9 ans pour construire 10 éoliennes

mercredi 11 mai 2011 Écrit par  Yves Heuillard

éoliennes exploitées par VolksWind près d'Amiens

Le parc éolien de Quesnoy-sur-Airaines, situé au nord-ouest d’Amiens en région Picardie, sera inauguré à la fin du mois de mai. Il est composé de 10 éoliennes de 2.3 mégawatts (MW), soit une puissance nominale totale de 23 MW, ce qui permet de produire l’équivalent de la consommation électrique de plus de 20 000 foyers (hors chauffage). Le projet a démarré en.... 2002 !

Le projet éolien a été conçu, développé, financé, construit et est exploité par Volkswind France (250 MW dans le pays). Les 10 machines Siemens de type SWT-2.3-101, émergeant à 100 mètres de hauteur d’axe, sont idéales pour les vents faibles à moyens. Ce projet a par ailleurs bénéficié d’une large adhésion de la part de la population. Selon le maire de Quesnoy-sur-Airaines, qui ne manque pas d'humour, « les divers acteurs dudit chantier aussi bien administratifs qu’exécutifs ont tous donné entière satisfaction. La naissance des fermes éoliennes, après 9 années de gestation s’est fort bien déroulée. L’événement est heureux.» 

Les freins aux développements éoliens

Mais quel accouchement direz-vous ! Pas tant que ça au regard des moyennes européennes, ce qui n'enlève rien au caracatère ubuesque de l'affaire. Selon l'étude WindBarriers, une étude sur les freins au développement de l'éolien en Europe réalisée par EWEA (European Wind Energy Association), le délai administratif moyen (pour obtenir le permis de construire sur la terre ferme) est de 54 mois avec des pointes à 100 mois en Grèce, Espagne et Portugal. C'est en Autriche, Bulgarie et Hongrie que les permis de construire sont accordés le plus rapidement (moins 20 mois). La France est le pays ou le nombre d'administrations concernées est le plus grand : 22 procédures administratives, contre 4 au Danemark par exemple. 

Le projet éolien de Quesnoy-sur-Airaines a débuté en 2002 lorsque le conseil municipal de la commune a donné l’autorisation à Volkswind France d’identifier le potentiel éolien du territoire afin d’établir un projet d’aménagement compatible avec les spécificités du site. La demande de permis de construire a été déposée en mars 2005 et a été acceptée le 12 décembre 2006 (20 mois, un chiffre plutôt bon, au regard de notre complexité administrative). Les travaux du parc éolien ont commencé en mai 2010, le temps que tous les délais de recours des tiers aient expiré, et les travaux se sont achevés en octobre 2010, pour une mise en service au début du mois de décembre dernier.

Gaz de schiste et éolien : deux poids, deux mesures

La lourdeur administrative s'est encore accrue avec la loi Grenelle 2 du 12 juillet 2010 qui prévoit que les éoliennes sont désormais classées ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement), c'est à dire considérées comme des installations qui peuvent présenter des dangers ou des inconvénients pour les populations (on notera qu'une autoroute n'est pas une installation classée ICPE). La même loi prévoit aussi que les zones de développement éolien devront être mis en place dans le cadre des schémas régionaux dits "climat, air, énergie"  pilotés par les régions et les préfets. Les projets devront aussi comprendre un minimun de 5 machines.

On rappellera que les permis d'exploration pour l'exploitation des gaz de schistes, dont l'impact sur l'environnement est autrement plus inquiétant, et irréversible, avaient été donnés en France, en 2010, d'une simple signature des ministères concernés sans concertation aucune avec les collectivités locales, et encore moins avec les populations...  Suite aux réactions des Régions et des associations de protection de l'environnement, le vote d'un texte de loi qui encadrera l'exploration des gaz de schiste est prévu aujourd'hui.  

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.