Publicité

Energie

400 GW d'éolien et de photovoltaïque ! Vers le nirvana

montage d'une éolienne à Saint-Aubin en France

L'année dernière, la puissance installée éolienne dans le monde a cru de 10%, celle du solaire photovoltaïque de plus de 40%. 44,7 gigawatts d'éolien et 30 gigawatts de photovoltaïque ont été installés.

Lire la suite

En direct des U.S.A

Dernières brèves

Publicité

Jeremy Rifkin : l’Internet de l’énergie pour sauver le monde

Écrit par : Yves Heuillard dans livresindustrieEconomie le  

Jeremy Rifkin à Paris, le 7 février 2012

Essayiste, spécialiste influent de prospective économique et des questions de l’énergie, président de la Foundation on Economic Trends basée à Washington, conseiller de l’Union Européenne, Jeremy Rifkin propose de nous engager dans une nouvelle révolution industrielle.

La pensée de Jeremy Rifkin est bien loin de se résumer à l’Internet de l’énergie, mais le concept d’un monde où chaque immeuble de la planète peut devenir à la fois consommateur et producteur d’énergie est central dans ce que l’auteur nomme "La 3ème révolution industrielle".

Aussi sur ddmagazine.com

Jeremy Rifkin : "le nucléaire est mort" Jeremy Rifkin à Paris pour lancer "La troisième révolution industrielle"

Rifkin fait reposer son projet de troisième révolution industrielle sur cinq piliers : le passage aux énergies renouvelables ; la transformation des bâtiments en autant de centres de production d’énergie ; le développement du stockage de l’électricité, en particulier sous la forme d’hydrogène pour palier à l’intermittence des sources ; l’utilisation des technologies de l’Internet dans d’un réseau électrique à double sens, de manière à donner à chacun la possibilité d’acheter et de vendre de l’électricité selon les conditions de l’offre et de la demande ; le passage de l’ère du pétrole à l’ère de l’électricité et de l’hydrogène dans les transports automobiles, ces derniers participant aussi au stockage de l’énergie.

De l'ère industrielle à l'ère collaborative

Si vous êtes familiers des problèmes énergétiques et environnementaux, vous ne trouverez peut être pas de nouveautés fondamentales dans les 5 piliers de Jeremy Rifkin. La puissance de la pensée de Rifkin est ailleurs. Rifkin explique comment la première révolution industrielle (le charbon et la vapeur) puis la deuxième révolution industrielle (le pétrole, le moteur à explosion, les télécommunications) ont modelé nos sociétés et nos modes de vie.

Il explique par exemple que, du fait des leurs énormes besoins en capitaux, les entreprises qui ont créé les chemins de fer du 19ème siècle ont donné naissance au système financier capitaliste. Mais il explique aussi que la gestion d’entreprises géantes, fortement hiérarchisées, exigeant des employés lettrés et éduqués capables de lire et de produire des rapports, a conduit à la création de l’école publique, également centralisée, hiérarchisée, fonctionnant comme une usine.

Et finalement comment les intérêts de la sphère politique et de la sphère économique ont convergés, via les mécanismes de lobbying et via des relations incestueuses, en une sorte de pensée unique, pour aboutir à la crise actuelle d’un système centralisé, hiérarchisé, fonctionnant en circuit fermé. Rifkin oppose ce système, hérité du siècle précédent, au système collaboratif né de l'Internet, système qui a donné naissance à Wikipedia, ruiné les majors de la musique, mis en difficulté les groupes de presse. Ce système remplace les gros acteurs de l'économie par des centaines de millions de petits acteurs qui collaborent et constituent ce que l'auteur désigne sous le nom de "pouvoir latéral".

La fin du clivage droite/gauche

Rifkin montre encore comment le système de pensée hérité de la deuxième révolution industrielle est en décalage avec les nouvelles générations. Pour Rifkin, le clivage droite/gauche s’efface en faveur d’une division du monde différente : ceux qui pensent en termes de hiérarchies, barrières, systèmes propriétaires et ceux qui pensent en termes de collaboration, transparence, systèmes ouverts.

Le livre de Rifkin s’articule autour d’une histoire : son histoire personnelle. Il raconte ses rencontres avec Angela Merkel, Manuel Barroso, Romano Prodi, et de nombreuses personnalités politiques de premier plan du monde entier, et aussi avec des dirigeants d’entreprises dans les secteurs de l’énergie, de l’automobile, de la construction…

Cette mise en scène d’un Rifkin au centre du monde pourra apparaître immodeste au lecteur français. En vérité cette approche un peu intimiste nous fait pénétrer dans les coulisses de l’économie et de la politique mondiale avec deux résultats : 1) le livre se lit comme un roman ; 2) le livre nous convainc qu’un changement est en train de s’opérer dans de nombreux esprits et que la troisième révolution industrielle n’est pas une utopie.

Photo DDmagazine : Jeremy Rifkin au Conseil économique social et environnemtal, Paris, le 7 février 2012

Commentaires (0)Add Comment

Ecrivez un commentaire
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy