Rejet de vapeur à la centrale de North Anna et relance du débat nucléaire

mercredi 24 août 2011 Écrit par  rédaction

centrale nucléaire de North Anna après le séisme du 23 août 2011

Le plus fort séisme depuis un siècle qui a frappé la côte Est des états-Unis hier et qui a causé l'arrêt de la centrale nucléaire de North Anna dans le comté de Louisa en Virginie a aussi relancé le débat sur la sécurité nucléaire. Pour l'association Friends of the Earth, "l'événement montre que même les réacteurs en dehors de zones sismiques actives peuvent être dangereux". Pour L'association Beyond Nuclear "une fois encore la nature nous envoie le signe que l'énergie nucléaire est la plus vulnérable". La photo ci-dessus extraite d'un reportage de CNN montre un rejet de vapeur par l'un des deux réacteurs.

La centrale nucléaire située a moins de 20 km de l'épicentre du séisme a été privée de son alimentation électrique extérieure fournie par le réseau public et les systèmes de refroidissement des deux réacteurs (972 MW et 903 MW) ont du être alimentés par les générateurs diesel de secours. Des 5 générateurs qui avaient été inspectés récemment et dont un est tombé en panne quelques minutes après sa mise en route.

Selon l'exploitant et les autorités de sûreté nucléaire (NRC), il n'y a pas de dégât apparent et il n'y a pas eu de rejets de radioactivité autres que ceux générés par les opérations normales de la centrale. La chaîne de télévision CNN a toutefois montré des images de rejets de vapeur (photo ci-dessus), ce qui pourrait indiquer qu'une élévation anormale de la température et de la pression a eu lieu à l'intérieur du réacteur. Selon CNN la porte-parole du comté de Louisa, Amanda Reidebach, a confirmé que la centrale avait bien rejeté de la vapeur mais qu'il n'y avait pas eu de rejet de radioactivité.

le Barrage du Lac AnnaL'exploitant de la centrale a annoncé également procéder à l'inspection du barrage du lac articiel Anna  (à 20 km de l'épicentre). Le barrage constitue le réservoir d'eau de refroidissement de la centrale. Sur la photo ci-contre, prise avec Google Earth, le barrage apparaît au premier plan et la centrale nucléaire est marquée d'un point rouge.