Nucléaire : "Au lieu de considérer les Allemands, on décide que ce sont des cons"

jeudi 16 juin 2011 Écrit par  Yves Heuillard

centrale nucleaire St-Alban"Au lieu de se dire que si les Allemands font autrement, on pourrait peut-être regarder… Non, on décide que les Allemands sont des cons." Bernard Laponche, physicien nucléaire, polytechnicien, interviewé par Télérama, n'y va pas avec le dos de la cuillère. Pour lui, la France, en s'obstinant à promouvoir une technologie nucléaire qu'il estime dangereuse et obsolète, passe à côté d'une révolution technologique majeure qui a déjà créé 400 000 emplois en Allemagne. [Ci-contre Centrale de St-Alban sur le Rhône - Photo CC JaHovil]

Dans une longue interview réalisée par Vincent Remy, Laponche insiste sur le fait qu'un accident nucléaire majeur en Europe est fortement probable : "vous avez beau multiplier les systèmes de protection, il y a toujours des situations dans lesquelles ces protections ne tiennent pas. [...] On a vu des accidents sans tsunami, ni inondation... [...] On peut aussi imaginer, dans de nombreux pays, un conflit armé, un sabotage."

Aussi sur ddmagazine.com

L'Allemagne championne inattendue d'un passage radical vers l'énergie verte

Jeremy Rifkin : "le nucléaire est mort"

Le nucléaire ou le retour à l'âge de pierre ?

Bernard Laponche dénonce l'imbécillité absolue de chauffer les logements à partir d'électricité produite par des centrales nucléaires "parce qu'on en a trop construit". Il ne voit pas de progrès possible dans une technologie qui est issue des sous-marins américains des années 50. La seule innovation, explique-t-il, celle des surgénérateurs (appelés aussi réacteurs de 4ème génération) est basée sur l'utilisation du plutonium. "Le plutonium est un million de fois plus radioactif que l'uranium, Comment a-t-on pu imaginer faire d'un matériau aussi dangereux le combustible d'une filière de réacteurs exportables dans le monde entier !" s'exclame le physicien nucléaire. (Bernard Laponche a fait une thèse sur le plutonium).

Au modèle centralisé et technocratique français, dont les origines sont militaires, il oppose la transition énergétique vers laquelle se dirige l'Allemagne fondée sur des myriades de petites unités de production, les économies d'énergies, l'adaptation de la consommation à la production par un réseau électrique intelligent (smartgrid).

Laponche dénonce l'arrogance française "d'une petite caste techno-bureaucratique qui a gouverné les questions énergétiques depuis toujours [depuis] les Charbonnages, puis le pétrole, et ensuite le nucléaire". Co-auteur d'un ouvrage magistral "L'électronucléaire en France"(1), ouvrage ancien mais qui n'a pas pris une ride, Bernard Laponche tort le cou à tous les arguments en faveur du nucléaire, de la prophétie d'un retour à la bougie en cas d'abandon, au remède miracle contre le réchauffement climatique.

1) L'électronucléaire en France (Ouvrage collectif CFDT, Editions du Seuil, 1975). Pour la première fois, la technologie nucléaire, les risques des travailleurs du nucléaire et ceux des déchets nucléaires sont expliqués au grand public. Rien de si lumineux n'existait en France auparavant. L'ouvrage été un best-seller, il est trouvable d'occasion sur les sites spécialisés.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.