Le solaire thermique : coûts et fonctionnement

mercredi 27 février 2008 Écrit par  Alexandra Lianes
 Les capteurs solaires thermiques peuvent produire entre 60 et 100 % des besoins en eau chaude solaire et jusqu’à 65 % des besoins en chauffage d'une maison individuelle. Le résultat dépend de la région, du dimensionnement de l’installation, des technologies employées et de la capacité d'investissement de chaque ménage. Dans ce dossier tout pour choisir : technologies - facteurs de qualité - chiffres à prendre en compte -  coûts réels - aides financières possibles.[ Photo ci-contre Clipsol]

Sommaire

Des capteurs thermiques, pour quoi faire ? - Comment ça marche ? - Les éléments du solaire thermique et les technologies : les capteurs, le ballon, l'échangeur thermique, le circuit hydraulique, le liquide caloporteur - Les systèmes de chauffe-eau solaire - L'entretien - Installation existante - Quel dimensionnement ?- Combien ça coûte - Quel matériel ? - Trouver un installateur qualifié - Les aides financières : le crédit d’impôt, la TVA, les garanties commerciales - Les chiffres clés d’une installationLes facteurs de qualité et d’efficacité   

Des capteurs thermiques, pour quoi faire ?

Les capteurs solaires thermiques peuvent servir pour le système d’eau chaude sanitaire individuel (Cesi) ou en système combiné pour le chauffage de l’eau et de l’habitat (SSC – Système solaire combiné). La quantité d’énergie fournie par les capteurs va dépendre, entre autres, de la région, de la surface de capteurs ou encore de la  technologie employée.

Comment ça marche ?

Imaginez un tube d’arrosage en plein soleil. L’eau contenue dans le tube est réchauffée par le soleil. Si, en plus, la couleur du tuyau est sombre et qu’il est placé sous une vitre, l’eau est alors brûlante. Le solaire thermique fonctionne sur ce principe. Sauf que l’on remplace le tube d’arrosage par des capteurs thermiques. A ne pas confondre avec les capteurs photovoltaïques qui servent eux à produire de l'électricité. (Voir notre dossier

Les éléments du solaire thermique / les technologies

L'installation de capteurs solaires thermiques varie sensiblement selon que le système servira uniquement à la production d'eau chaude ou à la production combinée d'eau chaude et de chauffage. Voici les principaux éléments que l'on retrouve dans tous les cas.

1 - Les capteurs
Il existe diverses technologies de capteurs. A ce jour les deux technologies les plus employées sont les capteurs plans et les capteurs à tube sous vide.

solaire-thermique-capteurs-plans.jpgLes capteurs plans
Les capteurs plans sont composés d’une plaque et de tubes métalliques en cuivre qui constituent l’absorbeur. L’absorbeur reçoit le rayonnement solaire et s’échauffe. Scellé dans un coffre rigide, sa partie supérieure vitrée laisse pénétrer la chaleur et la retient comme dans une serre. à l’intérieur des tubes métalliques, un liquide caloporteur [de l'eau ou un mélange de monopropylène glycol (antigel) et d'inhibiteurs de corrosion] s’échauffe et se dirige vers un ballon de stockage. De là, l'eau est redistribuée dans les circuits d'eau sanitaire et/ou de chauffage. (Voir notre article)
A ce jour, les capteurs plans représentent la plus grande part du marché, en particulier pour les installations servant uniquement à l'eau chaude sanitaire.
Avantages / inconvénients :
- Facile à mettre en œuvre, permet une meilleure intégration en toiture
- Moins cher que les capteurs sous vide
- Température de chauffe : 50 à 80 °
- Rendement meilleur l'été
solaire-thermique-capteurs-a-tubes.jpgLes capteurs à tubes sous vide
Un capteur solaire sous vide est constitué d'une série de tubes de verre dans lesquels passe un tube collecteur de chaleur. La paroi des tubes est double, comme celle d'une bouteille thermos, et on y fait le vide. A l'intérieur, le tube est recouvert d'une substance qui absorbe les rayons du soleil (nitrure d'aluminium). L'effet thermos obtenu permet d'obtenir un meilleur rendement l'hiver car la chaleur est piégée à l'intérieur du tube. (Voir notre article)
Avantages / inconvénients
- Température de chauffe au delà de 100 °C-120° C
- Meilleur rendement l'hiver : les panneaux réagissent mieux à un ensoleillement diffus
- Moins sensible à une exposition imparfaite : les réflecteurs captent la lumière sous des incidences non optimales 
- Plus cher à l'achat que les capteurs plans
- technologie aussi employée pour le froid solaire (en laboratoire)

2 - Le ballon de stockage
Il sert à stocker l’eau chauffée par les capteurs. En règle générale, le système est composé d'un premier ballon dédié à l'eau chaude solaire. Un deuxième ballon d'appoint, soit existant, soit neuf, est raccordé au système pour fournir le complément d'eau chaude par un système de chauffage (traditionnel ou par les énergies renouvelables).

3 - L’échangeur thermique. Le liquide caloporteur après avoir été réchauffé dans les capteurs thermiques passe dans un échangeur en forme de serpentin placé dans le ballon d’eau chaude ou dans un échangeur à plaque placé à l’extérieur du ballon (généralement pour les grosses installations) où il cède ses calories solaires à l’eau sanitaire.

4- Le circuit hydraulique
C’est dans le circuit d’eau primaire que circule le liquide caloporteur. Celui-ci doit être étanchéifié et calorifugé, c'est-à-dire bien isolé pour réduire les déperditions de chaleur.

5 - Le fluide caloporteur :
Les panneaux peuvent employer de l'eau ou du glycol comme liquide caloporteur. Le glycol est utilisé pour ses propriétés antigel. Dans certains panneaux, l'air sert de fluide caloporteur.

Systèmes de chauffe-eau solaire :

Le chauffe-eau solaire monobloc. Les capteurs et le ballon sont groupés sur un même châssis rigide et sont placés à l’extérieur. Ce système à l’avantage d’être simple et peu coûteux. Il s’installe généralement sur une terrasse ou dans un jardin mais plus difficilement en toiture fortement inclinée. Son principal inconvénient : les pertes thermiques sont importantes même si le ballon est bien isolé. En outre, son intégration architecturale est plus difficile. Ce système est souvent recommandé pour un usage uniquement en été. Idéal dans les DOM-TOM. 

Le chauffe-eau solaire à éléments séparés. Dans ce cas, le ballon est à l’abri dans une pièce de la maison ou dans un bâtiment annexe. Ce système est plus coûteux que le précédent mais il permet d’éviter les pertes thermiques et peut être efficace quasiment toute l’année.

Les modèles les plus couramment employés sont à circulation forcée, c'est-à-dire qu’une pompe électrique (un circulateur) met en mouvement le liquide caloporteur lorsqu’il est plus chaud que l’eau sanitaire du ballon. Un régulateur électronique met en marche et arrête la pompe aux moments opportuns grâce à une sonde de température.

Le modèle à éléments séparés à thermosiphon laisse le liquide circuler librement des capteurs au ballon sans pompe ou autre dispositif, et ce, grâce à la différence de température. Dans ce cas, le ballon doit impérativement être placé plus haut que les capteurs. Les circuits doivent être installés dans les règles de l’art afin de faciliter la thermo-circulation.

Le système solaire combiné (SSC) ou Combi solaire associe chauffage de l’eau sanitaire et chauffage de l’habitat. Dans ce cas, le ballon dispose de deux sorties, l’une pour l’eau chaude sanitaire et l’autre pour le chauffage. Le liquide caloporteur circule le plus souvent dans une dalle au sol, système appelé plancher solaire direct.

L'entretien 

Il convient de contrôler régulièrement le niveau de glycol ou d'eau dans le circuit hydraulique pour limiter les risques de perte de circulation.

Le choix de votre système solaire dépend de votre installation actuelle

Les  capteurs solaires  thermiques  préchauffent  ou  chauffent  totalement  l’eau sanitaire.  La  chaudière  prend  le relais  si  la  température  de  l’eau  n’atteint  pas 60° C  (jours  sans  soleil,  hiver).  Ce  système d’appoint à votre chauffe-eau traditionnel est possible avec tous les types d’installations :
Selon votre système existant, chaudière gaz, au fioul, chauffage électrique, l’ancienneté de votre installation, toutes les combinaisons ne sont pas judicieuses ni même possibles.
Un système solaire peut aussi être combiné avec une pompe à chaleur ou avec un système au bois (bûche, granulés, déchiqueté).
solaire-thermique-chauffage-appoint.jpg
Sans appoint : le ballon existant sert d'appoint.
Appoint électrique : il est assuré par une résistance électrique intégrée au ballon solaire.
Appoint hydraulique : il est assuré par un échangeur intégré au ballon solaire et raccordé à la chaudière.
Appoint mixte : double système d'appoint (hydraulique et électrique).

Le dimensionnement de l’installation

solaire-thermique-carte-zones-climatiques.jpgLa surface de capteurs solaires nécessaire pour assurer  l’eau chaude sanitaire est d’environ 1m²/personne. On compte environ 50 à 60 litres/ personne pour le dimensionnement du ballon de stockage. Il faut aussi tenir compte de la zone géographique. Dans le sud de la France, le rayonnement est de 30 à 50 % plus important que dans le nord de la France. La surface de capteurs sera donc moins importante pour obtenir la même quantité d’énergie solaire.

Et puis si les capteurs solaires thermiques sont non seulement destiné à la fabrication d'eau chaude sanitaire, mais également au chauffage la surface de capteurs va aussi dépendre de la surface d’habitation à chauffer, du nombre d’occupants, de la qualité de l'isolation existante.

Surdimensionner l’installation en ne tenant compte que de l’hiver peut conduire à une surchauffe préjudiciable du matériel. A moins de chauffer une piscine avec le surplus d’eau produit l’été via une boucle de décharge...

L’orientation et l’inclinaison des capteurs ou la présence de masques éventuels (ombres portées) peut avoir plus ou moins d’impact sur le rayonnement solaire reçu par un capteur. Idéalement, le capteur doit être orienté plein sud et incliné à un angle de 45° par rapport à l’horizontale et sans ombre portée. Mais l’inclinaison pour une installation peut varier entre 30 ° et 60 °, explique Wael Elamine, ingénieur solaire au Syndicat des énergies renouvelables.

A noter qu'en théorie plus l’installation est située dans le nord de la France, plus les panneaux doivent être inclinés et inversement. Mais le plus souvent, c'est la pente du toit qui détermine l’inclinaison du panneaux.

Combien ça coûte?

Le coût d’une installation pour un chauffe-eau solaire individuel, équipé de 3 à 5m² de capteurs et d’un ballon de 200 à 300 litres varie entre 4 000 € et 8 000 €, pose incluse.

Pour une installation combinée eau chaude et chauffage, le coût d'installation est très variable. Il dépend notamment de la surface de l'habitat, de l'exposition des panneaux, de la zone géographique. Pour vous donner un ordre de prix, nous avons sélectionné quatre modèles de la gamme Blocsol Combi de Clipsol. Un système avec deux planchers chanffants et/ou chauffage pour une pompe à chaleur coûte 11 725 € HT ; le système avec un plancher chauffant et/ou chauffage avec un appoint électrique s'élève à 7134 € HT ; un modèle gaz à condensation avec deux planchers chauffants et/ou radiateurs est facturé 8451 € HT ; et le modèle adaptable à une chaudière existante avec deux circuits de chauffage et/ou radiateurs coûte 6343 € HT. Le coût des chaudières ou pompes à chaleurs ne sont pas inclus dans ces tarifs.

Choisir le matériel

Les éléments composants une installation solaire doivent correspondre à des normes de performance, de qualité, de résistance et de durabilité. Ces éléments doivent être conforme à l’une des deux normes en vigueur : le CSTbat (agrément français) ou le Solar Keymark (agrément européen).

Pour aider les particuliers à se repérer, les industriels du solaire ont créé la marque ô Solaire . Elle vise à sélectionner les systèmes solaires thermiques domestiques pour permettre au consommateur de bénéficier d’une référence pour le choix de matériel. ô solaire facilite l’octroi du crédit d’impôt et des aides locales.

Trouver un installateur qualifié

Pour toute installation, notamment pour le dimensionnement, ainsi que pour bénéficier des subventions sur le matériel, il faut obligatoirement passer par un installateur agrée "Qualisol". Cette appellation est remise aux installateurs qui peuvent justifier de leurs compétences professionnelles.  L'entreprise candidate doit simplement justifier une installation solaire récente ou suivre une courte formation validée par Qualit'EnR.

Liste des installateurs Qualisol

Les installateurs Qualisol sont signataires d'une charte dans laquelle ils s'engagent notamment à préconiser des matériels solaires bénéficiant de certifications reconnues à l'échelle européenne. La marque Qualisol pour les produits et les installateurs garantie une formation minimum des installateurs et surtout un respect des normes pour du matériel (qualité d'isolation du ballon...)
Charte Qualisol
* Quali'Sol est l'appellation qualité pour les installateurs de systèmes solaires thermiques remise par l'association Quali EnR. Association fondée par cinq entités professionnelles : la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiement), Enerplan (association professionnele de l'énergie solaire), l'UCB -FFB (Union climatique de France), l'UNCP- FFB (Union nationale de couverture plomberie) et le Ser (Syndicat des énergies renouvelables). En août 2008, le nombre d'entreprises titulaires de l'appellation Qualisol était de 12 324.

Les aides financières et les garanties commerciales

Assurance habitation
En cas de grêle, les capteurs thermiques doivent être pris en charge par votre assureur. Vérifiez que c’est bien le cas auprès de l’installateur. Pour cela le matériel doit avoir obtenu un avis technique du CSTB qui considère les panneaux comme les tuiles de votre toit.
Le crédit d’impôt
Pour l’achat d’équipements de chauffage et d’eau chaude sanitaire solaire, la loi de finances prévoit un crédit d’impôt de 50 % à condition :
- que les équipements soient certifiés Qualisol
- le logement équipé doit être la résidence principale (que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit). Valable dans l’ancien, le neuf ou en construction entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2009.
-l’entreprise ayant réalisé les travaux, le vendeur ou le constructeur du logement doit fournir une attestation ou une facture à joindre à la déclaration d’impôt (conserver l’original)
- le montant des dépenses éligibles au crédit d’impôt est plafonné à 8 000 € pour une personne seule, à 16 000 € pour un couple marié ou pacsé pour la période allant du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2009. Majoration de 400 € par personne à charge.
- Des primes solaires sont proposées par certaines régions, départements ou communes. Se renseigner auprès des Espaces Infos Energie .
Si vous êtes propriétaire d’un logement de plus de 15 ans (vous l’habitez ou vous le mettez en location), vous pouvez bénéficier d’une subvention de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) pour l’installation d’un chauffe-eau solaire individuel.

Taux de la TVA
La fourniture et l’installation d’un chauffe-eau solaire bénéficient d’un taux de TVA réduit à 5,5 %, si l’entreprise qui vend le matériel en assure aussi la pose. La TVA est de 5,5 % pour tous les logements achevés depuis plus de 2 ans. Le cas échéant, la TVA est de 19,6 %.  

Les chiffres clés d’une installation

Pour l’eau chaude sanitaire seule d’un foyer moyen de 4 personnes
[facteur de variation entre le nord (N) et le sud (S) de la France]
M² de capteurs : 3 (S) / 5 (N)
Volume en litres du ballon : entre 200 et 350
1 m²  de capteurs équivaut à : 600 kWh (S)
1 m²  de capteurs équivaut à : 300 kWh (N)
Rendement moyen / an nord de la France pour 5m² de capteurs : entre 60 et 75 %
Rendement moyen / an sud de la France pour 3m² de capteurs : 80 à 100 %
Coût moyen du mètre carré installé : entre 1000 et 1 800 € du mètre carré

Facteurs de qualité et d’efficacité de votre installation

L’orientation et l’inclinaison. Dans l’idéal, les capteurs sont exposés plein sud avec une inclinaison de 50 ° pour capter le maximum de soleil l’hiver. L’inclinaison doit être comprise entre 30 et 60 °. Si ces conditions ne peuvent pas être réunies sur votre toit, peut être faut-il envisager une installation au sol. Il n’est pas conseillé de faire une installation en façade. Une inclinaison à 90 ° permet un moins bon rendement l’hiver. 

L’isolation du ballon et de la tuyauterie. Le ballon et la tuyauterie sont ils suffisamment bien isolés pour limiter les déperditions thermiques et garder l’eau chaude le jour suivant. Pour s’en assurer il faut vérifier le facteur de résistance thermique R. Plus il est grand, meilleur est l’isolation. Une bonne résistance thermique permet de conserver l’eau chaude solaire pendant deux jours.

L’échangeur thermique transmet la chaleur du liquide caloporteur à l’eau. L’échangeur thermique doit posséder un coefficient d’échange élevé. Plus le coefficient est élevé meilleur est le rendement. (80 signifiant que 80 % de l’énergie est transférée entre le ballon et le fluide).

19 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mardi 22 mars 2016 Posté par Germain

    Ne montez pas des panneaux sur le toit de votre maison, qu'elle soit traditionelle ou moderne, cela ne fait qu'enlaidir votre demeure et de plus très difficile à intervenir en cas de panne.
    Mettez ce système au sol, éloigné de la maison: Facilement démontable, réparable et très peu de perte si les tuyauteries sont bien isolées.
    Attention au vieillissemnt prématuré (étanchéité, vieillissement de peintures et j'en passe).
    Bref, l'économie n'est valable que pour un grande famille, si c'est pour un couple de retraités, mieux vaut utiliser l'électricité ou le fioul....Capteurs à tubes: Eviter.

  • Lien vers le commentaire mercredi 24 février 2016 Posté par Achille

    franchement très bon site tout est très bien expliqué

  • Lien vers le commentaire mercredi 12 septembre 2012 Posté par HELI42

    Pour des questions relatives aux économies d'énergie et énergies renouvelables, il faut savoir qu'il existe des espaces info énergie dans chaque département. c'est un service gratuit et indépendant de toute entreprise! Les conseillers peuvent nous aider à  comparer des devis, donner des ordres de prix et de dimensionnement ainsi que les aides financières actualisées.

  • Lien vers le commentaire lundi 05 décembre 2011 Posté par philippe L

    j' ai installe des panneaux solaire et en sortie j' obtiens une eau a 33 degres.J' ai un systeme au fuel actuellement.Comment calculer le gain que je vais faire sur ma consommation?

  • Lien vers le commentaire samedi 08 octobre 2011 Posté par izass

    bonjour

    je voudrais envisager un tout-solaire est-ce possible et si oui comment faire le calcul de la consommation et dela surface nécessaire ?

    Merci

  • Lien vers le commentaire mardi 27 septembre 2011 Posté par LOU

    pour jean lou : si vous voulez vous former dans le solare il y'a une trés bonne école en savoie (les compagnons du solaire). par contre il vous faux un certain niveau CAP BEP Elec ou plomberie ou couvreur.

  • Lien vers le commentaire jeudi 25 août 2011 Posté par soleil

    Un architecte se charge de la construction de notre maison. Le chauffage sera par le sol en basse température. Il place 7 m2 de panneaux thermiques
    sur support - avec possibilité d'en rajouter - plein sud. Nous aurons (à  ma demande une chaudière électrique
    Le ballon sera à  l'intérieur (chauffé). L'isolation sera efficace.
    Pensez-vous suffisant 7 m2 ?

  • Lien vers le commentaire dimanche 19 juin 2011 Posté par Kevin

    J'aimerais savoir ce que vous en pensez si on remplacait le ballon par un réservoir type "optimzer" de THERMO 2000 afin de produire de l'eau chaude instatanné. Au lieu de garder un réservoir d'eau domestique chaude, par un petit coil d'eau chauffé par les panneaux, l'eau de la ville passerait par un coil placer à  l'intérieur d'un réservoir d'eau de chauffage solaire. L'eau prendrait ainsi la température instatannément. Une vanne thermostatique régulerait la température à  la sortie. Je suis du Québec et ici les panneaux solaire sont inexistant. Je fait appel à  l'expertise des Francais haha merci

  • Lien vers le commentaire mercredi 23 mars 2011 Posté par Olivier

    une installation solaire thermique mesurée en permanence et en direct : [url]http://www.open-dream.org[/url]

  • Lien vers le commentaire mercredi 20 octobre 2010 Posté par yves

    Merci de votre remarque, un copier-coller malvenu à  partir d'un autre article est à  l'origine de cette erreur. Vous avez évidemment raison.

  • Lien vers le commentaire mercredi 20 octobre 2010 Posté par HAZB

    LORSQUE l'on PARLE DE SOLAIRE THERMIQUE s'il sont intégrés ou pas il n'y a pas de rachat comme l'indique l'article on est pas en photovoltaique.

  • Lien vers le commentaire mardi 24 août 2010 Posté par Jean-Loup

    Bonjour,
    Peu fortuné, mais avec des compétences suffisantes , j'effectue moi-même l'installation d'eau chaude et chauffage thermique solaire en Cévennes sud pour nos propres besoins (4 personnes), je recherche des informations sur les groupements d'achats de matériels et surtout sur le meilleur rapport qualité/prix pour des capteurs que je positionnerai à  60 degrés compte tenu de l'ensoleillement fort de ma région.
    Les infos sur votre site sont très intéressantes, si j'aboutis dans mes réalisations, et selon les performances auxquelles l'installation parviendra, je vous ferai part de procédés peu couteux et originaux, me semble-t-il, que je mets en oeuvre.
    Merci à  vous.
    J-L

  • Lien vers le commentaire samedi 13 mars 2010 Posté par ghida

    j'aime beaucoup ce site où je peux trouver beaucoup d'informations qui excellentes et qui peuvent répondre a mes besoins. grand merci à  vous,je vous souhaite un bon avenir.

  • Lien vers le commentaire mardi 09 mars 2010 Posté par Patricia

    Votre site d'internet est la plus informative et facile à  suivre, dans le domaine des énergies rénouvelables! Nous sommes en train de faire des travaux de rénovation chez nous aux Alpes Maritîmes et votre site et conseilles deviendront notre "Bible" à  suivre! Merci beaucoup!!!

  • Lien vers le commentaire vendredi 02 octobre 2009 Posté par yves

    Ce que vous faites peut intéresser d'autres lecteurs. Prenez contact
    ( yves arobase ddmagazine.com ) Merci pour ce beau commentaire..

  • Lien vers le commentaire vendredi 02 octobre 2009 Posté par Micky-Mawriine

    Bonjour !!
    Je voudrais simplement vous remercier d'avoir mis toutes ces informations en ligne sur ce site.
    Actuellement, avec ma collègue, nous faisons des recherches sur les panneaux solaires. Principalement pour savoir pourquoi ils ne sont pas à  la portée de tous et leur fonctionnement.
    Et grâce à  votre site, nous avons pu presque entièrement répondre à  ces questions.
    Enfin, je vous souhaite une très bonne continuation
    Avec tendresse,
    Mawriine et Micky

  • Lien vers le commentaire mardi 18 novembre 2008 Posté par polux

    il vous suffit d'appeler QualiEnergies (montpellier)
    les coordonnées :
    04 99 023 106

  • Lien vers le commentaire lundi 15 septembre 2008 Posté par Yves Heuillard

    Attention, vous pouvez bénéficier de subventions locales (régionales ou municipales) pour votre installation ( jusqu' à 3000 euros) MAIS généralement à UNE CONDITION : les panneaux solaires doivent être intégrés dans la toiture et NON posés sur la toiture. Vous pouvez aussi bénéficier de crédit d'impà´ts si vous payez des impà´ts sur le revenu en France. Je vous conseille d'abord de trouver une entreprise loacale qui pose des panneaux solaires à tube dans votre région et ensuite de le mettre en contact avec l'architecte. Les panneaux solaire sont tubes sont maintenant bien répandus en France. Nous pouvons vous aider si nécessaire et selon la région o๠vous êtes.
    Notre dossier sur le crédit d'impà´ts : http://www.ddmagazine.com/20080314199/Guides-pratiques/Le-credit-d-impot-et-le-DD.html

  • Lien vers le commentaire dimanche 14 septembre 2008 Posté par Glasaigh

    Je suis irlandais qui fait bâtir une maison en France parce que ma fille l'ainé aura dix ans plus de vie dans un pays moins humide que le notre.
    La maison sera une maison de basse consumation d'énergie, bien ensoleillée, avec VMC double flou, récupération d'eau pluviale et panneaux solaire.
    Le Architect de Bâtiments de France (ABF) nous a émet un avis favorable avec une seule prescription: les verrières et capteurs solaires seront implantés au faitage. Je veux mettre des « capteurs solaire thermique à tubes» - c'est à dire « evacuated tubes » en anglais qui sont 30% minimum plus efficace que des « capteurs plat » ou « flat bed » en anglais. Notre architecte et l'entreprise qui propose le mettre n'ose pas mettre les tubes. Pouvez-vous m'aider? Le toit est en tuile. Avez-vous en mis sur tuiles ?

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.