Vaisselle : les astuces anti-gaspi

mardi 03 juin 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

vaisselle-economie-d-eau.jpg Nous vous parlions tout récemment du bon usage d'un lave-vaisselle. Mais nous ne sommes pas tous équipés d'un lave vaisselle. Loin de là. Est-ce une bonne ou une mauvaise chose ? La fabrication d'un lave-vaisselle demande une énergie importante ainsi que pour son transport et enfin sa démolition. Mais en lavant notre vaisselle à la main, dans la plupart des cas, nous gaspillons énormément d'eau. Comment limiter ces dépenses d'eau et préserver cette ressource préciseuse, comment aussi éviter de polluer les eaux avec les liquides vaisselles que nous utilisons. Voici les questions auxquelles nous tentons de répondre ici.

Un lave vaisselle consomme  – pour les plus efficaces – 14 voire 10 litres d'eau pour 12 couverts ce qui est peu. Sommes nous capables de faire mieux ? Très certainement si vous êtes la majeure partie du temps seul(e) à la maison. Probablement pour les couples sans enfant quand ils portent attention au sujet. Mais pour une famille avec des enfants le lave-vaisselle est à la fois économique et quasi-indispensable. Nous ne disposons pas de chiffres sur le sujet, les assertions ci-dessus sont le résultat du bon sens.

Mais il y a d'autres considérations écologiques conecnant le lave-vaisselle. Tous fonctionnent avec du "sel" pour adoucir l'eau et éviter l'entartrage, et également avec des produits de rinçage. La composition de ces adjuvants est rarement connue. Une chose est certaine, des traces infimes de ces produits restent sur la vaisselle propre. L'attention portée par les fabricants de lave-vaisselle à l'économie d'eau ne fait probablement qu'augmenter cet état de fait. Là encore pas d'étude sur le sujet, juste des considérations de bon sens.

« Evitez d'utiliser un autre "sel" que du sel "spécial lave vaisselle". Evitez d'utiliser du vinaigre blanc à la place du produit de rinçage, sinon vous risquez de limiter la durée de vie de votre appareil » nous disent les fabricants et les distributeurs. À juste titre, très certainement, mais nous attendons un lave-vaisselle qui n'utiliserait que des produits naturels et génériques, autrement dit des produits ménagers courants. Et Si les industriels veulent nous rassurer, nos colonnes leurs sont bien évidemment ouvertes.

Nous n'entrons pas dans le détai des autres considérations écologiques dont l'impact de ces produits adjuvants sur l'environnement une fois rejetés à l'égout, le bilan énergétique comparé entre lave-vaisselle et lavage à main, et enfin sur le cycle de vie du lave-vaisselle de sa farbriaction jusqu'à son traitement en fin de vie. Cet article ne vise pas à dénigrer le lave-vaisselle, juste à éviter de s'en servir quand il est possible et bénéfique de faire autrement.

 Faire sa vaisselle à la main. Comment réduire sa consommation

- Laver la vaisselle sous l'eau courante (en laissant couler l'eau) peut consommer jusqu'à 50 litres d'eau ! Comme lors du brossage des dents, pensez à couper l'eau lorsque vous frottez. Ceci peut paraître évident, mais en pratique vous vous apercevrez que vous ne le faites pas, et ce tout particulièrement si vous ne disposez que d'une simple robinetterie de type mélangeur. L'idéal c'est un mélangeur, de bonne qualité (Grohe par exemple) avec un levier au dessus et une douchette. 

- La technique la plus efficace pour économiser l'eau c'est d'utiliser deux bacs, un pour le lavage et un autre pour le rinçage. Pour une petite vaisselle, il n'est peut être pas nécessaire de le remplir mais de passer un peu d'eau sur chaque élément. Résultat, les plus doués en la matière ne consomment que 5 à 6 litres pour 4 couverts.

- Comment procéder ? Vous pouvez dans un premier temps faire tremper votre vaisselle quelques minutes dans votre bac de lavage. Puis, après avoir frotté pour décoller les résidus les plus résistants, utilisez votre deuxième bassine pour le rinçage. De l'eau froide peut faire l'affaire. Pensez tout de même à changer l'eau lorsqu'elle commence à mousser. 

- Laver les ustensiles dès que l'on peut quand on fait la cuisine. Une casserole dans laquelle on vient de faire une sauce se lave très facilement sous un peu d'eau chaude. Mais une fois refroidie et séchée, il faut beaucoup plus d'eau, d'huile de coude et de temps.

- L'utilisation de l'eau chaude n'est pas obligatoire pour les pièces les moins grasses. Car, comme pour les lave-vaisselle, l'énergie dépensée pour laver la vaisselle vient surtout de l'utilisation de l'eau chaude.

Le geste à éviter absolument

Nous le faisons tous. Ce geste est difficile à éviter tant nous y sommes habitués : essorer l'éponge pleine de détergent et la rincer pour y remettre 5 secondes plus tard du détergent neuf.

Dans 80% de cas il est possible d'éviter ce geste en n'essorant pas l'éponge et en la posant dans un récipient posé tout au bord de l'évier. Essayez. Vous trouverez peut être qu'il vous faut deux éponges. Pourquoi pas.

- Le détergent n'est pas toujours nécessaire. Les détergents servent à éliminer les graisses. une casserole dans laquelle on a fait cuire du riz ou des pâtes, une bol qui a reçu une salade de fruit, une sous-tasse, ne demandent pas de détergent. idem pour les couverts.

- Votre vaiselle est souvent à l'image de la qualité diététique de votre alimentation. Une cuisine grasse génère de la vaisselle grasse, une cuisine à la vapeur, conduit à une vaisselle qu'il suffit souvent de passer sous l'eau. Regardez votre eau de vaisselle et vous aurez une bonne idée de ce qu'il y a... dans votre estomac.

- Bonne nouvelle : il n'est pas toujours nécessaire de laver un récipient. Par exemple : vous venez de cuire du riz, et vous voulez cuire des pommes de terre en robe des champs, réutilisez le même récipient sans le laver, les restes d'amidon du riz dans la casserole ne sont ni sales, ni nocifs et ne contrarierons en rien votre cuisson. Vous pouvez même avoit intérêt à grouper les cuissons.

Et puisqu'on parle d'eau de cuisson, cette eau bouillante dans laquelle les pommes de terre viennent de cuire, ne pourrait-elle pas servir à "prélaver" une poêle grasse ? L'eau est tellement chaude, quasi-bouillante, que le seul fait de la verser dans la poêle suffit presque à la laver. Vous êtes DD ou pas ?

- Ne reportez pas au lendemain. Si vous êtes seul à la maison (c'est le cas de près d'un tiers des ménages français, selon les données de l'Insee ) la tentation est grande, de poser votre vaiselle dans l'évier ou la casserole sur la table de cuisson pour la laver le lendemain. Lutter contre cette tendance, une fois encore c'est préserver la ressource en eau, de l'énergie et du temps. L'assiette d'un oeuf au plat se lave en 5 secondes sous l'eau juste après le repas. le lendemain, une fois séche, c'est une autre histoire. Dans le pire des cas laisser la vaiselle tremper.

- Reportez au lendemain. À l'inverse remplissez d'eau les casseroles et poêles qui ont attaché et attendez quelques heures. Tout se décollera facilement.

- Si vous aimez bien manger - et cuisiner- préparez pendant le week-end des plats pour la semaine en quantité importante. Vous mangerez plusieurs fois ce bourguignon ou de ce taboulé selon la recette de votre grand-mère. On réchauffe la même cocotte ou on ressert le même plat, et on ne les lave pas à chaque fois. Il peut être nécessaire d'investir dans des cocottes et de fait-tout à la fois jolis et de taille adéquate. Leur esthétique vous autorise à les laisser sur le coin de la gazinière le temps nécessaire au refroidissement, leur taille les rend plus compatible avec votre réfrigérateur. Utilisez la fonte, ou l'acier inox, ou même le cuivre étamé des grands chefs.

-Recyclez les eaux de rinçage. Une eau de rinçage, peut servir à nettoyez le sol ou à arroser les plantes. Le seul problème c'est de la récupérer facilement. Si vous disposez d'un grand évier les choses sont facilitées. Mais l'idéal serait de pouvoir vidanger à volonté l'évier dans une citerne de récupération. Et l'idéal de l'idéal serait de récupérer de manière générale les eaux usées presque propre de la maison, pour les toilettes. Et même, rêvons un peu, d'en récupérer les calories au préalable. Notre lecteur pourra se reporter avec intérêt à cet article au sujet d'un immeuble suisse où les calories des eaux usées sont récupérées par un système de pompe à chaleur).

Des installations pour réduire le débit d'eau

economies-d-eau.jpg Un robinet traditionnel débite une dizaine de litres par minute. Si vous faîtes une vaisselle sous l'eau courante pendant 10 minutes, ça vous coûte en moyenne 30 centimes d'euros et jusqu'à 60 centimes d'euros pour les zones où le prix de l'eau est le plus élevé. En pratique vous n'ouvrez probablement jamais le robinet à fond, mais il est généralement possible de réduire encore. Il existe diverses solutions techniques pour réduire votre consommation d'eau
Le mousseur ou aérateur est une simple pastille à trou placée au bout de votre robinet, à la place du filtre. Grâce à son mélange d'air et d'eau, l'eau en sortie de robinet est plus dense, elle mouille plus. Ce système ne permet pas de réguler le débit d'eau mais permet de limiter la quantité nécéssaire. En d'autres termes : vous avez besoin de moins d'eau pour la même quantité de vaisselle.
Son point faible : il se bouche facilement en raison du calcaire. Un lavage régulier dans du vinaigre fera l'affaire. Prix : moins de 10 € dans les magasins de bricolage
Il existe aussi des limiteur de débit à mettre à la place du mousseur traditionnel de votre robinet. Sa forme, encaissée, réduit le diamètre d'ouverture et permet de brider le débit. Prix : moins de 10 € dans les magasins de bricolage
Mitigeurs à deux vitesses ou limiteur de débit est un système intégré à votre mitigeur. Ce limiteur de débit offre deux crans d'ouverture : le premier avec un moindre débit et le deuxième avec une ouverture normale. Prix : entre 80 et 150 € dans les magasins de bricolage.
L'installation de mitigeurs à deux vitesses paraît être la solution d'économie la plus fiable à ce jour.
L'installation d'un robinet perché, et s'il dispose d'une douchette c'est encore mieux. L'idée c'est d'avoir le moins de difficulté à manipuler les ustensiles (ex : laver le dessous d'une cocotte ). Plus on favorise l'agilité, moins on met de temps, et comme on a forcément tendance à laisser couler l'eau, le gain de temps se solde par une économie d'eau.
Liquide vaisselle : limitez la quantité, veillez à la qualité 
Un liquide vaisselle est certes moins agressif et donc moins polluant que le détergent utilisé pour les lave-vaisselle. Reste que les ingrédients utilisés (colorants, conservateurs, parfums de synthèse) terminent dans les eaux usées et se retrouvent dans les cours d'eau ou les sols. Quand ils ne se retrouvent pas dans votre assiette, si vous rincez avec parcimonie.
L'idéal est d'utiliser un savon naturel liquide, comme le savon de Marseille ou le savon noir. Vérifier que le savon est bien naturel et qu'il ne comporte pas d'agents toxiques. Plus le savon est naturel, moins il y a de risques à un rinçage un peu trop rapide. Vous économisez encore de l'eau.

Un liquide vaisselle fait maison

Nous vous proposons un petit atelier de fabrication de votre propre liquide vaisselle. La recette proposée ci-dessous nous est soufflée par Raffa sur " Raffa's blog, le grand ménage " . Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus pour améliorer cette potion naturelle dont voici la recette :
Dans un flacon de 500 ml, mélangez 1 cuillière à café de bicarbonate de soude. Facultatif : 1 cuillère à soupe de vinaigre blanc (réaction avec le bicarbonate = dégagement gazeux de CO2).  Agiter en faisant tourner le flacon. Vous pouvez aussi le remplacer par du jus de citron. Puis ajoutez 1/5 de liquide vaisselle Ecover (ou autre liquide vaisselle écologique) ; à défaut, 1 cuillère à café ou une cuillère à soupe de cristaux de soude (mais ça moussera pas vraiment). Remplissez d'eau. Ajoutez 15 à 20 gouttes d'huiles essentielles. Agitez doucement.
" L'ordre d'incorporation des ingrédients est important si vous ne voulez pas un geiser qui innonde toute votre cuisine ", explique Raffa qui conseille enfin d'ajouter un filet de vinaigre dans l'eau du rinçage pour éliminter les résidus de mousse et de calcaire.
Si l'atelier liquide vaisselle ne vous branche pas, vous pouvez vous orienter vers les produits portant un label. 

Liquides vaisselle et labels écologiques

L'éco label européen
eco-label-europeen.jpg Des incidences réduites sur le milieu aquatique ; l'absence de certaines substances dangereuses ; un effet limité sur la croissance d'algues dans l'eau ; un produit en grande partie biodégradable ; l'utilisation réduite d'emballage ; une garantie d'efficacité au moins aussi bonne que les produits classiques
Les produits eco label sont certes moins polluants que les produits traditionnels. Mais le label européen n'interdit pas par exemple l'incorporation de phosphates qui deviennent, dès lors qu'ils sont en fortes concentrations, de véritables engrais pour les milieux aquatiques qu’ils contribuent à enrichir exagérément en matière organique (CNRS). Cela conduit à des phénomènes eutrophisation.

Liste des produits écolabel. Faire une récherche pour la France, sélectionner hand dishwashing detergents. En vente en grande surface.

arbre-vert-vaisselle-ecologique.jpg Le groupe Novamex développe les produits de la gamme « l'arbre vert » . Certifiés Ecolabel, les produits de la gamme L'arbre vert garantissent en plus : des ingrédients d'origine végétale, un produit biodégradable, l'exclusion de phtalates, d'éther de glycol, de phosphates et de formaldéhyde. Les colorants de qualité alimentaire et des conservateurs agréés « contact alimentaire ». Le produit est hautement concentré, permettant de réduire l'emballage et la quantité nécessaire. Non testés sur les animaux. Production en France. 
En vente en grande surface

 

ecover-vaisselle-ecologique.jpgEcover est spécialiste de la fabrication de produits de nettoyage respectueux de l'environnment depuis 1980. L'entreprise garantit un mode de fabrication écologiquement, économiquement et socialement responsable sur ses sites de production  en Belgique, Suisse, aux Etats Unis et au Royaume Uni. 
Le liquide vaisselle Ecovert est garanti sans phosphate (depuis 1980); avec des composants d'origine végétale ; biodégradable à 100 % avec un impact minimal sur la vie aquatique ; emballage recyclable à 100 %.
Lors de la création de l'écolabel européen en 1992, Ecover construisait déjà la première usine de produits détergents écologiques au monde. L'entreprise était déjà bien en avance par rapport au label européen. C'est pourquoi les produits Ecover ne portent pas le label européen.
Ecover reproche à l'écolabel de ne pas exiger ni promouvoir les matières premières renouvelables. Pour Ecover, l'écolabel européen n'est pas suffisamment clair. Il n'oblige pas, par exemple, les produits à se conformer à des exigences environnementales non européennes ou nationales. Sur son site Ecovert explique " qu'un produit contenant des phosphates, comme l'autorise l'écolabel (!) et la loi nationale d'un pays, ne pourra être mis en vente dans les pays où les phosphates sont jugés illégaux en raison de leur impact bien documenté sur l'environnement, rendant par conséquent
l'écolabel obsolète pour ce produit dans ces pays. "

Trouver un point de vente près de chez vous

A petite dose 

Inutile de déverser du liquide vaisselle sur chaque ustensile que vous lavez. Souvent une faible dose de liquide suffit. Pensez à consulter les recommandations (sur l'étiquetage) du fabriquant qui indique quelle dose est nécessaire. Car les formules écologiques sont vendues ultraconcentrées. Pour une vaisselle peu sale, 2,5 ml suffisent (soit ½ cuillère à café de produit) ; le double pour une vaisselle sale. Et puis, moins de liquide vaisselle c'est aussi moins de mousse et donc moins d'eau pour le rinçage.

Voir notre article : " Lave-vaisselle : comportements et appareils DD "   

Vous avez d'autres astuces, partagez-les dans les commentaires.