Rénovation thermique : l'Alsace montre l'exemple

lundi 05 juillet 2010 Écrit par  Nicolas Sivan

Isolation à l'aide de laine de verreRénover les bâtiments anciens pour améliorer les performances thermiques est beaucoup plus complexe que construire des bâtiments basse consommation neufs. Deux des lauréats des trophées Alsace énergivie nous donnent l'exemple.

Les deux chantiers lauréats des trophées Alsace énergivie montrent comment on peut réhabiliter le bâti ancien et diminuer drastiquement les consommations d'énergie. Le premier exemple, celui de 72 logements collectifs est particulièrement intéressant car il s'agit d'un immeuble construit dans les années 60, très représentatif du parc immobilier social de nombreuses cités. à noter que les trophées Alsace énergievie ont fait deux autres lauréats, les Villas Clara à Strasbourg-Robertsau, et le siège de Sonnenkraft à Haguenau.

72 logements à Hœnheim

logements rénovés à HoeneimRénovation en site occupé de deux immeubles accolés comportant un total de 72 logements pour une surface habitable totale de 6038 m² répartis sur 4 à 8 étages. Auparavant, ces habitations consommaient 243 kWh/m2.an. Aujourd’hui, ils n’en consomment plus que 103,9 dont 70,4 pour le chauffage. Et les modifications apportées ne sont pas si bouleversantes. 

L’isolation est faite par l’extérieur avec vingt centimètres de polystyrène ou de laine de verre selon les cas. Les plancher bas sur sous sol avec du Fibrastyrène (TH38, 12,5cm), et les planchers bas sur l’air, avec du polystyrène (12cm) ; les planchers hauts avec 20 cm polyuréthane. Enfin, on a remplacé les fenêtres par des doubles vitrages avec menuiserie PVC. 

Sur le même sujet

Les bases de la réhabilitation thermique des bâtiments
Rénovation de bureaux : pas de solution miracle
Ventilation bien contrôlée, énorme gisement d'économies
Ponts thermiques : plus jamais ça !

En ce qui concerne les équipements : le réseau urbain calorifugé assure l’alimentation des radiateurs ; des panneaux solaires thermiques d’une surface de 118 m² assurent la production d’eau chaude, le réseau d’eau chaude procurant l’appoint si nécessaire. La ventilation reste simple flux mais le renouvellement de l'air se fait en fonction de l'humidité de l'air intérieur (VMC hygroréglable type B pour les experts). Les prises d’air donnent dans la pièce de vie, et l’extraction de l’air vicié a lieu dans les pièces humides. (Taux de renouvellement : 0,29 volume/h).

Côté performance on arrive au résultats suivants (en kWh/m²shon.an) : chauffage 70,4 ; eau chaude sanitaire 20 ; éclairage 7,3 ; ventilation 3,4 ; auxilliares 2,8.

Le surcoût estimé par rapport à une solution conforme à la RT 2005 (la réglementation technique toujours en vigueur aujourd'hui) est, selon les architectes, de l'ordre de 700 000 euros (travaux seuls HT, hors honoraires d'architectes) soit moins de 10 000 euros par logement.

« Eco-logis des petits » à Batzendorf 

La ferme de BatzendorfLe deuxième exemple concerne la réhabilitation d’un centre multi-accueil avec conservation du patrimoine existant (une maison alsacienne et une grange d’un ancien corps de ferme typique disposé en U). Un nouveau bâtiment est construit sur 700 m² dont 250 m² à l'intérieur même de la grange. Là encore, isolation par l'extérieur (sauf dans la maison alsacienne) selon les spécifications suivantes : 24cm de laine de verre sur les murs extérieurs ; 30 cm sur les plafond sous combles, ou sous la toiture ; dalle base constituée d'une chappe de 6 cm + isolant 8 cm + béton 20 cm + isolant 12 cm ; fenêtre à double vitrage à isolation renforcée (Ug = 1,2 et Uw =1,5) 

Côté équipement, une pompe à chaleur sur sonde géothermique profonde (12 puits à 99 m de profondeur) assure le chauffage du bâtiment. De même, des pompes à chaleur haute température (60°C) sont raccordées aux sondes profondes pour fournir de l’eau chaude. Des panneaux solaires thermiques sont présents en appoint. Enfin, une centrale de traitement de l’air à double flux à récupération d’énergie très haut rendement (80%) a été installée pour effectuer la ventilation récupérant ainsi au maximum l’énergie contenue dans l’air chaud.

Le bilan énergétique est le suivant (en kWh/m²shon.an) : chauffage 27,58 ; eau chaude sanitaire 17,94 ; éclairage 37,81 ventilation ; 23,05 ; auxiliaires 8,33.  Soit 114,71 kWh par m²shon.an, un gain de 54% par rapport à la situation initiale. Le surcoût est estimé, par rapport à une construction à la RT 2005 est de 227 189 €HT soit 318 €HT/m².

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.