Maisons passives : les labels et normes de construction

mardi 26 février 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

 Avec l'augmentation du prix de l'énergie, la dépense de chauffage d'une maison peut devenir prohibitive. Bonne nouvelle, nous sommes capables de fabriquer des maisons qui consomment peu ou pas du tout (maisons passives), voire même qui produisent de l'énergie (maisons à énergie positive). Mauvaise nouvelle, il est assez difficile et coûteux de réhabiliter un logement ancien pour réduire sa consommation. Nous vous proposons dans ce dossier les bases pour comprendre les valeurs de perfomance d'un bâtiment neuf (RT 2005), les critères de performances d'un bâtiment basse consommation énergétique – Effinergie ou Minergie et les critères de référence des maisons passives suisse Minergie-P et allemande Passivhaus.
Consultez également tous nos articles sur le sujet.

Sommaire
Energie primaire / Energie secondaire - La RT 2005 - Les labels associés à la RT 2005 - BBC / Effinergie, le label basse consommation énergétique  - Minergie : de la basse consommation à la maison passive - Minergie France - Le référentiel allemand Passivhaus - Tableau récapitulatif - Liens utiles


La valeur de référence dans un habitat c’est la consommation d’énergie par mètre carré de surface habitable et par an (chauffage et/ou refroidissement + eau chaude + ventilation). Un logement ancien peut consommer 250 à 350 kWh par mètre carré et par an. Un logement neuf construit après 2005, consomme entre 80 et 250 kWh/m²/an (selon les zones climatiques et la source d'énergie : combustible fossile ou électrique) là où un logement à norme suisse Minergie-P ne consomme pas plus de 30 kWh/m²/an. A ce niveau, dans nos régions tempérées, il est possible de se passer d’installation de chauffage.  

énergie primaire / énergie secondaire

La réglementation, ou les notices techniques d’appareils font état de la consommation d’énergie primaire. Pour comprendre, prenons quelques exemple. Si vous chauffez votre maison au fioul, l’énergie primaire, c’est le fioul que vous dépensez dans votre chaudière, sachant qu’une partie de cette énergie part dans la cheminée, et qu’une autre, l’énergie réellement efficace -  ou énergie utile - se retrouve dans la maison.  Si vous chauffez avec des radiateurs électriques, pour apporter 100 kWh dans votre maison (mesurés par votre compteur), il faut dépenser en moyenne 258 kWh d’énergie, primaire donc, dans les centrales électriques. Avec une pompe à chaleur, il ne faudrait dépenser plus que 100 kWh dans les centrales, voire moins (ça dépend des installations). Vous avez compris que l’énergie primaire, c’est l’énergie qui est dépensée - en amont - pour produire l’énergie que vous consommez - en aval. 

La réglementation thermique 2005 ( RT 2005 )

En France c’est un document appelé Réglementation Thermique 2005 (RT 2005) qui définit les valeurs de performances minimales d’un bâtiment neuf et les modalités de son calcul. La RT 2005, exprimée en énergie primaire, comprend la consommation en chauffage, refroidissement et production d’eau chaude sanitaire. Les exigences de performances au m²/an varient selon l'énergie primaire utilisée.
Si l'énergie primaire employée pour le chauffage est un combustible fossile, la consommation maximale doit pas dépasser les 130 kWh/m²/an dans les zones climatiques les moins favorisées (80 kWh/m²/an dans la zone méditerrannée) ; 250 kWh/m²/an si l'énergie primaire provient d'une centrale électrique.
Consulter le document explicatif du Ministère du Logement

Les labels associés à la réglementation RT 2005

HPE 2005 (haute performance énergétique), THPE 2005 (très haute performance énergétique) : correspondent respectivement à une consommation conventionnelle d’énergie primaire inférieure de 10 % et 20 % à la consommation de référence de la RT 2005.
HPE EnR 2005 : énergie primaire inférieure de 10 % à la RT 2005  et plus de 50% de la consommation de chauffage assurée par un générateur utilisant la biomasse ou par un réseau de chaleur utilisant plus de 60 % d’énergies renouvelables.
THPE EnR 2005 : énergie primaire inférieure de 30 % à la consommation de référence et recours aux énergies renouvelables (biomasse, solaire thermique ou photovoltaïque, ou pompe à chaleur).

Ces performances énergétiques sont encourageantes mais avec une bonne isolation de l'enveloppe, la suppression des ponts thermiques, on est désormais capables de construire des habitats qui consomment encore moins d'énergie. On les appelle les maisons passives. Le label français Effinergie, la norme suisse Minergie et le référencement allemand Passivhaus instaurent tous trois des exigences en terme de constructions passives. Nous le verrons, de nombreux critères de constructions sont communs aux trois appellations mais des différences sont également notables.  

BBC Effinergie, le label basse consommation énergétique

En France, Effinergie est la marque d'appellation du label officiel BBC (Bâtiment basse consommation énergétique). Ce label s'inspire des réglementations relatives aux maisons passives de nos voisins suisses et allemands : Minergie et Passivhaus (voir plus loin). Le label, instauré par l'association Effinergie, est attribué aux bâtiments de logements neufs consommant moins de 50 kWh/m²/an en énergie primaire selon l'altitude et les zones climatiques (jusqu'à 70 kWh/m²/an en Isère). Cette valeur de consommation prend en compte les besoins en chauffage, eau chaude sanitaire, auxiliaires de chauffage et de ventilation (pompes), éclairage et climatisation. Cet objectif de consommation peut être modulé selon les régions en fonction du climat.
Voir à ce sujet, les référentiels techniques d'Effinerie
En moyenne, un bâtiment basse consommation Effinergie affiche une consommation d’énergie primaire inférieure à 50 % de celle préconisée par la RT 2005. Au delà de ces considérations énergétiques, les bâtiments Effinergie doivent en plus respecter des valeurs d'isolation, détenir une enveloppe étanche à l'air et disposer d'un système de ventilation. Mais le choix des techniques de construction, les matériaux, les énergies utilisées et l'aspect des bâtiments est laissé au libre choix du maître d'ouvrage. “ Le label Effinergie s'intéresse uniquement aux performances énergétiques”, souligne Catherine Bonduau, spécialiste du label chez Effinergie.  
Le surcoût d'une construction Effinergie est de 5 à 7%. Pour une construction Effinergie, le maître d'ouvrage peut bénéfier d'aides financières. En particulier depuis le 1er janvier 2010, les constructions neuves BBC donnent droit à un crédit d'impôt de 40% des intérêts d'emprunt pendant 7 ans.

Certification
L'association Effinergie ne délivre pas elle-même le niveau BBC-EFFINERGIE. Quatre organismes certificateurs reconnus par l'Etat sont accrédités pour le faire. Pour les logements induviduels et collectives et les maisons individuelles, il s'agit de Cerqual, Cequani et Promotelec. Certivea est l'organisme certificateur pour les bâtiments tertiaires. La certification est pour le maître d’ouvrage une garantie de sérieux et de qualité du maître d'oeuvre.
La certification a un coût, à titre d'exemple Promotelec facture le label Effinergie 395 € TTC pour une maison individuelle. Ce tarif comprend : les vérifications techniques du projet avant construction, les contrôles de mise en oeuvre, la détection des erreurs et la délivrance du label. 

Minergie, de la basse consommation à la maison passive

Le standard suisse Minergie calcule la consommation énergétique d'un bâtiment sur la base de l'étanchéité à l'air, l'aération douce, la limitation des ponts thermiques. Ainsi, les bâtiments neufs labellisés Minergie consomment 4 à 5 fois moins d'énergie que les bâtiments existants, deux fois moins que les constructions aux normes actuelles suisses. Il existe quatre standards de construction Minergie : Minergie, Minergie-Eco, et les standards passif Minergie-P et Minergie-ECO-P. 

La norme Minergie "consiste à optimiser en priorité l'enveloppe du bâtiment afin de réduire de moitié les déperditions thermiques", explique Marc Tillmanns, directeur de l'agence romande Minergie et responsable Minergie pour les pays francophones. Cette attention porté à l'enveloppe du bâtiment permet, selon Marc Tillmanns, de réaliser 40 % d'économies.

La consommation d'un habitat individuel ou collectif neuf respectant la norme Minergie ne doit pas dépasser 38 kWh/m²/an en énergie finale avec un indice de pondération selon la source d'énergie primaire [exigences Minergie anciennes : 42 kWh/m²/an pour les bâtiments neufs jusqu'à fin 2008]. Cette consommation comprend le chauffage, l'eau chaude et l'électricité pour l'aération mécanique et ou la climatisation. Minergie intègre dans son label une valeur limite d'investissement. Il peut être de 10 % supplémentaire maximum par apport aux objets conventionnels comparables.  

Consulter les exigences techniques sur le site Minergie

Minergie-Eco est basé sur la coopération des associations Minergie et Eco-Bau. Minergie-Eco est un complément au standard MINERGIE. Alors que les caractéristiques de confort et d'efficacité énergétique sont propres aux bâtiments Minergie, les constructions certifiées Minergie-Eco doivent remplir des exigences de modes de construction sains et écologiques.
Ce standard est applicable aux nouvelles constructions pour les catégories administrations, écoles et bâtiments locatifs dont la surface minimale est 2000 m². Les exigences portent sur des aspects sanitaires (lumière, bruit, air intérieur) et l'écologie du bâtiment (matières premières, fabrication, déconstruction). A titre d'exemple, le bâtiment ne peut être certifié Minergie-Eco si des matériaux contenant des métaux lourds sont utilisés dans la construction. L'utilisation de grandes surfaces de dérivés du bois qui émettent du formaldéhyde fait partie des critères d'exclusions.

Consulter les critères d'exclusion.
La standard Minergie-P  fixe de hautes exigences en matière de confort, de rentabilité et d'esthétique. Le consommation au m²/an dans l'habitat individuel ou collectif neuf et ancien ne doit pas dépasser 30 kWh comprenant les besoins en chauffage, eau chaude, aération et climatisation.
Concernant les fenêtres, le triple vitrage est nécessaire pour atteindre de telles performances.
Les bâtiments Minergie-P exigent le recours aux énergies renouvelables, l'installation de luminaires et de lampes optimaux et l'utilisation exclusive d'appareils électroménagers de la classe d'efficacité A ( selon la déclaration E de l'UE). Les bâtiments Minergie-P peuvent présenter un surcoût de 15% au maximum par rapport aux matériaux conventionnels comparables.

Trouver des professionnels des constructions Minergie en France 

Certification

Les tarifs ci-desous incluent : l'information et les conseils en amont à l'architecte et au maître d'ouvrage ; les contrôles thermiques ; l'attribution du certificat provisoire puis du certificat définitif, les visites de chantier. 

La certification Minergie est attribuée par l'association Minergie ou par les services cantonaux pour les constructions à la norme Minergie seule. L'association attribue la certification pour le standard Minergie P. Eco-Bau est en charge de la certification pour les construction Minergie-Eco.
La certification a un coût pour le maître d'ouvrage et les tarifs varient en fonction de la taille de l'habitat. Pour une surface inférieure à 500 m², les frais sont de 750 FS (Francs Suisses). Mais pour un bâtiment de plus de 5000 m², les frais s'élèvent à 5000 FS. Ces tarifs peuvent être revus à la hausse par exemple en raison d'une incidence énegétique négative dans un projet ou à la baisse si des modifications sont favorable à la consommation énergétique.

Pour la certification Minergie-Eco, il faut ajouter aux frais du standard Minergie d'autres coûts ajustables au cas par cas. Pour un bâtiment dont la surface est comprise entre 2.000 et 5.000 m², il faudra par exemple ajouter 3 000 FS aux 2 000 FS prévus pour la certification Minergie. Au delà de 5000 m², le coût s'élèvera à 5000 FS.

Pour les bâtiments Minergie-P, le coût de la certification est de 2000 FS pour une maison individuelle moyenne (150-200m²).

Le coût de la certification en Suisse est moins élevée qu'en France en raison de subventions des pouvoirs publics.  

Minergie France

Depuis janvier 2007, l'ONG Prioriterre est le seul certificateur officiel du label Minergie France. Prioriterre a conservé les mêmes exigences de construction que le standard Suisse à l'exception de la norme Minergie dont la consommation maximale est de 42kWh/m²/an et ce jusqu'à fin 2008 (38 kWh/m²/an à partir de 2009).

Le coût de la certification Minergie France s'élève à 3000 € TTC pour un habitat de 100 à 120 m². Ces coûts incluent l'aide à la modélisation avant travaux, les contrôles pendant la construction, la labélisation provisoire puis définitive et le suivi pendant trois ans de la consommation du logement (corrections techniques, conseils aux utilisateurs). 

Le référentiel allemand Passivhaus

Passivhaus

Passivhaus est le standard européen de maison passive. Le référentiel est présent dans les vingt-sept pays de l'Union européenne via la création d'associations.Le cahier des charges du label de construction de maison passive allemande fixe trois critères : une demande en énergie utile pour le chauffage à 15kWh maximum/m²/an quelles que soient l'altitude et la zone climatique ; une valeur d'étanchéité de l'enveloppe. Contrairement à la norme Minergie la consommation en énergie primaire dans un habitat Passivhaus inclut en plus du chauffage et de l'eau chaude sanitaire, la consommation des auxiliaires (pompes) et la consommation de l'électrodomestique. La consommation de l'habitat Passivhaus ne doit pas excéder 120 kWh/m²/an.
En dehors des considérations énergétiques, pour atteindre les critères de consommation énergétique, l'installation d'une ventilation double flux haute efficacité de récupération de chaleur est quasiment inévitable. Ce système permet de réchauffer l'air en hiver et le rafraîchir en été. Les appareils electroménagers doivent appartenir à la classe A d'efficacité énergétique. La Passivhaus allemande réduit la consommation énergétique de 85% par rapport à la RT allemande.
En Allemagne la Maison Passive est certifiée par l'institut de la maison passive de Darmstadt. Il est possible de construire une Passivhaus dans l'Hexagone. L'association La maison passive France a reçu l'agrément de certification de l'institut de Darmstadt en octobre 2007. Le coût approximatif d'une certification Passivhaus est de 1500 € TTC pour une maison individuelle moyenne. A cela s'ajoute le prix du test de la porte (appelé blower door test)  qui s'élève à environ 500 € TTC.

Le coût de la certification comprend deux phases : l'aspect théorique qui consiste à vérifier la conception du bâtiment et l'aspect pratique qui concerne le test de la porte. Etienne Vekemans, président de la Maison Passive France explique: " La certification d'un bâtiment très simple coûte moins cher qu'un bâtiment plus complexe. La complexité d'une construction coûte cher et demande davantage de temps." 

Tableau récapitulatif

construction-labels-referentiels1.jpg Dans le tableau ci-contre, réalisé par La Maison Passive France et Créabois Isère, retrouvez un récapitulatif des labels et référentiels de construction existants. 

Cliquez sur l'image pour voir en grand.  

 

 

 

 

Présentation power point de la maison passive sur le site de la maison passive belge.

Le projet européen Passive-On a pour objectif de propager le standard maison passive dans divers pays européens, entre autres en France

Liens utiles

Questions- réponses sur l’énergie du Ministère de l’Industrie.

Voir également tous nos articles ce sujet

7 Commentaires

  • Lien vers le commentaire vendredi 13 février 2009 Posté par Béatrice

    Bonjour,
    j'habite dans le 44 et viens de lancer mon projet de maison passive. Si vous chercher des infos pour votre projet, laissez moi un message je ferai mon possible pour vous aider. patouxpiette@free.fr

  • Lien vers le commentaire samedi 22 novembre 2008 Posté par Aline

    Bonjour,

    Nous avons très peu de recul en France sur les constructions BBC, mais existe-t-il des études sur les économies de charges réalisables pour une maison BBC par rapport à une maison répondant uniquement à la RT 2005?

  • Lien vers le commentaire mercredi 01 octobre 2008 Posté par >r1114

    Si vous cherchez à faire construire maison passive vous pouvez aller voir sur ce site :http://www.atrium-ingenierie.com
    C'est un bureau d'étude et maà®tre d'oeuvre. Ils ont été formés en Allemangne et ont une bonne expérience du passif (pour des français)...

  • Lien vers le commentaire mercredi 16 juillet 2008 Posté par suzzarini.jf

    "Le label français Effinergie, la norme suisse Minergie et le référencement allemand Passivhaus instaurent tous trois des exigences en terme de constructions passives".

    Attention aux approximations qui font ensuite le bonheur des vendeurs de "tout et n'importe quoi" sur le dos d'une clientèle en demande mais mal informée. De ces trois labels (nota : ce sont tous des labels et non des normes), seul PASSIVHAUS fait explicitement référence à la maison passive. Chez MINERGIE, il faut aller chercher le label MINERGIE-P. Quant à EFFINERGIE, témoin de la sale manie qu'on les Français de faire semblant de réinventer le monde quand il sont à la bourre et que tout existe déjà ailleurs, il ne s'agit ABSOLUMENT PAS d'un label de maison passive, mais d'un simple label de maison à basse consommation d'énergie qui a pour exigence 50 kWh/m2.an quand MINERGIE demande désormais 38 après avoir débuté à 45 puis être descendu à 42 (aux variations près, entre France et Suisse, des coefficients servant au calcul).

  • Lien vers le commentaire mardi 01 juillet 2008 Posté par Gérard GORICHON

    Nous sommes aujourd'hui capable de vous présenter un choix de maisons individuelles qui ont été étudiées pour afficher l'étiquette énergie CLASSE A
    Soit : 50kWh sur toutes régions de france.Futur norme RT2012.
    Ce projet en cours de finition sera présenté lors du salon " Choisir sa maison" Pte de Versaille (PARIS) le 12/13/14 Septembre 2008.

  • Lien vers le commentaire mardi 01 juillet 2008 Posté par Thomas

    Je rejoins les propos de Max sur le triple vitrage en ajoutant que la lumière perçue au travers d'un TV est très sensiblement inférieure à celle d'un double vitrage. La sensation d'assombrissement est réelle.....
    De plus, la lame de verre intérieure d'un triple vitrage est soumise à de forte contraintes thermiques, les exemples de casse de triples vitrages exposés au soleil (est, ouest, sud: soit la majorité des fenêtres d'une maison répondant aux éxigences de basse consommation) est un problème bien réel!

  • Lien vers le commentaire mardi 01 juillet 2008 Posté par Max

    Ce que vous dà®tes sur le triple-vitrage est très contestable. Il est d'ailleurs déjà passé de mode au CSTB.
    Trop souvent, on juge des performances énergétiques des fenêtres au regard du seul critère d'isolation. Or, les facteurs solaire et lumineux des menuiseries ont un impact déterminant sur la consommation énergétique d'un bâtiment. Une bonne fenêtre doit à la fois limiter les déperditions thermiques et maximiser les apports solaires et lumineux, ce que ne permet pas le triple vitrage.

    Dans un pays tempéré comme la France, la recherche d'un optimum « isolation / apports solaires » est toujours préférable au tout isolant.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.