Le changement climatique et la Bourse, quel rapport ?

mardi 20 septembre 2011 Écrit par  rédaction

Indice boursier et ploitique environnementale de l'entreprise

Les entreprises ayant une stratégie axée sur la lutte contre les changements climatiques offrent aux investisseurs de meilleurs performances. C'est ce que révèle une enquète du Carbon Disclosure Project.

Les entreprises ayant une stratégie axée sur la lutte contre les changements climatiques ont offert aux investisseurs, entre janvier 2005 et mai 2011, un rendement représentant quasiment le double du rendement total moyen du Global 500, le classement des 500 plus grandes entreprises mondiales en termes de capitalisation boursière (selon l'indice FTSE Global Equity Index Series). C'est ce que révèle l'enquête réalisée par le Carbon Disclosure Project (CDP), intitulée « Accelerating low carbon growth », auprès de 404 des plus grandes entreprises mondiales (soit 81 % des entreprises du Global 500) qui ont bien voulu répondre.  

L'enquête du CDP révèle que 68 % des entreprises interrogées placent la lutte contre les changements climatiques au cœur de leur stratégie, contre 48 % en 2010. Le nombre de sociétés déclarant une réduction de leurs émissions de CO2 est en nette hausse (45 % contre 19 % in 2010). Le rapport élaboré pour le compte du CDP par PwC, cabinet d’audit et de conseil, attribue cette évolution à la sensibilisation accrue des dirigeants au lien entre efficacité énergétique et meilleure rentabilité.

Le secteur des télecommunications et celui de l'énergie sont à la traîne. Parmi les entreprises connues du grand public qui n'ont pas répondu, on trouve Amazon.com et Apple.

Réduire ces émissions, c'est payant

Selon Paul Simpson, CEO du Carbon Disclosure Project : « L'amélioration des résultats des entreprises ayant un excellent bilan carbone indique clairement qu'il est payant de mieux gérer et réduire les émissions de carbone. Il s’agit d’une démarche gagnant-gagnant - le retour sur investissement rapide de nombreuses mesures de réduction des émissions peut contribuer à accroître la rentabilité. Les sociétés qui n'ont pas encore pris de mesures pour lutter contre les changements climatiques devront déployer d'importants efforts pour rester compétitives à mesure que nous nous orienterons vers une économie à faible émission de carbone associée à des ressources de plus en plus restreintes ».

La hausse des cours du pétrole, les risques liés à l'approvisionnement énergétique et la reconnaissance croissante du retour sur investissement des mesures de réduction des émissions ont contribué à l'importance accrue de la lutte contre les changements climatiques aux yeux des dirigeants. Plus de la moitié (59 %) des mesures de réduction des émissions déclarées ont porté leur fruits dans un délai de trois ans ou moins selon les réponses données par les entreprises. Elles comprennent des projets d'efficacité énergétique (construction, entretien et mise en œuvre des bâtiments), des installations à faible intensité carbone et des changements de comportements de la part des collaborateurs. Les mesures visant à les inciter à réduire les émissions sont désormais mises en œuvre par 65 % des entreprises, contre 49 % en 2010.  

Selon Thierry Raes, associé PwC expert du développement durable : « Les changements climatiques font apparaître que la performance financière historique représente un modèle dépassé pour l'évaluation de la croissance et de la rentabilité à long terme des entreprises au regard du large éventail de risques financiers ou non financiers actuels. Nous nous orientons de plus en plus vers de nouveaux modèles de reporting qui présentent de manière plus équilibrée les résultats financiers et non financiers. »

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.