Les bouteilles en plastique sont-elles dangereuses ?

vendredi 11 avril 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

bisphenol-A-plastique.jpgLes denrées alimentaires sont toujours contenues dans des récipients. Dans tous les cas, et particulièrement lorsqu'il s'agit de liquides, on peut se poser la question de la migration des éléments chimiques du récipient vers les contenu et, le cas échéant, des conséquences pour la santé.

Pour nous consommateurs, les questions peuvent se résumer ainsi : quelle est la nature du matériau qui est en contact avec le liquide ? Des molécules du récipient peuvent-elles migrer vers le liquide, par réaction ou par dissolution ? En ce qui concerne les bouteilles en plastique, et plus généralement les récipients alimentaires en plastique, et dans la mesure où ces récipients sont issus de la chimie du pétrole, des produits toxiques peuvent-ils migrer de la bouteille dans le liquide.

Ainsi une équipe de scientifiques américains de l'Université de Cincinnati (Ohio), dirigée par le professeur Scott Belcher, révèle dans une étude publiée fin janvier dans le Journal of Reproductive Toxicology que certaines bouteilles en plastique libèrent du Bysphénol A, un produit chimique toxique, et plus particulièrement lorsque le récipient est chauffé. Pas de panique pour autant, les bouteilles en plastique destinées à l'eau minérale ne sont généralement pas concernées. En revanche, les boîtes en plastique destinées à la conservation des aliments peuvent l'être. Comment s'y retrouver ? C'est l'objectif de ce dossier. Il fait le point sur les principaux résultats d'études, vous explique comment reconnaître les différents types de récipients, et comment utiliser ceux qui peuvent présenter des risques pour votre santé.Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique que l'on peut trouver dans les récipients en plastique. Sa première synthèse remonte à 1891. Depuis, il est devenu le principal composant de nombreux plastiques : du polycarbonate au polyester. Mais de nombreuses études démontrent que le Bisphénol A peut provoquer des effets indésirables pour la santé.

[Depuis l'écriture de cet article en 2008, Le bisphénol A a été interdit dans les biberons en 2010 et le 13 décembre 2012, une loi plus sévère a été adoptée. Elle interdit la fabrication, l'importation et la mise sur le marché de tout conditionnement à vocation alimentaire comportant du bisphénol A à partir de 2015]

Ce que disent les études scientifiques

bouteille plastique santePour la Food and Drug Administration (administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments) et l'industrie du plastique il n'y a aucun risque quand le Bisphenol A est libéré à de faibles niveaux1. Dans le Smart Plastic Guide, de l'Institut de l'agriculture et des politiques commerciales (Institute for Agriculture and Trade Policy, organisme indépendant) on apprend que sur les 111 études réalisées sur des animaux, 81 % ont démontré des effects nuisibles sur la santé même à de bas niveaux d'exposition au BPA2. D'après ces études, le bisphénol A serait un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire qu’il serait capable d’imiter ou de perturber les hormones – dans ce cas-ci, les œstrogènes. Et l’exposition à des perturbateurs endocriniens peut entraîner certains types de cancer. Ainsi le bisphénol A pourrait favoriser le développement de cellules à l'origine du cancer du sein de l'humain et des souris ; réduire la fertilité chez le rat ; altérer le fonctionnement du système immunitaire, entre autres effets indésirables. « Même des bas niveaux d'exposition ont un effet sur les neurones et le comportement », a expliqué le Docteur Gilbert Ross, de l'American Council on Science and Health (Conseil américain de la science et de la santé) sur la chaîne télévisée américaine MSNBC.14     

D'après la revue Scientific American, les chercheurs de l'université de Cincinnati ont relevé que le niveau d'exposition au BPA est au moins 10 fois supérieur au niveau consédéré comme étant sûrs par l'EPA (Environnmental Protection Agency)3. En 2004, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) a trouvé des traces de BPA dans les urines de 93 % des échantillons testés4. Du BPA a même été relevé dans le sang de femmes enceinte, dans le cordon ombilical et dans le placenta à des niveaux qui ont tous révélé une altération du développement chez l'animal.

Plus inquiétant encore, les nourrissons sont les plus exposés à la substance car certains biberons en plastique et d'autres récipients destinés à l'alimentation des enfants rejettent du BPA jusqu'à des doses 55 fois plus élevées lorsque le récipient est chauffé5.
Suite à la publication de ces résultats, le House Committee on Energy and Commerce, une agence américaine gouvernementale, a décidé de lancer une étude sanitaire sur le BPA. Les résultats sont attenus dans les prochaines semaines.

Les autres substances potentiellement dangereuses

Le BPA ne serait pas l'unique composant à poser des problèmes pour la santé. Le DEHA (Di [2-ethyhexyl]adipate),  présent dans le PVC,  peut avoir des impacts négatifs sur le foie, les reins, la rate, la formation osseuse6. En 1991, l'EPA a classé le DEHA comme cancerogène probable. Puis en 1995, l'EPA est revenu sur cette classification. Dans un dernier document datant de 2006, l'agence précise qu'il y aurait des éléments montrant que l'exposition au DEHA à de fortes doses durant toute une vie serait potentiellement la cause de cancers7.

Une autre substance chimique, le styrène peut présenter des risques pour la santé selon plusieurs études8. Présent dans le polystyrène, le styrène est considéré comme toxique pour le cerveau et le système nerveu en cas de forte expositon. Le styrène peut avoir des effets nuisibles sur les globules rouges, le foie, les reins et l'estomac d'après des tests réalisés sur des animaux.
Ces études ne font pas l'unanimité dans la communauté scientifique. Dans une interview à la MSNBC14 , le docteur Nancy Snyderman, a souligné qu'il n'y a pas de certitude sur les effets à long terme d'une exposition à ces différents produits chimiques. « Peut être même que certains récipients de la catégorie 3, 6 et 7 [voir ci-dessous le détail] ne posent pas de problème pour la santé. Mais si vous le pouvez, ne les utilisez pas », a-t-elle déclaré. 

Pour reconnaître à quel type de plastique vous avez à faire, il suffit de repérer le numéro inscrit dans le logo recyclage en dessous du récipient. Il est compris entre 1 et 7.

Décryptage des plastiques et utilisations

plastique-1-PET.jpg

1 PETE ou PET : Polyéthylène Terphthalate
Utilisations courantes : bouteilles d'eau minérale et de jus de fruits, emballages jetables de toutes sortes (boîtes pour salades, plateaux de présentation), emballages résistants au four, emballages de cosmétiques.

 

  

 

plastique-2-HDPE.jpg

2 HPDE : Polyéthylène de haute densité (Pehd)
Utilisations courantes : bouteilles de lait, bouchons vissés, flacons pour cosmétiques, jouets, ...

  

 

   

plastique-3-PVC.jpg

 3 PVC ou V : Polychlorure de vinyle
Utilisations courantes : boites alimentaires, bouteilles d'eau minérale, films alimentaires, flacons, jouets.
Le PVC est considéré comme un matériau à la fois dangereux pour l'environnement et la santé. Il contient du DEHA. Les produits en PVC éliminés dans les décharges contribuent certainement à la formation de dioxines et de furanes lors d'incendies accidentels des décharges10. Le plomb, le cadmium ou les composés organostanniques sont des substances toxiques couramment utilisées comme stabilisants dans les PVC ; les phtalates sont des substances toxiques couramment utilisées comme plastifiants.

plastique-4-LDPE.jpg

 4 LDPE : Polyéthylène basse densité
Utilisations courantes : barquettes, films alimentaires, flacons, jouets, sacs congélation, sacs poubelles

 

 

 

plastique-5-PP.jpg

 5  PP : Polypropylène
 Utilisations courantes : barquettes (beurre, margarine), pots de yaourt, biberons

 

 

 

plastique-6-PS.jpg 6 PS : Polystyrène
Utilisations courantes : couverts et verres en plastique, emballages alimentaires (pot de yaourt) emballage pour les oeufs... Le styrène est considéré comme toxique pour le cerveau et le système nerveu chez les ouvriers exposés à long terme à cette substance. Des effets indésirables sur les globules rouges, le foie, les reins et l'estomac ont été relevés11.

 

plastique-7-other.jpg7 Other : Autres, habituellement du polycarbonate
Utilisations courantes : récipients alimentaires (bouteilles de ketchup...), biberons, les bouteilles en plastique de 20 litres, gourdes, gobelets en plastique rigides. On trouve du bisphénol A dans cette catégorie de plastiques. 
Les bouteilles contenant du bisphénol A sont habituellement rigides, translucides et colorées.  

 

On trouve du bysphénol A dans la catégorie 7, du styrène dans la catégorie 6 et du DEHA dans la catégorie 3.

Conseils d'utilisation des plastiques alimentaires

Voici quelques recommandations, inspirées du Smart Plastic Guide (édité en 2005) :
- Evitez de passer des récipients en plastique au micro-ondes ou au lave vaisselle. Ne vous fiez pas aux mentions « micro-onde » souvent peu fondées.
- Evitez d'utiliser les films plastiques, ne pas les passer au micro-onde. Si vous les utilisez, éviter qu'ils entrent en contact avec les aliments.
- Utilisez autant que possible des emballages alternatifs au plastique.
- Les bouteilles d'eau en plastique, en PET ( catégorie 1) ne sont pas concernées par le bisphénol, et sont considérées non dangereuses. Il est toutefois préférables de ne pas les réutiliser. Si vous êtes du genre à douter de tout, passez à l'eau du robinet.
- Si vous utilisez des bouteilles en plastique en polycarbonate (catégorie 7), évitez de chauffer la bouteille, et - débarassez-vous de celles qui sont abimées (rayures..). Les bouteilles marquée de la catégorie 1 et 2 sont destinés à une utilisation unique.
- Pour les nourrissons, préferez au ploycarboante les bouteilles en verre, à défaut en polyéthylène ou en polypropylène.
- Quand il n'y a pas de mention sur les biberons, n'hésitez pas à contacter le fabriquant pour savoir à quelle catégorie appartient le produit.
- Réchauffez de préférence les aliments ou les liquides dans des récipients en verre avant de les transférer une fois à température ambiante dans un biberon par exemple.
- Evitez de mettre des aliments gras dans des recipients en plastique. Ils qui accroissent la libération de BPA.
- N'utlisez pas de détergents puissants pour les laver (libération de BPA).

Des éléments et des incertitudes

1) La migration d'éléments chimiques du récipient vers son contenu n'est pas mis en doute. Le phénomène est augmenté par la température ou la nature grasse du contenu.
2) Les tests en laboratoires, sur les rats ou sur les souris utilisent des concentrations de produits beaucoup plus importantes que celles trouvées en réalité, mais l'objectif est de montrer sur des durées relativement courtes (quelques mois) le caractère toxique du produit et la nature des pathologies développées.
3) Les désaccords portent donc sur les doses, qui sont généralement considérées bien trop faibles par les industriels du plastique pour avoir des conséquences sur la santé.
4) Les tenants d'un effet négligeable sur la santé affirment également que les produits concernés sont rapidement éliminés dans la nature, par dégradations biologique, biochimique ou oxydative. Il en résulterait donc une élimination rapide dans le système sanguin12.
5) Certains adjuvants considérés toxiques ou cancérogènes dans un premier temps par des agences gouvernementales, voire interdits dans certaines conditions, se sont trouvés réhabilités par la suite. (Cas du DEHA par l'EPA aux Etats-Unis ou par l'Office fédéral de la Santé publique Suisse13.) Ces revirements sont généralement justifiés par de nouvelles études, considérées plus complètes.
6) Les conclusions des études sérieuses sont généralement rédigées avec une très grande prudence.                   

 

Notre position

Les organismes de santé publique sont bien obligés de fixer des pratiques et des limites de doses admissibles. Elles le font sur la foi d'études de toxicité sur les animaux, et de manière à prendre un risque considéré comme statistiquement acceptable. Néanmoins l'impact de doses minimes sur  l'homme pendant toute la durée de sa vie, 40 fois plus longue que celle d'un rat de laboratoire, ne semble pas faire l'objet d'études, si tant est qu'elles soient possibles. L'argument de l'élimination rapide, n'est acceptable que si le produit n'est pas réabsorbé tous les jours. Par ailleurs, même si certains composants chimiques pris séparément ne montrent qu'une toxicité faible qu'en est-il de notre exposition même minime, mais concomitante, à des dizaines de composés chimiques différents, même très faiblement toxiques. Personne n'a les réponses à ces questions. La prudence est donc de mise, la simple prise de conscience peut nous amener, sans catastrophisme, à changer nos comportements afin de minimiser notre prise de risque individuelle.

 

 

Liens et sources :

1 Polycarbonate plastic and Bisphenol A release.  

2, 8, 11 Smart Plastic Guide - Institute for agriculture and trade policy.

3 Revue Scientific American : Plastic (Not) Fantastic

4 CDC, National Report on Human Exposure to Environmental Chemicals. Spotlight on Bisphenol A and 4-tertiary-Octylphenol.

5 Résultat d'étude des chercheurs de l'université de Cincinnati.

6, 7 Technical Fact Sheet on Di (2-ethyhexyl) adipate.

10 Livre Vert. Problèmes environnementaux du PVC. Commission Européenne.  

12 Conseil du vinyle du Canada

13 Films PVC et PVDC destinés à l'emballage, Office fédéral de la santé publique Suisse.

14 - Article de MNSBC

38 Commentaires

  • Lien vers le commentaire jeudi 12 septembre 2013 Posté par Thomas Gilbouille

    Sur le site d'Extenso (Centre de référence sur la nutrition de l'Université de Montréal), un article explique que les risques liées aux plastiques alimentaires portent surtout sur la catégorie 7 "Other", qui peut contenir du Bisphénol A. Le Bisphénol A est considéré comme un perturbateur endocrinien mais il faut relativiser du fait que les études n'ont pas réussi à  évaluer clairement les niveaux de risques liés à  ces plastiques alimentaires.

    Des conseils donnés à  la fin de l'article sur le site d'Extenso :
    Évitez les contenants et les bouteilles de plastique fabriqués à  partir de polycarbonate. Ces contenants et bouteilles portent le code de recyclage 7. Il faut savoir, par contre, que les plastiques arborant le numéro 7 ne contiennent pas tous des BPA.

    Préférez ceux en verre ou ceux fabriqués avec du polypropylène (code de recyclage 5) ou encore avec du poly(téréphtalate d'éthylène) qui portent le code de recyclage 1.

    Lien de l'article : http://www.extenso.org/article/biberons-et-bouteilles-pour-sportifs-des-plastiques-dangereux/

    Thomas

  • Lien vers le commentaire jeudi 17 janvier 2013 Posté par Philip

    Bonjour. Les réponses ainsi que l'article, remontant(déjà ) à  5 ans, permettent-elles de savoir si des avancées notables et de nouveaux éclaircissements ont été apportés sur la toxicité ou l'impact sur la santé de ces bouteilles.
    Pour "les marques françaises" d'eau minérale, j'ai lu sur le site "d'Evian" leur affirmation que leurs bouteilles n'en ont jamais contenu. Je cite "qu'en France, il n'y a pas de Bisphénol A dans les bouteilles d'eau"... D'autre part,pour déterminer leur composition, vous indiquez à  la fin de votre article du 11/04/2008 "qu'il suffit" de regarder le logo de recyclage en dessous du récipient, dont la liste est mentionnée avec le chiffre à  l'intérieur.
    Or, je n'ai jamais vu ce logo sous ces bouteilles auparavant ni en ce mois de janvier 2013 (pour bien commencer cette nouvelle année...).
    Donc merci de préciser ce qu'il en est exactement pour les bouteilles des "principales" marques (Evian, Volvic "dont 20% de chaque bouteille est fabriquée avec des composants alimentaires"...et les 80 autres %...?, Contrex). De même pour les eaux gazeuses (Badoit, St Yorre), celles de Périer étant en verre.
    Merci pour votre réponse. Philip

  • Lien vers le commentaire lundi 02 juillet 2012 Posté par Béatrice Maubert

    je m'aperçois que Anne Lepage s'inquiète de nos matières plastiques, enfin des élus qui se bougent intelligement sauf que le mal est fait pensons à  nos enfants et petits enfant !



  • Lien vers le commentaire lundi 19 décembre 2011 Posté par kaloo

    je suis en train de faire une recherche et je tombe sur votre article !!
    bravo ... complet clair voilà  de l'info ... qu'il faudrait faire circuler !!
    merci aussi aux intervenants qui précisent les informations
    par contre je n 'ai pas trouvé ma réponse ... j'ai un triangle contenant 21 avec PAP dessous
    ce PAP n'est répertorié nulle part ..
    pourriez vous m'en dire plus ?
    merci encore

  • Lien vers le commentaire mercredi 21 septembre 2011 Posté par SABRINA K.

    Merci pour l'info, je comprends que ce n'est pas facile à  trouver, mais je vais aller voir votre liens. Merci :) !
    Bien à  vous

  • Lien vers le commentaire vendredi 16 septembre 2011 Posté par alexandra

    En réponse à  Sabrina. Nous n'avons pas connaissance d'un code 21 pour le plastique, mais pour le papier. voir ici l'article de Wikipedia sur le sujet : [url]http://en.wikipedia.org/wiki/Recycling_codes[/url]
    Ces codes sont défini par SPI l'association des industriels du plastique : [url]http://www.plasticsindustry.org/[/url]
    Merci de votre intérêt et de cet excellent commentaire. Désolé de ne pouvoir répondre plus précisément. Pour vos recherches, cherchez plutôt en anglais avec "resin identification code" ou recycling code".

  • Lien vers le commentaire vendredi 16 septembre 2011 Posté par Sabrina k.

    Bonjour, je suis agée de 17ans, et le recyclage me touche beaucoup. Cependant, pourquoi les consommateurs n'ont-ils pas TOUTE la liste des différentes sortes de plastiques, et n'en on que 7 ? Je comprends la signification de ces numéros dans les triangles car on les trouve facilement sur internet, mais il arrive parfois, que ces chiffres dépassent le nombre 7 ou la lettre "O" pour "other". Mais pourquoi n'avons nous pas la liste de ces autres chiffres et leurs significations ? Comme par exemple, je rencontre souvent le nombre "21" dans le triangle. Que veut-il dire ? Où pourrais-je trouver cette liste ?
    Merci d'avance, et bravo pour l'article.

  • Lien vers le commentaire mercredi 27 juillet 2011 Posté par yves

    Dida, merci de votre message qui nous encourage. Pourriez-vous prendre contact avec nous ici : [url]http://www.ddmagazine.com/Contactez-nous/Yves-Heuillard.html[/url]

  • Lien vers le commentaire mercredi 27 juillet 2011 Posté par Dida

    Bonjour,

    je suis moi-même chimiste (spécialisée dans la durabilité des plastiques) et c'est l'article le plus sérieux que j'ai pu lire jusqu'ici. En tout cas pour ce qui concerne l'information pour le grand public.
    Le nombre de betises que j'ai pu entendre dans les émissions justement grand public... de quoi partir au beau milieu de la foret et se couper du monde !
    Bien sur que certains plastiques peuvent se dégrader et donc provoquer la migration de contaminants mais il faut savoir que généralement il faut que le plastique soit en contact avec l'aliment/liquide un certain temps ou à  grande température, il faut absorber de grandes quantités de contaminants pour avoir un effet quelconque.
    Pour les plastiques qui contiennent des adjuvants comme le PVC, il faut savoir qu'il ne sont pas présents dans les PVC-U (rigides) que l'on utilise pour les canalisations.
    J'ai moi-même un bébé; je fais attention sans pour autant me méfier de tout, mais par exemple je prépare moi-même ses petits pots et je ne chauffe rien au micro-onde.
    En ce qui concerne le PET, pour l'avoir étudié durant de nombreuses années, il ne se dégrade pas avec le chlore. ;)
    Bonne continuation et merci pour cet article

  • Lien vers le commentaire jeudi 07 avril 2011 Posté par thalassa

    les Tupperware des annees 60' ont ete utilise des centaines de fois. a part la marque il n'y a aucune autre information sur la qualite du plastique.
    Je me demande vraiment si on ne s'empoisonne pas en continuant, apres 50 ans a utiliser ce genre de trucs. merci.

  • Lien vers le commentaire jeudi 17 mars 2011 Posté par Betty

    Nous buvons et consommons régulièrement de l'eau qui circule dans des canalisations en PVC. Y a t-il un risque??

  • Lien vers le commentaire mardi 15 mars 2011 Posté par nouon

    Qu'elle aberration est-ce là  d'employer un microonde qui explose littéralement les aliments au niveau cellulaire, super pour la métabolisation!! Alors avec plastique ou non, je pense pas que ce soit judicieux surtout pour l'alimentation d'un enfant

  • Lien vers le commentaire mercredi 09 février 2011 Posté par Virginie

    Sait-on quels plastiques sont utilisés pour les différents tupperware ?
    Ceux pour micro-onde, sont-ils vraiment adaptés et sans danger ? Et ceux pour four traditionnel et micro-onde ?
    (Il y a 2 gammes : une pour cuire et une pour réchauffer uniquement. Je suppose qu'il vaut mieux respecter les températures maximales.)
    Si l'on respect bien les conseils d'utilisation (congélation, micro-onde, etc.) peut-on sans trop de danger les utiliser quotidiennement ?

    Et qu'en est-il des boite pour réchauffer au micro-onde de chez Ikea avec la mention PP-C? (si l'on réchauffe doucement et pas trop fort?)

    Peut-on réutiliser les nombreuses boites transparantes de type 5 que l'on reçoit dans les boucheries et autres, pour juste concerver et congeler des aliments refroidis au préalable ?

    Merci d'avance

  • Lien vers le commentaire lundi 26 juillet 2010 Posté par yves

    Je n'ai pas une réponse précise, qui serait basée sur une étude, mais quelques éléments de réfélexion. L'eau du robinet contient des produits chimiques, en particulier le chlore, et il y a probablement interaction entre le chlore et le PET. Si l'eau n'est que faiblement chloré (indétectable au goût),le risque est probablement minime. De toute façon c'est probablement mieux qu'une gourde en polycarbonate, ou en aluminium. En revanche je ne conseille pas de garder la même bouteille en PET mais d'en changer très souvent et de bien rincer avant usage. Les manipulations, l'exposition au soleil, à  l'air, ne peuvent que dégrader le récipient (de manière pas nécessairement visible) et augmenter la capacité d'échange entre contenant et contenu.

  • Lien vers le commentaire lundi 26 juillet 2010 Posté par videbou

    Un lecteur pose la question qui m'inquiète aussi : si j'utilise une bouteille en plastique PET 1 en la remplissant au robinet et que je vide le reste et re-remplis tous les jours, y a-t-il des risques ? Merci de me répondr.

  • Lien vers le commentaire mardi 06 avril 2010 Posté par julie

    les bouteilles de lait de mon fils portent le numéro 7. Vaut il mieux changer de marque ou est-ce sans importance étant donné que je ne les fais pas chauffer ?

  • Lien vers le commentaire jeudi 01 avril 2010 Posté par SophieC

    Encore un détail, je pense (peut-être que je me trompe) qu'on peut relativiser car les plastiques sont utilisés depuis un moment, moi je me méfierais plus des ondes wifi, portables, audibébé et [u]téléphones sans fil DECT[/u] qui sont dangereuses aussi, dont on n'entend pas trop parler et qui sont récentes. On ne sait absolument pas l'influence que ça aura dans quelques années. (cf. http://www.retrouversonnord.be/dect.htm) Protégez-vous !

  • Lien vers le commentaire jeudi 01 avril 2010 Posté par SophieC

    Et qu'en est-il des robots pour chauffer à  la vapeur dans un panier en plastique les légumes de bébé ? La cocotte minute est-elle préférable alors ?

  • Lien vers le commentaire samedi 20 mars 2010 Posté par josiane

    merci pour les infos précises sur le PET,apparemment il ne contient pas de phtalates, mais on va essayer d'éviter un maximum!je ne savais pas non plus qu'il ne fallait pas chauffer les aliments au micro-ondes dans les tupperwares, je vais donc éviter cela maintenant et bien sûr transmettre ces infos à  un plus grand nombre possible de gens autour de moi!

  • Lien vers le commentaire dimanche 14 février 2010 Posté par Pépita

    A ceux qui doutent de la possibilité de migration des substances chimiques ou à  leur éventuelle toxicité, faites donc appel à  votre bon sens : N'avez-vous jamais été confronté à  un goût désagréable en consommant votre yaourt ou dessert préfabriqué, un aliment préalablement emballé dans du film plastique ou un fond d'eau de Badoit, pour ne pas la nommer?
    Il m'est même arrivé récemment d'avoir cette expérience désagréable avec un yaourt bio de la marque Savoie Yaourt dans un contenant en polystyrène!!!
    En général ce qui à  mauvais goût est mauvais pour la santé, c'est une réaction de défense normale que de pouvoir identifier ce qui est mauvais donc voilà  : évitons ces horribles plastiques!!!!

  • Lien vers le commentaire lundi 08 février 2010 Posté par Marie P

    Je me demandais si on trouvait du Bysphénol A dans les yaourts pour bébé? Et dans les petits pots en plastiques? Je ne sais pas à  qui m'adresser et puis sur l'emballage rien n'est inscrit!
    Merci

  • Lien vers le commentaire dimanche 13 décembre 2009 Posté par Dominique

    Bonjour,

    Je voudrais savoir si le PES est également dangeureux dans les biberons.
    Car certaines marques ont remplacé le BPA par du PES (numero 7).

    Merci,

  • Lien vers le commentaire vendredi 26 juin 2009 Posté par leafred

    Nous utilisons des bouteilles plastiques d'eau minérale pour mettre de l'eau du robinet. J'utilise personnellement la même bouteille depuis un an
    (bouteille d'HEPAR).
    Y a-t'il un risque à  faire cela, c'est-à -dire est-ce que le plastique risque de se dégrader dans l'eau consommée (sur une longue période) et d'être ainsi absorbé ? merci beaucoup de nous tenir informés.

  • Lien vers le commentaire samedi 31 janvier 2009 Posté par hello

    BSR JE VEUT SAVOIR LES COMPOSANTS DU PEBD et est ce qu'il y a une interaction entre ce matérieau et le lait .
    merci d'avoir me repondre

  • Lien vers le commentaire lundi 19 janvier 2009 Posté par del

    bonjour,

    article très intéressant. peut être aurait il été intéressant de parler plus en profondeur des phtalates également contenu dans les plastiques.
    et peut être peut on aborder également le sujet du plomb dans le verre pour augmenter sa resistance au choc thermique.
    alors soyons tous vigilants au toxicité des matériaux qui nous entourent ainsi qu'aux paliatifs qui peuvent être tout aussi toxiques.

  • Lien vers le commentaire lundi 19 janvier 2009 Posté par Yves Heuillard

    Merci de vos commentaire. prenez contact avec moi. [url]http://www.ddmagazine.com/Contactez-nous/Yves-Heuillard.html[/url]

  • Lien vers le commentaire dimanche 18 janvier 2009 Posté par WALID

    JE FAIT UNE RECHERCHE SUR:
    - La composition du PEBD
    - Le mécanisme de l'intéraction entre le lait et le plastique PEBD
    - La réglementation et les effets
    merci pour l'article et pour votre aides

  • Lien vers le commentaire vendredi 09 janvier 2009 Posté par Benjamin

    Monsieur,
    Oui je suis plutôt bien renseigné, de part ma formation, et mon expérience professionnelle même si elle n'est pas encore énorme.
    Vous avez raison en tout cas sur un point, nous ne sommes pas d'accord. Je suis contre les raccourcis, les mêmes que vous faites dans votre commentaires, mais peut être est ce de ma faute, je vais donc essayer de m'exprimer autrement.
    Encore une fois je ne m'oppose pas au contenu de l'article en entier, mais je m'oppose aux raccourcis qui sont créés pour « la bonne compréhension du tout un chacun ». Croyez vous sincèrement qu'un article ayant pour titre « attention au Polycarbonate » aurait eu cet effet là . Non, on préfère parler de plastique, c'est bien plus racoleur, et c'est ce que je veux dénoncer.
    Les études scientifiques mentionnées dans ces articles sont faussées car on prend les conclusions qui intéressent, les autres passent à  la trappe, et ce n'est plus un débat, c'est un procès. Regardez dans l'article plus haut où voyez vous l'intérêt d'utiliser les plastiques ? Sait on vraiment pourquoi on utilise les plastiques ? C'est à  mon sens un peu trop simple de dire que rien ne va. Où sont les propositions?
    De même je ne me serai pas permis de rebondir sur un sujet médical, ce n'est pas ma spécialité même si certaines pratiques sont à  dénoncer.
    Je n'ai jamais dit que le public était ignare, en tout cas dans tous les domaines. Par contre, et je pense être objectif en disant ça, je ne suis pas assez compétent pour m'immiscer dans ce genre de conversations.
    Vous voyez aussi, que dans ce genre de débat on passe plus de lignes à  se justifier personnellement sur ce que l'on est plutôt que sur le fond du problème. C'est dommage. Il y a des spécialistes laissons les travailler.

  • Lien vers le commentaire vendredi 09 janvier 2009 Posté par Yves Heuillard

    Je suppose que vous auriez été opposé à  ce qu'on parle de l'amiante parce que le public ne peut pas comprendre la nature exacte de la chrysotile, à  ce qu'on parle de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, de l'hormone de croissance, du sang contaminé, des OGM, parce que le public est totalement ignare est qu'il est dans l'intérêt de tous qu'il le reste. Notre point de vue est différent. Nous pensons que les grandes questions de sociétés, les plus importantes sont liées à  la compréhension par le plus grand nombre des phénomèmes chimiques et physique qui régissent la nature et l'humanité. Sans cette compréhension, pas de débat démocratique. Même les industriels et scientifiques, contrairement à  votre avis, ont tout intérêt à  un débat avec un public averti. C'est la condition du progrès et certains des grands groupes chimiques mondiaux l'ont bien compris. Merci de vos justes précisions sur les petits pots pour les bébés, ou les boites de conserves, vous semblez savoir de quoi il retourne. Alors ne restez pas dans l'anonymat, même si nous ne sommes pas d'accord sur tout, participez avec nous au débat. Notre objectif est d'informer.

  • Lien vers le commentaire vendredi 09 janvier 2009 Posté par Benjamin

    Bonjour à  tous,
    Tout d'abord, je tiens à  vous dire que je suis tout à  fait opposé à  ce genre d'article, même si je dois l'avouer ce n'est pas le pire que j'ai vu.
    Pour comprendre dans le détail ce genre d'article il faut avoir de solides bases en chimie organique et en polymère. Comment peut-on donner un avis sans en connaître les tenants et les aboutissants?
    Pour la plus part des consommateurs plastique = matériau synthétique.
    La plupart des consommateurs ne savent pas ce que signifie PP, PET, CPET, APET, CPET, PEhd, PEbd, PLA.... la liste est très longue. Alors pour faciliter la compréhension on a mis des sigles sous les bouteilles, sans former le consommateur.
    Je tiens tout de même à  signaler que les industriels sont tenus d'analyser les migrations des composés chimiques vers les aliments depuis que ces emballages existent, ce n'est donc pas nouveau.
    Je ne remets pas en cause la dangerosité potentiels de certains composés chimiques, je m'alarme juste sur la médiatisation de ce sujet.
    Si on médiatise les choses, alors il faut parler aussi d'autres types d'emballage, comme le verre (migration très importante du joint de scellage pour les petits pots pour bébés) et aussi des boites de conserve en acier (il y a une enduction de polymères sur la surface interne des boites pour éviter la corrosion).
    Bonne continuation.

  • Lien vers le commentaire mardi 06 janvier 2009 Posté par Marc

    Après le reportage de "complément d'enquêtes" du 05/01/09, j'ai recherché sur internet pour savoir si les biberons "jetables" (candia croissance en plastique blanc) étaient dangereux pour la santé de mon bébé. Je n'ai trouvé la réponse que sur votre site : merci pour toutes ces infos tres utiles !!!!! Merci encore

  • Lien vers le commentaire jeudi 04 décembre 2008 Posté par Laure

    Qu'en est il des flacons cosmétiques en plastique ? Vaut-il mieux choisir du PEHD que du PET ou du PP ? lesquels sont susceptible de relarguer des substances toxiques ?merci !

  • Lien vers le commentaire jeudi 27 novembre 2008 Posté par Enila

    Sur de nombreux produits contenant du plastique j'ai remarqué un sigle en triangle également mais à l'intérieur il y a le chiffre 21 et la mention PAP en dessous, que cela signifie t-il?

    merci pour vos articles

  • Lien vers le commentaire mercredi 05 novembre 2008 Posté par

    voici pour les plus curieux des projets parmis tant d'autre très interessant!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/SODIS_Désinfection_Solaire_de_l'Eau

    http://fr.solarcooking.wikia.com/wiki/Pasteurisation_de_bouteilles_d'eau

    http://www.natchers.com/actualite-2008/3171/lightcap-transforme-une-bouteille-deau-en-une-lampe-a-energie-solaire/

    http://www.sciences-buissonnieres.org/Construction-d-une-pompe-a-eau.html

    http://fr.wikipedia.org/wiki/SODIS_Désinfection_Solaire_de_l'Eau

  • Lien vers le commentaire lundi 22 septembre 2008 Posté par Sarkozette

    les gobelets en plastique des distributeurs automatiques de boissons sont réalisés en polystyrène.
    Source Wikipédia : Gobelets en plastique (pour distributeurs automatiques en particulier) en PS choc thermoformé ou transparent en PS cristal injecté (flûtes et verres à pied pour cocktails)
    Le styrène est considéré comme toxique pour le cerveau et le système nerveu chez les ouvriers exposés à long terme à cette substance. Des effets indésirables sur les globules rouges, le foie, les reins et l'estomac ont été relevés11.
    et quand on sait qu'un récipient chaud libère plus de toxines dans les aliments on doit se poser la question pour les distributeurs de boissons chaudes......

  • Lien vers le commentaire vendredi 04 juillet 2008 Posté par kim

    Merci.

    Continuez à faire des articles aussi puissant, le monde en a besoin...

  • Lien vers le commentaire vendredi 23 mai 2008 Posté par Greenmyst

    Merci pour ce dossier hyper complet et détaillé. J'ignorai tout des risques avec le bisphénol, le PET,... y a plus qu'à etre drolement vigilante

  • Lien vers le commentaire dimanche 04 mai 2008 Posté par hamdache ali

    je cherche des document qui parle sur l'etude et le probléme de ses interaction surtou entre le polyéthylene (PET)et denre alimentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.