Premier parc éolien public en France

vendredi 15 janvier 2010 Écrit par  Yves Heuillard
Ville pilote en maîtrise de l’énergie depuis les deux accords-cadres signés avec la Région, l’Ademe et la Régie communale d’électricité en 2005 puis en 2008, Montdidier renforce sa politique énergétique pour être en mesure, d’ici 2015, de produire plus de la moitié de la consommation d’énergie de la ville à partir des énergies renouvelables, tout en réduisant par 4 les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. La première pierre d'un parc éolien public de 8 MW sera posée le 21 janvier 2010 et la collectivité locale a déjà prévu le réemploi des bénéfices générés. Oui, "bénéfices", vous avez bien lu ! Le mot n'est pas si courant, du moins dans son acception financière, quand il s'agit d'équipements publics. Voilà une belle démonstration qu'un projet de parc éolien peut se faire dans le cadre de la collectivité, à son profit, comprenez bien sûr "profit" dans son acception sociale cette fois. Les éoliennes feraient-elles tourner le monde à l'envers ? 

Après le réseau de chaleur inauguré en septembre dernier, Montdidier mise sur son futur parc éolien pour diversifier sa production d’énergie. La production éolienne devrait en effet représenter plus de 50% de la consommation électrique de la commune (19 GWh par an). Exploité par la Régie communale de Montdidier, le parc éolien «du moulin à cheval» comprendra 4 éoliennes d’une puissance de 2 mégawatts chacune.

La société Vestas assure la maîtrise d’oeuvre du projet. Cette opération, dont le coût s’élève à 11,14 M€, bénéficie du soutien financier de la Région, de l’Europe, via le Feder, et du Conseil général de la Somme : Région Picardie : 1 M€, sous la forme d’une avance remboursable à taux zéro ; Feder : 1 M€, sous la forme d’une subvention dans le cadre du Fonds régional pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie, au titre de l’aide aux opérations exemplaires ; Conseil général de la Somme : 120 000 €.

La création de ce parc éolien, premier parc public en France, démontre que les collectivités territoriales sont en mesure d’appréhender de manière globale la problématique de l’énergie et d’en faire un axe essentiel de leur développement territorial. L’exemple de Montdidier, qui a su valoriser les énergies renouvelables, en est la preuve.

La Régie communale de Montdidier prévoit de réinjecter ces bénéfices de la manière suivante :
1/3, en priorité, aux mesures compensatoires liées à l’effacement des réseaux électriques situés dans le périmètre des monuments historiques, puis pour l’amélioration de la qualité des réseaux de distribution haute et basse tension ;
1/3 au financement de l’opération Montdidier, ville pilote « Maîtrise de la demande en électricité », notamment pour les aides aux installations performantes de chauffage et de production d’eau chaude, au développement d’outils de communication adaptés et ciblés en faveur des économies d’énergies, de la production d’énergies renouvelables et du développement durable ;
1/3 à la ville de Montdidier dans le cadre des économies d’énergie, de l’amélioration thermique des bâtiments communaux et de la mise en place d’opérations axées sur le développement durable.

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire vendredi 19 mars 2010 Posté par Greenmyst

    L'électricité éolienne est consommée sur place contrairement aux grosses unités, principalement nucléaires en France, qu'on met loin des villes parce que ça pollue ou émet des effluents radioactifs gazeux et liquides qu'il faut diluer fortement. D'où nos 250 000 pylônes haute tension dont, bizarrement vous ne vous plaignez pas. Alors que quelques centaines de moulins à  vent vous dérangent. Enfin personne n'a dit que l'éolien pouvait tout résoudre. Et effectivement quand y a pas de vent, ça tourne pas. Mais c'est là  tout l'intérêt du smart grid ou réseau intelligent, c'est de consommer le plus possible quand on produit. il faudra de tout un peu, pour résoudre l'équation, et beaucoup d'économies.

  • Lien vers le commentaire jeudi 18 mars 2010 Posté par AMC

    Pour moi, 4 éoliennes, c'est un parfait mitage.
    Si chaque village, ou ville fait la même opération, collective ou pas, le résultat sera le même, une collection de nuisances, la région ne vaudra plus rien, ce n'est pas la peine de réclamer des services publics, on ne se bousculera pas au portillon pour venir y habiter. Si la collectivité fait des profits, c'est que l'électricité sera vendue au tarif fort, et donc pas consommée sur place!, et qui va payer les lignes renforcées pour transporter cette électricité?, et quand il n'y aura pas de vent..on aura une centrale thermique?
    Pas clair tout ça! C'est de l'éco-marketing:

  • Lien vers le commentaire lundi 18 janvier 2010 Posté par Justeole

    La production éolienne, est en effet "décentralisée", par opposition au nucléaire, et c'est justement un atout: Pour un centrale nucléaire, il créer des lignes spécifiques à  très haute tensoin, alors que pour les parcs éolien, la contrainte est justement de pouvoir s'intégrer au réseau existant, souvent surdimensionné.

    De plus, la production d'électricité est un réel besoin: la france achète de l'électricité à  ses voisins, de l'électricité issue des centrales à  charbon!

    Le parc éolien français produit tout de même de l'électricité pour 8 millions de particuliers en France!!

  • Lien vers le commentaire samedi 16 janvier 2010 Posté par yves

    C'est l'inverse, l'énergie éolienne est consommée sur place et donc n'est pas transportée. Donc moins de pertes et moins de pylônes. Vous dites un peu d'électricité, oui mais c'est l'idéal, un peu d'électricité, mais partout sur chaque immeuble, chaque maison... L'inverse c'est ce qu'on a fait jusqu'aujourd'hui : des machines, pour le coup vraiment gigantesques, dont on a tellement peur ou qui polluent tant, qu'on les installe le plus loin de Paris et des centaines de milliers de pylônes à  haute tension sur des dizaines de milliers de kilomètres dans tout le pays...

    Avec de l'intelligence ajoutée dans la distribution, et de multiples sources réparties, on peut au contraire, sans ajouter de capacité supplémentaire au réseau, transporter plus d'électricité dans moins de fils.

    Maintenant que la collectivité choisisse avec son budget d'enterrer ses lignes, c'est un choix respectable. Nous allons d'ailleurs le faire pour la ligne à  haute tension entre la France et l'Espagne

  • Lien vers le commentaire samedi 16 janvier 2010 Posté par Cyrille

    C'est une belle expérience qui montre bien que l'éolien est une énergie intéressante pour une collectivité et pour la collectivité...
    A développer.

  • Lien vers le commentaire samedi 16 janvier 2010 Posté par Nuage

    Mettre des immenses machines en zone rurale pour financer l'effacement des lignes électriques, c'est digne des Shadocks. Les éoliennes produisent (un peu) d'électricité, de façon très décentralisée, et il faudra toujours plus de lignes pour raccorder tout cela au réseau EDF.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.