Maison passive certifiée Passivhaus en Île-de-France

vendredi 12 mars 2010 Écrit par  Yves Heuillard

Maison passive à Bessancourt (intérieur)

Elle ne consomme que 11 kWh/m² pour le chauffage, elle est certifiée "Maison Passive / Passivhaus", et utilise des matériaux écologiques. Cette maison passive conçue par l'agence d’architecture française Karawitz et réalisée par des entreprises locales est le fruit d’efforts techniques encore trop rares en France. (Photos Karawitz Architecture)

Le label européen "Maison Passive / Passivhaus" est le plus exigeant des labels de construction en matière de performance énergétique : moins de 15 kWh/m².an pour le chauffage et moins de 120 kWh/m².an d'énergie primaire, consommations des appareils ménagers comprises (plus d'explications en fin d'article). Il y aurait une centaine de maisons passives construites ou en cours de construction en France dont une dizaine seulement, selon La Maison Passive, sont certifiées Passivhaus au moment où nous écrivons ces lignes. Celle qui fait l'objet de cet article est située à Bessancourt, en île-de-France. Son concepteur, l'agence Karawitz Architecture, a eu la gentillesse de mettre à notre disposition toutes les informations techniques ainsi que les plans et les photos nécessaires à notre compréhension et à l'illustration.

vues générales : cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Grandes baies vitrées, très grand volume habitable en rez-de-jardin, bardage de bambou, brises-soleil orientables à l'extérieur, toiture solaire, la maison de Bessancourt est à la fois simple, sobre, moderne et belle. Il faut néanmoins un oeil exercé pour voir que les choix techniques, la géométrie, sont aussi guidés par une recherche de performances thermiques exceptionelles en toute saison. Le coût de construction, 1800 €/m², hors taxes, hors honoraires d'architecte, reste raisonnable, eu égard à la qualité de l'ensemble.

Anatomie de la maison passive

Les fondations et la dalle sur vide sanitaire sont les seuls éléments en béton de la maison. La dalle est isolée par le dessus avec 20cm de polystyrène, sur lesquels vient une chappe de béton ciré de 7 cm. Les murs extérieurs des fondations, en contact avec la terre, sont aussi isolés en polystyrène. Au dessus, toute la structure porteuse de la maison naît de l’assemblage de panneaux en bois massif contrecollés de très grande dimension, et d'une épaisseur de 85 mm (panneaux Leno de Finforest). Ils sont préfabriqués en atelier et assemblés sur place.

Une seconde peau vient envelopper le squelette de bois, à l'extérieur. Faite de poutrelles légères en "I" de bois massif ou d'OSB, elle n'a pas de rôle structurel, mais sert à créer des caissons qui vont recevoir la ouate de cellulose (240 mm). S'ajoutent, à l'extérieur encore, une couche de 35 mm de fibre de bois pour fermer les caissons et supprimer les ponts thermiques. Viennent ensuite, une membrane pare-pluie, des tasseaux, et enfin ce sublime bardage de bambou.

Vues du chantier : cliquez sur une photo pour voir le diaporama

La volonté d’installer un bardage ajouré est née d’une double inspiration. Rappelant à la fois les granges typiques de cette région ou les canisses des guinguettes. Au nord, le bardage passe devant les fenêtres et se prolonge sur la toiture. Interrogée sur la durabilité du bambou Milena Karanescheva, l'une des deux architectes du projet, répond en riant qu'elle a vu en Chine des maisons en bambou probablement centenaires. Avec le temps, le bambou deviendra gris, c'est tout.

Qui est Karawitz ?

karawitz architectureMilena Karanesheva et Mischa Witzmann, un jeune duo d'architectes germano-bulgare installés depuis 10 ans à Paris, forment 
Karawitz Architecture. L'agence oriente ses réflexions sur le soin du détail, la gestion des vides, l’utilisation de matériaux naturels, la valeur d’usage des espaces conçus, leur particularité fonctionnelle, technique, mais aussi esthétique, acoustique et tactile.

Le toit est structuré de la même manière que les murs, mais les charges étant différentes, les épaisseurs sont différentes. L'isolation est aussi faite de ouate de cellulose (300mm) et de laine de bois (35mm). Une membrane synthétique couvre l'ensemble et assure l'étanchéité. Le bardage vient par-dessus pour l'aspect esthétique.

La dalle de l'étage est également en panneaux contrecollés de bois d'une épaisseur de 125 mm sur lequel vient s'ajouter un isolant en laine bois de 60mm d'épaisseur, puis un plancher de grandes planches contrecollées en bouleau. Le plancher est porteur, la portée étant réduite aux deux tiers de la maison par la division du rez de chaussée, division qui a une fonction à la fois structurelle et fonctionelle (placards, passage de tous les éléments techniques, voir sur le diaporama).

Equipements thermiques & intérieurs

La maison ne dispose que d'un chauffage d'appoint. Un sèche serviette dans chaque salle de bains et une centrale VMC double flux qui intégre un ballon d'eau chaude et une pompe à chaleur sur l'air extrait. Pour l'eau chaude l'énergie provient à 60% de panneaux solaires thermiques en toiture, et pour le reste de la pompe à chaleur. La même pompe à chaleur réchauffe l'air entrant en sortie de VMC DF, dans le cas où la température deviendrait inférieure à 19°C. Ce système n'est pas réversible en été, mais il permet de récupérer, si nécessaire, la totalité des calories de l'air vicié sortant pour les réinjecter dans l'air neuf.

Les panneaux photovoltaïques en toiture viennent compléter le dispositif et produisent 4485 kWh/an d’électricité qui sont revendus au réseau, donnant à la maison un bilan énergétique positif (voir la fiche technique ci-dessous) et un bilan financier de la consommation énergétique, encore plus positif, puisque l'électricité est revendue plus de 5 fois le prix de base de EDF.

Vues de l'intérieur : cliquez sur une photo pour voir le diaporama

Des volets, d'aspect identiques au bardage, viennent se poser sur les grandes baies au sud pour jouer d’ombres et de lumières dans la maison, de jour comme de nuit. Le bois a été instinctivement choisi pour ses qualités esthétiques et économiques.

Plan de la maison passive de BessancourtEn résumé : système constructif, isolation et matériaux

Fondations: Béton armé
Plancher bas RDC: Plancher hourdis sur vide sanitaire
Isolation fondations: polystyrène ; murs: panneaux en bois massif ; toiture: panneaux en bois massif Isolation murs: Ouate de cellulose, panneaux fibre de bois
Isolation toiture: Ouate de cellulose, panneaux fibre de bois
Bardage: Bambou non traité
Menuiseries extérieures: Bois-alu avec isolant en liège
Vitrages: Triple-vitrage ( 4+16+4+16+4), remplissage argon
Cloisons légères: Ossature bois, remplissage en laine de bois
Isolation acoustique plancher de l'étage: panneaux en fibre de bois
Sol RDC: Dallage béton lissé au quartz et ciré
Sols salles de bains: Chape ciment, peinture de sol
Sols chambres: Panneaux bois contreplaqué boulot
Peintures: sans solvants.
Eclairage: Tubes fluorescents basse tension

Principaux fournisseurs

Panneaux bois massif: Leno de chez FINNFOREST Merk
Membrane d’étanchéité: Sarnafil de chez SIKA
Panneaux solaires: Couverture énergétique de chez SYSTAïC
Isolation: Ouate de cellulose de chez ISOFLOC
Menuiseries passives: Optiwin de chez MENUISERIES ANDRE
VMC double flux: Combi185 de chez Genvex
Membrane pare-pluie: Stamisol de chez Ferrari Architecture

Fiche Technique

L'équipe

Architecte : Karawitz Architecture
Thermie : Karawitz / Solares Bauen, Strasbourg, 67
BET Structure bois : DI Eisenhauer, Wertingen, Allemagne
BET Structure béton : Philippe Buchet, Versailles, 78
Infiltrometrie: Manexi, Boulogne-Billancourt, 92

Lieu: Bessancourt, 95
Surface habitable : 161 m².
Budget : 1 800 € HT/m²
Etudes: 6 mois Chantier: 12 mois
Livraison : juillet 2009
MO : privé
Maîtrise d’oeuvre complète : Karawitz Architectures
Certification: Maison Passive /Passivhaus
Besoins en chauffage* : 11kWh/(m².a)
Consommation énergie primaire (mode de calcul PHPP) : 30,8kWh/(m².a)
Consommation énergie primaire (mode de calcul RT2005) : -2,28 kWh/(m²a)
Taux de renouvellement d’air sous 50 Pa : n50 = 0,48 V/h

Notes explicatives

Histoires de normes. Les performances du standard Passivhaus devraient inspirer la future règlementation technique de 2020, ce qui fait dire aux concepteurs que cette maison est en avance de 10 ans sur son temps. Rappelons toutefois que le premier prototype de maison passive, construit à Darmstadt-Kranichstein en allemagne, date de 1991 et qu'il existe plusieurs milliers de maisons passives en Europe. Alors cette maison est-elle en avance sur son temps ? Définitivement oui, bien sûr, par rapport à la pratique courante. Mais en vérité, c'est la réglementation technique qui est en retard de 10 ou 15 ans sur son temps. Pourquoi laisser construire aujourd'hui encore des maisons à la norme RT2005, ou même à la norme BBC (qui devrait devenir le standard en 2012) alors qu'en 2020, c'est à dire demain, il faudra les rénover pour les mettre aux nouvelles normes du moment, qui seront précisément celles de cette maison ?

PHPP : c'est le logiciel (sous Excel) de calcul des performances thermiques des maisons passives livré par La Maison Passive qui représente en France le Passivhaus Institut. Il sert à la fois à la conception de la maison mais aussi à la validation des performances et à l'attribution du label. Avec PHPP, on trouve ici de l'ordre de 60 kWh d'énergie primaire consommée, tout compris, qui sont raménés avec 30,8 après déduction des kWh produits par les panneaux solaires. Attention toutefois à deux points : 1) du fait des performances thermiques de la maison, la consommation des appareils ménagers devient prépondérante dans la consommation globale ; 2) ces consommations sont des consommations primaires, électriques dans le cas présent, et la consommation vue par le compteur est donc divisée par 2,58.

RT2005 vs Passiv Haus. Les consommations s'expriment en kWh d'énergie primaire de manière à pouvoir additionner (ou soustraire) des quantités d'énergie de nature différentes (combustible fossile, électricité). Le calcul de l'énergie primaire est différent selon la RT 2005 et selon le logiciel PHPP du standard Passive Haus. La RT2005 prend en compte les consommations de chauffage et de ventilation, d'eau chaude sanitaire, de climatisation le cas échéant, d'éclairage ainsi que celles des auxiliaires (moteurs des pompes et des ventilateurs, brûleurs, etc). Passiv Haus inclut toutes les consommations, y compris les consommations de l'électroménager. Mais les coefficients de calcul sont également différents entre RT2005 et Passiv Haus. De même, les surfaces de références : pour PHPP il s'agit de la surface habitable, alors qu'en RT 2005, c'est la surface Shon qui est plus grande (de l'ordre de 20%). La mention de la consommation selon la RT2005 est intéressante car elle permet de comparer, une maison récente traditionnelle, à une maison passive.

5 Commentaires

  • Lien vers le commentaire lundi 22 novembre 2010 Posté par estu

    Il me semble que les panneaux en bois massif contrecollés viennent d'Allemagne et fabriqués avec du bois allemand. Existe t-il la même chose mais "fabriqué en France"? Bilan carbone transport...
    Où est-ce qu'ils ont poussé les bambous utilisés pour la "peau"? Y a t-il des fournisseurs français (avec du bambou poussé en France biensur!)

  • Lien vers le commentaire dimanche 04 avril 2010 Posté par Max

    La maison passive a aussi ses inconvénients si on veux rester dans la norme de consommation pour laquelle elle a été conçue, il faut être très stricte dans sa façon de vivre, sinon la consommation en kWh peut aller du simple au double.

  • Lien vers le commentaire dimanche 04 avril 2010 Posté par architecte grenoble stéphane lonjon

    Bonjour,

    très belle réalisation qui donne encore plus de raison aux MO privés pour faire appel à  un architecte.

    BRAVO

  • Lien vers le commentaire lundi 15 mars 2010 Posté par yves

    Vous trouverez ici notre guide complet sur le crédit d'impôt
    [url]http://www.ddmagazine.com/20090314199/Guides-pratiques/Guide-du-credit-d-impot-pour-travaux-d-isolation-et-economies-d-energie.html[/url]
    et ici les changements concernant les régles d'attribution des crédits d'impôt pour 2010.
    [url]http://www.ddmagazine.com/1643-Credit-dimpot-ce-qui-change-en-2010.html[/url]
    Ces changements n'ont pas encore été intégrés dans l'article complet. Gardez en tête que le crédit d'impôt est plafonné, donc sur une maison, c'est toujours ça, mais ça ne changera pas beaucoup l'équation... l'essentiel restant la performance, et à  notre avis la pérennité de la performance dans le temps, qui dépend très largement du choix des artisans. Il est impératif qu'ils aient [u]tous[/u] une véritable conscience de ce qu'est une maison passive, sinon le simple percement d'une cloison pour installer un éclairage extérieur, suffit à  ruiner, les efforts des autres corps de métier..

    Cet autre article pourra vous intéresser :
    [url]http://www.ddmagazine.com/541-maison-passive-isolation-fibre-de-bois.html[/url]

    Merci à  vous de vos compliments, qui nous font plaisir, et sont autant d'encouragements à  faire bien. Bonne Journée.

  • Lien vers le commentaire lundi 15 mars 2010 Posté par Antoine

    Bonjour,

    Merci pour la qualité et la précision de cet article. Les illustrations sont trés parlantes.
    Moi même intéressé pour construire une maison passive, je suis à  la recherche d'informations précises concernant les crédits d'impôts prévus par ce type de construction. Savez-vous où je peux me procurer ces informations ?

    D'avance, je vous remercie.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.