Quelle dose d'uranium dans votre eau minérale ?

mardi 26 mai 2009 Écrit par  Yves Heuillard
étude foodwatch sur l'uranium dans l'eau minéraleFoodwatch est une organisation non gouvernementale allemande, sans but lucratif dont le but est de porter l'attention du public sur les pratiques de l'industrie alimentaire qui ne seraient pas dans l'intérêt de consommateurs. Foodwatch vient de publier une liste de 825 mesures de taux d'uranium dans les produits de 435 marques d'eaux minérales. Les mesures viennent, soit des autorités sanitaires, soit des données des marques elles-mêmes, soit d'analyses faites par un laboratoire indépendant.

L'organisation fait savoir qu'une forte proportion des eaux minérales vendues dans le commerce, est trop chargée en uranium. 104 eaux minérales (vendues par 45 marques) seraient au dessus de la limite de deux microgrammes par litre. Cette valeur est la limite au-delà de laquelle  il est interdit (en Allemagne) d'utiliser la mention "conseillée aux nourrissons". Ce seuil avait été adopté en 2006, précisément sur la pression de Foodwatch.

L'uranium dans les eaux minérales représente un risque du fait de sa toxicité chimique (comme le plomb), mais aussi du fait de sa radioactivité. Selon Foodwatch, des taux élevés d'uranium dans l'eau peuvent conduire, chez les nourrissons, à des pathologies rénales.

Pour les adultes, les autorités allemandes considèrent que le seuil critique à ne pas dépasser est de 10 microgrammes, alors que Foodwatch conseille de ne pas dépasser le seuil de 2 microgrammes par litre, celui du seuil à ne pas dépasser pour les bébés. Dans la liste publiée par Foodwatch, les eaux dépassant 2 microgrammes par litre figurent en orange (San Pellegrino et Perrier en font partie)  et celles dépassant 10 microgrammes par litre figurent en rouge.

Toutes les eaux ne figurent pas dans la liste. Un document de L'IRSN ( Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) fait état pour l'eau de Badoit de 58 microgrammes par litre à la source, une valeur ramenée à 5,45 microgrammes après son retraitement (depuis 2001 pour satisfaire la nouvelle réglementation européenne).

Dans un article du périodique Radioprotection, des Editions de la Physique, volume 32 datant de 1997, messieurs H. Métivier et M. Roy, membres de L'institut de Protection et de Sûreté Nucléaire (l'ancêtre de IRSN), montrent que les eaux minérales salines et gazeuses françaises les plus courantes (sauf Perrier) provoquent une exposition à la radiocativité (dose engagée) 10 à 40 fois plus importante que leurs homologues plates. Notez que la radioactivité n'est pas due seulement à l'uranium, mais à d'autres éléments, principalement le thorium, présents naturellement dans tous les éléments de la croûte terrestre. Foodwatch avait réalisé l'année dernière, toujours en Allemagne, des mesures sur les eaux du robinet montrant des taux d'uranium s'élevant jusqu'à 39,9 microgrammes par litre.

Voir l'article de Foodwatch (en allemand) 

Téléchargez les mesures d'uranium dans les eaux minérales publiées par Foodwatch.

IMPORTANT : Ce texte a fait l'objet d'un droit de réponse de la Chambre Syndicale des Eaux Minérales que l'on peut consulter ici

Aussi dans DDmagazine

La vérité sur le polonium dans les cigarettes

La radioactivité expliquée pour tous  

 

 

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire vendredi 04 septembre 2009 Posté par yves

    Tous les isotopes de l'uranium sont radioactifs. donc l'uranium contenu dans l'eau est radioactif.

    L'eau contient d'autres radioéléments en particulier du thorium. Mais vous avez raison sur la toxicité : il est probable que la nature chmique de l'uranium, sa nature de métal lourd autrement dit, soit plus dangereuse que sa nature radioactive. Merci de ce commentaire intéressant.

    http://www.ddmagazine.com/677-radioactivite-comprendre.html">Cliquez ici pour en savoir plus sur la radioactivité

  • Lien vers le commentaire jeudi 03 septembre 2009 Posté par Betoll

    L'uranium contenu dans les eaux minérales et autres eaux est un métal lourd qui n'est pas radioactif. Cela ne change rien à  sa toxicité (peut-être même au contraire). Vous avez bien raison de diffuser cette information. Il y en a bien d'autres dont les consammateurs français devraient avoir connaissance: par exemple l'acrylamide contenu dans les chips!

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.