Climat : 250 scientifiques dénoncent les persécutions dont ils font l'objet

mardi 11 mai 2010 Écrit par  Yves Heuillard
"Nous sommes profondément perturbés par la récente escalade des attaques politiques contre les scientifiques, et contre les climatologues en particulier. Tous les citoyens ont le droit de comprendre certains faits scientifiques de base". Il s'agit des premières phrases d'une lettre publiée hier dans le journal Science par 250 scientifiques de l'Académie des sciences des Etats-Unis (National Academies of Science). Ils y dénoncent les visées politiques de ceux qui attaquent leurs réputations et leur recherches. Ils qualifient ces attaques d'accusations criminelles à la McCarthy [pendant la période 1947-1957 le sénateur républicain McCarthy et son équipe se rendirent célèbres par une inquisition systématique à l'égard de toute personne soupçonnée de sympathie communiste, ndlr].

Les scientifiques rappellent avec humilité que des erreurs ont pu être faites, et corrigées, mais que rien dans l'histoire récente ne peut remettre en cause les conclusions de milliers de scientifiques du Giec (Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, en anglais IPCC) et d'autres organisations de recherches sur la réalité du changement climatique induit par les activités humaines.

 Ils rappellent les conséquences catastrophiques qu'il y aurait à ne pas agir. Ils montrent du doigt les motivations de leurs détracteurs à protéger des intérêts particuliers, ou simplement le dogme, et leur attitude qui ne revêt pas le caractère de l'honnêteté, ni ne propose d'alternative crédible pour expliquer l'évidence.

Ils dénoncent les harcèlements de certaines forces politiques qui cherchent à distraire l'opinion dans l'espoir de retarder les actions. Ils rappellent que les solutions intelligentes et efficaces existent pour contrer le réchauffement, mais que nous n'avons pas une minute à perdre (delay is not an option).

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mercredi 12 mai 2010 Posté par Marcel Meyer

    Non, c'est vous qui n'avez pas bien lu (l'auteur de l'article non plus du reste) : les pétitionnaires ne sont pas ceux dont les travaux sont mis en cause par ces gens que, d'une façon ignominieuse, vous appelez les "négationnistes", mais des scientifiques qui les défendent, et qui défendent les thèses actuellement majoritaires parmi les scientifiques qui travaillent sur le climat. Et ils ne sont pas attaqués parce que leurs travaux dérangent - qui dérangent-ils donc grands dieux, ils ont ou avaient la quasi-totalité de la presse, des autorités politiques, des organisations internationales, etc. à  leurs côtés - mais parce que leurs travaux sont parcellaires, fondés sur des modèles informatiques davantage que sur des observations, qu'ils sont souvent mal étayés, et parfois même tripatouillés, et qu'ils sont en contradiction avec les faits historiques connus et aussi, depuis maintenant une dizaine d'années, avec la réalité observée.

  • Lien vers le commentaire mercredi 12 mai 2010 Posté par Greenmyst

    Vous n'avez pas bien lu, il ne s'agit pas d'un texte qui défend la thèse du changement climatique, mais d'un texte des scientifiques qui se disent attaqués parce que leurs travaux dérangent.

    Il y aurait, qu'un seul scientifique poursuivi pour ses recherches, Comme Galilée le fut par l'église, que ce serait encore trop. 250 signifie qu'une véritable entreprise de persécution est à  l'oeuvre. En France le professeur Gilles-Eric Seralini vient de saisir la justice parce que sa réputation est attaquée. Les négationistes de tous poils opposent toujours les nombres aux faits. Une seul injustice, reste une injustice, un seul crime reste un crime.

  • Lien vers le commentaire mardi 11 mai 2010 Posté par Marcel Meyer

    l'Académie des sciences des États-Unis comprend environ 2100 membres américains et 350 étrangers. Tous ont été sollicités par les pétitionnaires, 10 % d'entre eux ont accepté de signer. Cela donne une bonne idée de l'ampleur du consensus...

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.