Guillevic, variété ancienne locale défendue ardemment par Eugène Le Guerroué, d’autres agriculteurs et la Chambre d’Agriculture du Morbihan jusqu’à l’obtention du Label Rouge en 2000. Ce « champagne » breton offre une finesse de bulle, un nez délicat et fruité en bouche, une saveur douce et acidulée.

Pour arriver à une telle qualité, les fruits sont récoltés à maturité, triés au verger, broyés puis transformés en cidre appelé Royal Guillevic. Amoureux de leur terroir, Anne et Eugène accueillent l’été un marché à la ferme : pain, miel, tomates, produits laitiers, volailles, dans le cadre de l’association « Bienvenue à la ferme ».
Contact : Anne et Eugène Le Guerroué – Kermabo – 56520 Guidel – www.cidre-bio-morbihan.com. Où trouver ? : à la ferme (tous les samedis de 10 à 19h, vacances scolaires de 10h à 19h du lundi au samedi, hors saison de 17h à 19h), crêperies locales, superettes locales.

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire samedi 23 juillet 2011 Posté par framboise

    Oui c vrai, cette lecture m'a redonné le moral... moi qui en ais marre de faire mes "minables" courses dans mon supermarché ou malheureusement les légumes sont pitoyablement sans goût, sans vie, j'habite Ploemeur, une ville agréable, mais bon bref...
    Des gens qui ont le goût des bonnes choses, qui croient encore que tout n'est pas perdu, c possible, il faut y croire sinon dur dur...
    Il faut beaucoup de courage pour exister, résister et faire de tel métier, moi je dis chapeau, la personne de Gourin me plait bien, j'espère qu'un jour je pourrais aller lui acheter ses légumes dans son futur "hangar"...

  • Lien vers le commentaire vendredi 15 janvier 2010 Posté par Aurel

    ça fait plaisir de voir des gens impliqués, respectueux et soucieux de leur environnement. ça me donne envie de casser la croûte tout ça ;D
    Si seulement le gouvernement pouvait encourager un peu plus ce type d'agriculture au lieu de financer une PAC coûteuse. Et ça lui permettrait d'arriver dans des rassemblements type Copenhague avec un peu plus de crédibilité!!! Longue vie aux amoureux de la nature 8)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.