Rénovation thermique : un formidable défi

lundi 10 janvier 2011 Écrit par  Yves Heuillard

renovation thermique de logements

Les lois "Grenelle" imposent la rénovation thermique complète des logements, pour une économie d'énergie de 38% en 2020 et de 70 à 80 % en 2050. Très bien, mais en pratique, comment faire ? Quels chemins pour y arriver ? Une étude complète vient d'être publiée par le Club d'Ingénierie Prospective énergie et Environnement*

La rénovation énergétique dans le parc résidentiel, telle qu’elle est envisagée, s’appuie sur des technologies existantes ou susceptibles d'une large diffusion à court terme : isolation par l’extérieur, isolants thermiques minces, équipements de ventilation avec récupérateur de chaleur sur l’air extrait, pompes à chaleur électrique ou gaz dans le neuf ou en substitution aux chaudières existantes, cogénération à gaz ou à bois, mini- réseaux de chaleur valorisant la biomasse, la géothermie...

Habitat Facteur 4

étude d'une réduction des émissions de CO2 liées au confort thermique dans l'habitat à l'horizon 2050

Couverture Habitat Facteur 4

C L I P, Les cahiers du Club d’Ingénierie Prospective énergie et Environnement, numéro 20 novembre 2010

Auteurs : M. Jean-Pierre Traisnel, Laboratoire : LATTS, UMR CNRS 8134, M. Damien Joliton, énergies Demain, Mme Marie-Hélène Laurent, EDF – R&D, Département ENERBAT, Mme Sylvie Caffiaux et M. Anthony Mazzenga, GDF SUEZ, Centre de Recherche et Innovation Gaz et énergies Nouvelles.

Mais selon l'étude du Clip il est probable que les mesures prévues dans le Grenelle 2, restant basées sur des incitations fiscales, le diagnostic de performance énergétique (DPE) ou l'audit énergétique, ne seront pas suffisantes pour relever ce défi. L’étude publiée dans ce Cahier du CLIP représente une contribution majeure au débat et restera longtemps un document de référence pour toutes les parties concernées.

L'étude est disponible sur le site de l'IDDRI, l'Institut du développement durable et des relations internationales.

On y trouvera en particulier une analyse du parc de logements en métropole, les caractéristiques du parc de résidences principales, les évolutions prévisibles du parc, les consommations d’énergie et les émissions de CO2, la demande d’énergie dans le neuf, la réduction de la demande de chauffage dans le parc existant , les évolutions technologiques prévisibles des dispositifs de chauffage et de production d’ECS, une étude prospective sur la base de quatre scénarios énergétiques, les contenus CO2 des énergies dans les différents scénarios, les problèmes posés par l’ensemble des scénarios, la question de la disponibilité de la ressource en bois.

S'y ajoute une bibliographie importante et des hypothèses de coût de réhabilitation des toitures, murs, planchers, fenêtres, selon l'ancienneté du bâtiment.

* Le Club d'Ingénierie Prospective Energie et Environnement (CLIP )a été créé en janvier 1993. Ses membres actuels sont : l'Ademe, le BRGM, le CEA, le Cirad, le Citepa, le CNRS, le CSTB, EDF, la Fnade, GDF, l'IFP, l'Ineris, l'INRA, l'Inrets, le GIE Recherche PSA Renault, l'ONF, la SNCF et le SNET. Participent au comité de coordination et d'orientation scientifique les ministères chargés de la recherche, de l'environnement, de l'industrie, des transports et du logement, de l'agriculture, ainsi que le Commissariat général du Plan. 

Photos d'ouverture licence CC de Nementosis

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.