Après Bouygues, SFR condamné à démonter une antenne relais

mardi 03 mars 2009 Écrit par  Alexandra Lianes

Nouveau coup dur pour les opérateurs de téléphonie mobile. Le tribunal de Carpentras a condamné, par un jugement du 16 février, SFR à démonter une anenne relais de 25 mètres, à Châteauneuf-du-Pape, annonce l’association Robin des Toits dans un communiqué.

"Le tribunal reconnaît, non seulement, le préjudice de vue aux époux Boutin, mais aussi le risque sanitaire éventuel", a déclaré l’avocat des plaignants Siegfried Bielle au Dauphiné Libéré.

Dans son jugement, dont l'AFP a obtenu copie, le tribunal de grande instance de Carpentras se réfère notamment à la condamnation de Bouygues Telecom, le 4 février, par la cour d'appel de Versailles (voir notre article), à démonter les installations d'émission-réception d'une antenne-relais dans le Rhône.

"Il n'existe manifestement pas de consensus sur cette question sensible et délicate de santé publique", note également le tribunal de Carpentras. Dès lors, "il existe un questionnement tout à fait sérieux portant sur le danger potentiel présenté par ce type d'installation, risque qui peut être qualifié de tout à fait envisageable, voire probable", poursuit le jugement, et donc pour les riverains il y a "une crainte légitime d'une atteinte directe à leur santé".

Le tribunal a également souligné l'"impact visuel exceptionnel" de l'antenne qui constitue, selon lui, "un trouble anormal de voisinage".

Contacté par l'AFP, SFR a indiqué qu'il avait fait appel.

A lire aussi sur DDmagazine :

Le démontage d'une antenne-relais confirmé en appel

Téléphonie mobile : antenne démontée au nom du principe de précaution

Santé : les antennes-relais devant la justice

Téléphones portables : cancérigènes probables selon le CIRC

Téléphonie mobile : nos conseils pour vous protéger

Téléphonie mobile : vers un scandale sanitaire ?