Carl Honoré : " Faire moins c'est plus "

samedi 17 mai 2008 Écrit par  Alexandra Lianes
carl-honore-1.jpg

Carl Honoré est un journaliste canadien, écrivain, chroniqueur de l'Economist, de l'Observer, du National Post et du Houston Chronicle. Il vit à Londres. Son best-seller, Eloge de la lenteur, a été traduit en trente langues. Il y enquête sur ce mouvement slow qui, en réaction à nos styles de vie dominés par une agitation permanente sans bénéfice objectif, nous invite à nous poser. Carl Honoré a accepté de nous parler du mouvement slow et de nous donner des conseils pour... ralentir. Interview.


Présentez-nous le mouvement slow ?

C'est un grand mot mais je pense que le mouvement slow est une révolution culturelle. Après cent cinquante années d'accélération nous sommes arrivés à un point où la vitesse fait plus de mal que de bien. Je pense que cette culture de la vitesse porte préjudice à notre santé, à notre alimentation, à nos relations sociales, à la qualité de notre travail, à notre environnement, à notre créativité.
Le mouvement slow dit simplement que la vitesse n'est pas un mal en soi et qu'elle peut être appropriée dans certains cas. Mais je pense qu'au XXIe siècle nous devons trouver l'équilibre. Pour vous donner une image, en musique on parle du " tempo giusto ", l'art de trouver de la cadence juste. C'est la même chose pour notre vie : essayons de faire les choses du mieux que nous pouvons plutôt que le plus vite possible.

Les mauvaises langues disent que le mouvement slow est un mouvement de fainéants.

Non bien au contraire. C'est ce que les gens croient. On se rend compte que notre société a créé un tabou très puissant autour de l'idée de la lenteur. Le mot " lent " est devenu un mot sale dans notre culture. Il est associé à la fainéantise, au manque de productivité. Mais le mouvement slow est tout à fait à l'opposé de ces qualitificatifs. Car quand vous ralentissez au bon moment, vous êtes à l'opposé de la fainéantise, vous avez plus d'énergie, vous êtes plus précis et plus productif. En fait, entrer dans le mouvement slow c'est être plus efficace sur le long terme.

Le mouvement slow peut alors s'appliquer à notre vie de tous les jours ?

Le " slow " repose sur une idée très simple qui consiste à chercher la vitesse appropriée à chaque activité que nous réalisons. Notre façon de nous réveiller, de faire l'amour, de marcher, de manger, de regarder la nature...
C'est quelque chose qui peut transformer notre vie. Ce n'est pas une mode dont vous entendez parler dans les journaux et qui ne dure que six mois. C'est bien plus profond. Souvent vous commencer par ralentir dans un domaine de votre vie et c'est le début d'un changement profond dans tous les autres domaines de votre vie.

On peut dire que le slow est un mouvement écologique par essence.

La base du mouvement écologique c'est le constat que nous consommons trop vite. Nous ne pensons qu'à court terme. Le court terme est une autre manière de penser vite. Le « slow » c'est prendre le temps de réfléchir de manière profonde à notre façon de faire : comment nous construisons, comment nous consommons et quel est l'impact de ce que nous faisons. Je pense qu'il y a un lien très étroit entre le mouvement écologique et le mouvement slow.

Le slow est parfois associé à un mouvement anti-moderne.

Souvent les gens s'imaginent que le mouvement slow c'est de vivre tel un moine bouddhiste à méditer, faire du yoga...

" il faut renégocier

notre relation aux

nouvelles technologies,

trouver des moments

pour débrancher

Autour de moi, toutes les personnes qui adhèrent au mouvement slow sont amoureux des nouvelles technologies. C'est extraordinaire que l'on puisse aujourd'hui communiquer aussi facilement avec des personnes se trouvant à des centaines de kilomètres de nous. Mais là encore, c'est notre façon de nous servir de ces nouvelles technologies qui est à revoir.
Je pense que le mouvement slow est encore plus moderne que la vie que nous vivons aujourd'hui qui nous mène droit dans le mur. Quand nous nous demanderons collectivement ce que nous pouvons faire pour être encore plus modernes : la réponse sera la lenteur. Car elle implique un développement durable ; la qualité sur la quantité ; une meilleure créativité. Le slow est sûrement le mouvement le plus moderne qui existe aujourd'hui.

Pour notre quotidien, avez-vous une recette pour nous aider à ralentir ?

Je pense qu'il y a des choses basiques que nous pouvons faire pour ralentir. La première c'est de faire MOINS. C'est contre-culturel car nous sommes sous la pression de faire toujours plus, de tout avoir... Mais faire moins c'est plus ! Concentrez-vous sur les choses qui sont les plus importantes à vos yeux. Et laissez le reste... lâchez prise. C'est la première chose à faire et elle est plus facile que l'on ne le croît à mettre en oeuvre.
La deuxième chose à faire c'est de se déconnecter des nouvelles technologies. On est connecté à notre ordinateur au bureau, à la maison... Cet outil indispensable est devenu un obstacle aux relations humaines. Il faut renégocier notre relation aux nouvelles technologies. Trouver des moments pour débrancher.
Enfin, vous pouvez vous trouver un rituel « slow », quelque chose qui vous invite à ralentir. Vous pouvez par exemple tenir la porte à quelqu'un ou vous trouver une activité (yoga, jardinage, lecture, cuisine), qui vous aide à baisser le rythme.

Est-ce possible et comment ralentir au travail ?

Au travail, on nous demande d'aller toujours plus vite. Mais je pense qu'il est possible de ralentir. La première chose c'est d'en faire moins en refusant par exemple un nouveau contrat lorsque vous êtes travailleur indépendant ou en déléguant.
L'autre chose à faire au travail, c'est prendre des moments dans la journée où vous ralentissez. Vous n'avez pas besoin de vous arrêter une heure pour méditer. Vous pouvez prendre seulement 10 minutes pour aller boire un café loin de l'ordinateur ou pour vous asseoir dans une pièce au calme. Même cinq minutes suffisent pour vous détendre. A votre retour vous vous rendrez compte que vous êtes plus productif.
Il y a encore d'autres choses. Déconnectez-vous complètement de votre ordinateur au moins une fois dans la journée. Eteignez tout, les documents en cours, les emails... Si vous travaillez sur un gros projet. Eteignez tout. Asseyez-vous et prenez le temps de réfléchir. Là encore, ces petites actions permettent d'être plus efficace.

Et une fois le travail terminé, à la maison comment ralentir ?

Souvent, le rythme imposé au travail avec le respect des délais prend le pas sur notre vie personnelle. Les gens rentrent chez eux et font exactement la même chose. Je pense que là encore il faut faire moins. Vous n'avez pas besoin d'inscrire vos enfants à toutes les activités extrascolaires. C'est très bien aussi de passer une journée à la maison ou d'aller pique-niquer. Il n'est pas nécessaire de se surcharger d'activités.
Les technologies ont aussi colonisé nos maisons. Déconnectez-vous, en particulier pendant les repas. Eteignez la télé. Quand vous vous déconnectez de toutes ces activités, vous avez plus de temps pour faire d'autres choses comme par exemple cuisiner en famille ; manger ensemble à table ; de prendre son temps tout simplement.

Aujourd'hui nous voyageons de plus en plus vite, notamment grâce à l'avion. Que faire pour ralentir ?

Quand nous voyageons pour le plaisir, je crois que la meilleure façon de ralentir est, pour commencer, de se réjouir du trajet. Si vous voyagez de Paris à Barcelone, pourquoi ne pas voyager en train ou même en bus ou en vélo ! Réalisez que le trajet devient une partie intégrante du voyage, un moment de plaisir. Vous ne devez pas toujours faire cela, mais envisagez-le quelques fois.
Et une fois que vous arrivez sur place, ne surcharger pas vos journées de visites. Choisissez plutôt deux endroits que vous voulez absolument voir et prenez le temps de flaner entre les visites.
Je pense qu'une partie du mouvement slow c'est de se rapprocher du local – contrairement à la vitesse qui nous engouffre dans le global. Quand nous voyageons vite, tout se ressemble car nous n'avons pas le temps d'apprécier les détails.
L'approche slow nous permet d'user de notre instinct, de sentir l'endroit que nous visitons ce qui le rend différent. Plutôt que de vous loger dans une chaîne d'hotel, pensez par exemple à louer un appartement. Vous pourrez alors aller boire un café et chercher votre baguette chez le boulanger local.

Quelles sont nos habitudes qui sont opposées à la philosophie slow ?

Je crois que le plus flagrant c'est que nous faisons trop de choses en même temps. Nous pensons qu'il est si efficace et si moderne de procéder ainsi. Les recherches montrent exactement le contraire. Le cerveau humain est beaucoup plus efficace lorsqu'il ne fait qu'une chose à la fois. Vous ne pouvez pas être correctement concentré lorsque vous faites deux choses à la fois. Au bureau, les gens téléphone pendant qu'ils tapent un email ou surfent sur Internet. Soyez pleinement présent à ce que vous faites. Faites le du mieux que vous le pouvez et passez à autre chose.

" La télé et l'Internet

sont devenus les trous

noirs du temps"

L'autre chose c'est la voiture. Je trouve que les gens de nos jours conduisent très vite. Cela n'a pas de sens. Pourquoi conduire aussi vite ? Pour arriver le premier au prochain feu rouge ? C'est inutile. Il suffit de réaliser que vous n'arriverez pas à votre prochaine destination plus vite en accélérant et /ou en vous énervant au volant. Relaxez vous et dites vous : « je conduis, j'arriverais ». Enfin, j'en reviens aussi aux nouvelles technologies. Je pense qu'on sur-utilise nos TV, nos ordinateurs... Les gens passent tellement de temps là dessus et disent ensuite : « Oh, je n'ai pas de temps dans ma vie. » La TV et l'Internet sont devenus les trous noirs du temps. Eteignez tout ça et prenez le temps pour faire d'autres choses.

Lorsque vous vous rendez compte que vous allez vite, avez-vous une phrase magique pour ralentir ?

Pendant la journée, de temps en temps, je regarde mon compteur kilométrique, et je me demande : « est ce que je vais trop vite ? Est ce un moment pour aller vite ou est ce que je vais vite juste par habitude ... ? Si je répond à l'affirmative à cette dernière question alors je me souviens de la fable du lièvre et de la tortue.

Le mot de la fin

Il est important de se rappeler que ralentir n'est pas quelque chose que nous pouvons faire vite. Cela prend du temps. Je pense que ce n'est jamais acquis et que c'est un travail de tous les jours. Ctte révolution slow sera lente. Nous parlons de changer des habitudes prises depuis au moins cent ans. Cela prendra du temps mais nous y arriverons.

Pour plus de lenteur :

Le site officiel de Carl Honoré

Slow planet, le site de la révolution lente

L'institut mondial de la lenteur

Slow Down Now ! Institut mondial du faire moins

Down Shifting Week, semaine de la lenteur

Site Français du Slow Food

Eloge de la lenteur, de Carl Honoré

Editions Marabout

Aujourd'hui, la culture est à la rapidité. Mais dans cette course contre la montre, rien ne survit - notre travail, notre santé, nos relations, notre vie sexuelle. Nous sommes si pressés que la personne ou la chose qui nous ralentit représente, d'emblée, l'ennemi à abattre. Tout un courant d'opinion met en question ce culte de la vitesse et réaffirme les vertus de la lenteur. Baptisé " Slow ", il ne prétend nullement qu'il faut tout faire à une allure d'escargot mais souligne que notre qualité de vie passe par un meilleur équilibre entre rapidité et lenteur. L'enquête de Carl Honoré, menée de pays en pays, montre les différentes formes prises par ce phénomène qui touche de plus en plus de monde. Et si un bon usage de la lenteur pouvait rendre nos vies plus riches et plus productives ?

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire lundi 04 octobre 2010 Posté par Jea

    Bonjour. Cela prendra du temps, mais de plus en plus d'éléments nous poussent à  redécouvrir cette façon de vivre.
    Les écoles aussi doivent se remettre en question.
    Les questions de démocratie participative sont aussi fortement importantes.
    Toutes ces idées se conjuguent et se marrient avec le développement durable, la notion de citoyen responsable actif et critique (Belgique, les CRACS !).
    Merci à  ceux qui relaient et amplifient ce mouvement.

    Jea

  • Lien vers le commentaire mardi 09 février 2010 Posté par Martine Benoit

    Bonjour,

    Je veux adopter cette philosophie dans ma vie, mais il faudrait un mouvement sociétaire pour arrivé à  être respecté dans ces limites très humaines et normales. Rien ne va plus! Tous le savont et continuons la course folle à  la quête de performance qui ne nous donne rien de plus au bout du compte. J'adore cette lumière que vous faites sur cette solution incroyable, mais essentielle à  la santé de la société et de soi. Je lirai ce livre, assurément! Je prendrai le temps d'arrêter et vivre aussi, car la vie ce n'est pas qu'une question de performance...

    Merci!
    Martine Benoit

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.