Voiture électrique, combien de CO2 ?

lundi 13 octobre 2008 Écrit par  Yves Heuillard

voiture electrique co2Minnie Watt revient du Mondial de l'Auto émerveillée par les nouvelles voitures électriques. Zéro CO2 disent les vendeurs ; la voiture électrique ne pollue pas, ne fait pas de bruit, ne vous coûte que quelques centièmes d'euros au kilomètre. La panacée. Sauf que Dédé Bisphénol n'est pas d'accord. Voici un extrait de leur conversation. [Dessins : Guille]

Minnie Watt - Mon cher Dédé, c'est décidé, j'achète une voiture électrique, je ne pollue plus la planète !

Dede bisphenolDédé Bisphénol - Euh...

Minnie - T'es contrarié ? Je sais que toi tu roules en diesel, tu peux faire comme moi, si tu veux.

Dédé - Ecoute Minnie, une voiture électrique, il faut bien que tu la branches quelque part, sur une prise de courant. Et le courant, tu crois qu'il vient d'où ?

Minnie - Du réseau électrique, des centrales nucléaires, des barrages, du vent..

Dédé - Et des centrales à charbon, au fioul ou au gaz. Sais-tu que la majeure partie de l'électricité du monde est produite par des centrales à charbon. Et donc quand tu mets des kilowattheures dans ta voiture, une partie est produite par du charbon.

voiture electrique consommation

Minnie Watt - Eh bien qu'à cela ne tienne, je mets des panneaux solaires sur ma maison. D'ailleurs si j'ai bien compris, je peux même gagner de l'argent car je vends mon électricité à EDF 58cts et je la rachète en période creuse à 8 cts. à moi les magasins !

Dédé Bisphénol - D'accord, mais suppose que ta voiture électrique consomme 20 kWh au 100 km. Tu fais 10 000 km par an ; tu dépenses donc...

Minnie - 2000 kWh ! Et j'installe les panneaux solaires en quantité suffisante pour produire cette quantité d'électricité sur mon toit. J'ai déjà fait le calcul, ça fait un peu moins de 15 m² de panneaux.

Dédé - D'accord, tu mets des panneaux solaires sur ton toit, mais si au lieu d'avoir une voiture électrique, tu avais une bonne diesel économique, qui fait du 5 litres au cent, tu pourrais revendre l'électricité de tes panneaux solaires au réseau...

Minnie - Je vois où tu veux en venir. Comme je génère de l'électricité solaire, c'est autant d'électricité qu'EDF n'aura pas à produire...

Dédé - Continue et suppose qu'à EDF, on pense à la planète..

Minnie - Donc EDF arrête une centrale à charbon... Vive Minnie Watt ! Enfin pas une centrale à charbon pour moi toute seule parce que je ne produis pas grand chose, mais quitte à produire moins de kilowatts, autant économiser sur le charbon... parce que c'est ce qui pollue le plus.

Dédé - Suppose maintenant qu'une centrale à charbon génère 1kg de CO2 par kWh . Combien de CO2 tes panneaux solaires ont-ils permis d'économiser ?

Minnie - Facile, je produis 2 000 kWh par an. Je multiplie par 1 kg de CO2 par kWh : ça fait 2 tonnes. Mais maintenant, si j'ai bien compris je marche à pied...

Dédé - Non je t'ai dis que t'achetais une bonne diesel...

Minnie - Eh bien ça revient au même, ma diesel elle pollue !

voiture diesel co2Dédé - D'accord mais si elle produit moins de 2 tonnes de CO2 la planète est gagnante..

Minnie - Oh là là.. c'est horriblement compliqué ! Bon je prends les données du constructeur ; ma diesel fait du 120 g de CO2 par km. Aux cent kilomètres ça ferait 12 kg de CO2 et donc pour 10 000 km, euh... 1,2 tonnes.

Dédé -  Bravo, donc en injectant l'électricité de tes panneaux solaires dans le réseau, tu as fait gagné à EDF 2 tonnes de CO2 et avec ta diesel tu as consommé seulement 1,2 tonnes. Ton "bilan carbone" comme diraient les scientifiques est en faveur de la voiture diesel.

Minnie - Oh que je suis malheureuse ! Et moi qui me croyais super DD. Adieu ma belle voiture électrique.

Dédé - Tout n'est pas perdu, si la voiture électrique de tes rêves est une toute petite voiture qui consomme vraiment très peu, par exemple 10 kWh aux cent kilomètres et que ta voiture diesel est l'une des moins polluantes - disons qu'elle émet 100 g de CO2 aux cent kilomètres, saurais-tu refaire le calcul ? 

Minnie - Tu m'embêtes, je veux une voiture électrique.

Dédé - C'est facile : 10 kWh aux cent, 10 000 km, ça fait 1000 kWh par an. Tu mets deux fois moins de panneaux solaires sur ton toit, et t'émets pas de CO2.

Dédé - Et si tu achètes la diesel à 100 g de CO2 ?

Minnie - Tu me prends pour une cruche, je pollue 1 tonne de CO2 par an, vive la voiture électrique !

Dédé - Et l'électricité de tes panneaux solaires, t'en fais quoi ?

Minnie - Ah oui, je l'injecte sur le réseau, EDF ralentit une centrale à charbon...

Dédé - et économise l'émission de.... 1 tonnes de CO2.

Minnie - Donc le diesel ou l'électricité c'est pareil... tu me sauves la vie !

Dédé - C'est pareil dans le cas limite que je viens de prendre, celui de la comparaison d'une toute petite voiture électrique qui consomme 10 kWh aux cent et d'une voiture diesel à 100 gramme de CO2 par km. Le problème est que les voitures électriques que les constructeurs projettent seront plus proches de 20 kWh aux cent, et que les constructeurs de moteurs diesel savent déjà faire des moteurs qui n'émettent que 70 g au kilomètre... 

Un diesel moins polluant qu'une voiture électriqueMinnie - Tu veux que je te dises, t'es anti-électrique !

Dédé - Tu me connais, je suis surtout pour la planète. En France, mon raisonnement peut se discuter parce que 90% de notre électricité provient de sources faiblement émettrices de CO2. Et le débat pourrait se résumer à celui sur le nucléaire si nous étions assez prétentieux pour croire que l'avenir du monde se joue en France. Les grands marchés automobiles que sont la Chine et l'Inde fonctionnent principalement au charbon... En Europe, notamment en Pologne, en Allemagne, au Danemark, nous fonctionnons encore au beaucoup charbon. Et l'électricité du monde entier sera encore très majoritairement fabriquée avec du charbon dans 20 ans...

Minnie - Et pour bien faire la comparaison entre une voiture diesel et une voiture électrique, il faut considérer que l'électrique sied mieux aux femmes, que ça n'enfume pas les ville, que ça ne fait pas de bruit, que je serais si belle dedans...

Dédé - Je sais que tu es très déçue, mais nous n'avons fait qu'effleurer le sujet. Nous n'avons pas comparé en vrai deux voitures mais juste appris à raisonner, à voir que la voiture électrique a quand même un pot d'échappement quelque part.

Minnie - Et que même dans le cas le plus DD en apparence, celui d'une voiture électrique qui fonctionne avec des panneaux solaires, il ne faut pas considérer le CO2 moyen généré par notre réseau électrique ...

Dédé - "l'intensité carbone du mix électrique" diraient les experts, 

Minnie - ... mais raisonner comme si la voiture électrique consommait de l'électricité produite par la plus polluante des centrales. Je suis un peu déçue, mais pour le coup je me sens cette fois vraiment DD. 

Résumé et commentaires

La voiture électrique consomme de l'électricité, elle même produite par des centrales qui sont responsables d'émissions de gaz à effet de serre et de pollution. A l'échelle individuelle, si on recharge la voiture sur une source d'énergie renouvelable, on ne génère pas de CO2 ( bilan carbone nul). Toutefois, une meilleure stratégie pour réduire les émissions globales de CO2, consiste à affecter l'électricité renouvelable d'abord à l'arrêt progressif des centrales au charbon. Celles-ci sont en effet beaucoup plus polluantes par kWh qu'un moteur diesel embarqué sur une voiture. Pour bien raisonner il faut faire comme si la voiture électrique consommait des kWh en provenance de centrales à charbon, même si elles sont très minoritaire dans le réseau, comme c'est le cas en France.

Ceci ne condamne pas pour autant la voiture électrique. Avec un développement important des énergies éoliennes et solaires, la voiture électrique peut tirer parti de kWh quasi gratuits pendant les pics de production. Ceci nécessite cependant une infrastructure de réseau intelligente.

Cliquez sur la première image ci-dessous pour une synthèse des explications de Dédé Bisphénol 
{slimbox album=|voitures electriques et CO2| title=|Voiture électrique + panneaux solaires : bilan carbone nul - cliquez à droite de l'image pour voir la suite|}images/stories/transports/explications-1.jpg{/slimbox} {slimbox album=|voitures electriques et CO2| title=|Diesel + panneaux solaires : 800 kg de cO2 économisés - cliquez à gauche de l'image pour faire marche arrière |}images/stories/transports/explications-2.jpg{/slimbox}

Le raisonnement développé ici à l'avantage de ne pas considérer le mix energétique du pays dans lequel on se trouve, du moment qu'une partie non négligeable de l'électricité est produite avec du charbon. Dans ce cas, une voiture électrique qui consommerait 10 kWh au 100 serait aussi "polluante" qu'une automobile diesel qui génère 100g de CO2 au km.  L' analyse ne tient cependant pas compte du fait que la combustion du charbon ne libère pas seulement du gaz carbonique, mais des cendres, des métaux lourds dont du mercure et de l'uranium. Par ailleurs l'exploitation des mines, est localement très polluante. 

Dédé Bisphénol considére que les producteurs électriques sont vertueux, ce qui est une utopie. Pour inciter l'exploitant, à réduire la production d'électricité au charbon, la seule solution consiste à fixer un prix au carbone émis et au droit à polluer. Le marché du carbone, permet d'acheter ou de vendre des droits d'émettre du CO2. Grâce au marché, c'est comme si toutes les centrales du monde étaient interconnectées.

Les vrais chiffres

Consommation d'une voiture électrique en kWh.

La consommation de la voiture électrique est un tabou. Les constructeurs donnent une autonomie et non une consommation aux cent km. Il serait pourtant facile de faire subir aux voitures électriques les tests normalisés de consommation en parcours urbain ou en parcours mixte. Eh bien non, cette information n'est jamais publiée. Nous avons estimé de notre côté la consommation des voitures électriques en nous basant sur les résultats du très sérieux concours Progressive Automotive X Prize. 

Le roadster de Tesla Motors, consomme en cycle mixte 17,5 kWh au cent kilomètres (Source Tesla). Cette voiture de 234 chevaux, particulièrement optimisée et onéreuse peut être considérée comme l'état de l'art du moment. Rappelons que dans notre article nous avons pris la valeur de 20 kWh au cent. La petite voiture G-WIZ utilisée par les londoniens, affiche des valeurs entre 16 et 33 kWh au 100 km (typiquement 25 kWh)(5). Point très important, les consommations ou l'autonomie sont en général données sans intégrer l'usage du chauffage ou de la clim. Attention aussi au fait que pour le constructeur automobile la consommation est la quantité d'électricité fournie par la batterie ; hors pour comparer des choses comparables, il faut mesure la quantité d'électricité délivrée par le compteur électrique. 

Notre essai de la Mitsubishi i-Miev, qui n'a rien d'un essai standard confirme cet ordre de grandeur. La petite Renault Twizy, qui sera disponible fin 2011 aura, selon le constructeur une autonomie de 100 Km avec une batterie de 6,2 KW. Ce qui fait une consommation de 6 kWh au cent (depuis la batterie) pour un engin de 450 kg dont 100 Kg de batterie et dont les performances sont celles d'un scooter de 50 cm3. Ceci conforte encore nos hypothèses.

CO2 / kWh - Centrale à charbon

Une centrale à charbon moyenne peut être considérée comme produisant 950 g de CO2 par kWh fourni. (1, 2) En toute logique il faudrait y ajouter les émissions de CO2 générée par l'extraction du charbon, et son transport jusque la centrale, de l'ordre de 8 % de plus, soit 1029 g par kWh (1).

CO2 / Kwh - Automobile diesel

L'automobile diesel européenne produit en moyenne 130 g de CO2. Si on raisonne depuis le puits de pétrole, ce chiffre doit être porté à 160g/km (3) mais précisons que cet article ne se veut pas une analyse du cycle de vie. Les meilleures automobiles diesel, ou diesel-hybrides atteignent des valeurs de CO2 émis par km proches de 100 g (4).

La boite noire électrique européenne

L'intensité carbone du réseau électrique européen est inférieure à 500 g de CO2 par kWh (2) loin devant la Chine (870g/kWh) et meilleure que les Etats-Unis (610g de CO2/kWh). Ces valeurs (source CARMA) ne tiennent pas compte de l'extraction et du transport des matières premières, ni de la construction et du démantèlement des centrales, ni dans le cas du nucléaire du traitement des déchets. Et il s'agit de l'intensité carbone du kWh électrique produit à la sortie des centrales. Il faut aussi tenir compte des pertes dans les réseaux électriques haute tension, moyenne tension et 220 volts qui sont de l'ordre de 8 %. 

Les constructeurs automobile fournissent des chiffres de consommation à partir de la batterie. Il faut également tenir compte des pertes de la conversion courant alternatif / courant continu pour recharger la batterie, et des pertes de la conversion de l'énergie électrique en énergie chimique dans la batterie, probablement de l'ordre de 8 à 10% encore.

Références

1) Valeur moyenne aux Etats-Unis. ENVIRONMENTAL SCIENCE & TECHNOLOGY / VOL. 41, NO. 17, 2007. Paulina Jaramillow, w. Michael Griffin and H. Scott Matthews

2) Cette valeur est confirmée par la base de données CARMA qui recense quelques 50 000 centrales électriques dans le monde.

3) Joined research Centre - European Commission  (Well to  Wheel report et Well to Tank report)

4) 100 g de CO2  au km annoncé pour la petite citadine Toyota IQ. Peugeot a dévoilé un projet de voiture hybride, nommé Peugeot RC Hymotion, avec 4 roues motrices , 200 ch, 109g de CO2 au cent en cycle mixte.

5) Performance data for a Gwiz in London (Sustainable energy without the hot air - juillet 2008)

Egalement sur DDmagazine

Génération hybrides : des voitures moins polluantes

Qui conduira le roadster de Tesla Motors

Qu'est ce qu'un kWh ?

 

 

25 Commentaires

  • Lien vers le commentaire mercredi 12 octobre 2011 Posté par ht

    Cet article est assez vieux mais toujours classé haut dans Google, et toujours d'actualité, je me permet donc un petit commentaire.

    La remise en cause des arguments ecolo-marketting autour de la voiture électrique est intéressante mais il y a cependant quelques arguments discutables dans cet article:

    - Je ne comprends pas l'argument de la boite noire mondiale, il n'a pour moi pas de sens. Si vous achetez une voiture, vous vous intéressez à  l'impact écologique de cette voiture telle que vous allez l'utiliser. Pour nous, français, cela pose l'épineux problème du nucléaire. En cas de sortie du nucléaire, on s'orienterait vers du gaz et à  plus long terme peut être du charbon propre. L'utilisation de voitures électriques en chine est un autre problème, indépendant de celui qui se pose au citoyen-consommateur français.
    - La voiture électrique est faite pour rouler en ville. Un moteur diesel consomme et pollue beaucoup plus en ville, c'est moins le cas de l'électrique (bon rendement à  tout régime).
    - La nuit, l'électricité d'origine nucléaire (et éolienne), est de fait disponible sans surcout écologique et financier.


  • Lien vers le commentaire samedi 14 mai 2011 Posté par yves

    Vous avez raison de dire que l'intensité carbone de la boite noire mondiale va s'améliorer. Mais pas si rapidement qu'on imagine. En 2010, en Europe, on a ouvert plus de centrales à  charbon qu'on en a arrêtées. Je ne parle pas de la Chine où une nouvelle centrale à  charbon est connectée sur le réseau, par semaine.

    Mais ce que nous disons dans cet article, c'est que tant qu'il reste une centrale à  charbon dans le réseau, il vaut mieux affecter l'électricité renouvelable à  l'effacement de la centrale à  charbon, et rouler en diesel, ou mieux en diesel hybride.

    Vous avez aussi raison de souligner les autres avantages de la voiture électrique, dont celui de pouvoir servir de stockage d'énergie sur le réseau. Je vois personnellement un avantage à  la voiture électrique : celui de révêler au monde qu'en ville une micro voiture est suffisante. Ceci nous rapproche de la vérité, à  savoir que nous n'avons pas besoin de voiture en ville, à  la limite une voiture partagée de temps à  autre.

    Quant à  étendre le raisonnement à  d'autres activités, oui, pourquoi pas ; mais pour un four il reviendrait à  dire une évidence : à  savoir qu'il vaut mieux brûler le charbon dans le four que dans la centrale thermique au charbon pour alimenter le four en électricité : c'est 3 fois moins de CO2 !

    Mais ni vous ni moi n'a l'envie de revenir au charbon...

    Merci de votre commentaire.

  • Lien vers le commentaire samedi 14 mai 2011 Posté par Clément

    -Clément : Bonjour monsieur dédé. J'ai trouvé votre raisonnement extrêmement intéressant. Cependant quelques chose me titille. Si je comprends bien, en achetant des panneaux solaires à  2000 kWh/an et en investissant mon électricité à  EDF, je fais économiser 20kg de c02/an. Parfait, c'est une bonne chose. Qu'est ce qui m'empêche d'acheter une voiture électrique à  12Kg de C02/an en la branchant sur EDF? Car l'impact carbone est de toute façon la même que pour votre diesel. Cependant ma boîte noire énergétique va sans doute diminuer avec le temps. J'espère également exploiter la vertu de l'électricité : pollution en ville diminuée car déplacée ailleurs, pollution sonore en moins, trajets courts etc.

    Vous me répondrez qu'ici vous avez comparé le bilan voiture+panneaux solaires. Votre diesel a en effet un bilan carbone plus propre quand il est couplé au panneaux solaires, qu'un véhicule électrique branché directement sur ses panneaux solaires. Dans ce cas, pourquoi ne pas remplacer tous mes appareils électriques, comme mon four à  micro ondes (gros mangeur d'énergie provenant de la boîte noire), par un four diesel ayant un meilleur bilan carbone ?
    En vous remerciant de ces réflexions.

  • Lien vers le commentaire lundi 21 mars 2011 Posté par Botiurhf

    Bonjour, je me penche actuellement sur cette question des rejets de CO2 d'une voiture électrique. Savez-vous combien de Co2 sont rejetés pour la construction d'une batterie ion-lithium de 330volts ? merci

  • Lien vers le commentaire mercredi 21 juillet 2010 Posté par Pouce Pouce

    Je trouve dommage qu'on se limite à  des considérations techniques (performance de moteurs, de centrales etc.) et qu'on néglige un indicateur tout autant mesurable et qui a donc toute sa place dans le débat : la réduction du nombre de voitures en circulation (transport en commun http://www.transport-idf.com, covoiturage http://pouce-pouce.com, autopartage http://annuaire-auto-partage.fr, vélos citadins http://velib.paris.fr etc.).
    Il est certes moins question de technologie que de comportement social, mais tout le monde peu comprendre qu'une personne qui fait du covoiturage ou qui utilise un Vélib plutôt que sa voiture, c'est une voiture en moins sur la route.
    Quelle que soit la quantité de CO2 émise par sa voiture, l'impact correspond à  100% de cette quantité, ce qui est beaucoup plus que quelques grammes de CO2...
    Peut-être serait-il plus simple et plus rapide d'amener progressivement les gens à  prendre l'habitude de voyager à  plusieurs ou de moins utiliser leur voiture, plutôt que de se perdre dans des calculs savants et complexes pour lesquels, on le voit bien ici, il est difficile de se mettre d'accord.

  • Lien vers le commentaire mercredi 14 juillet 2010 Posté par VINCENT_75

    Bonjour,

    Je viens de découvrir avec intérêt et plaisir cette comparaison sérieuse et humoristique. Toutefois je ne vois apparaître nulle part le rendement de charge/décharge des batteries. De mémoire la moitié de l'électricité est perdue lorsqu'on la stocke dans la batterie et la moitié du reste lorsqu'on l'extrait, soit une perte de 75% au total. Cet élément est-il déjà  pris en compte dans les consommations affichées des véhicules électriques ou bien faut-il l'ajouter? Au final cela reviendrait à  multiplier par 4 la consommation en kWh ce qui est loin d'être négligeable. Merci de vos éclaircissements sur ce sujet.

    Vincent

  • Lien vers le commentaire samedi 02 janvier 2010 Posté par jessjack0498

    fabriquer une voiture electrique necessite beaucoup moins de pieces qu'une voiture a moteur thermique et donc beaucoup moins de pollution;)

  • Lien vers le commentaire vendredi 18 septembre 2009 Posté par yves

    Merci de votre commentaire qui donne deux liens vers deux études sérieuses, la première fournissant une analyse du cycle de vie réalisée honnêtement (c'est la seule que je connaisse).
    Le deuxième, l'étude de Greenpeace se place à  l'échéance 2080 avec une disparition des centrales à  charbon en 2050, remplacées par des énergies renouvelables, et là  bien sûr la voiture électrique sera enfin propre.

    Deux points :
    d'abord cet [u]article n'est pas une analyse de cycle de vie[/u]. Il dit deux choses : 1) la voiture électrique n'est pas zéro émission, ni propre comme on veut bien le dire. Dans le monde 40% de http://www.ddmagazine.com/200909171457/Actualites-du-developpement-durable/L-automobile-electrique-roulera-t-elle-a-l-uranium-a-l-energie-solaire-ou-au-charbon.html">l'électricité vient du charbon et les 2/3 de combustibles fossiles.

    2)Tant qu'il existe une centrale à  charbon dans le réseau il vaut mieux utiliser l'électricité issue des renouvelables pour effacer un peu de la production d'une centrale à  charbon, et rouler en diesel, plutôt que de l'envoyer dans une voiture électrique. Ceci avec des voitures de performances comparables.

    Mais de l'étude que vous citez, on en tire les mêmes conclusions. L'étude montre une efficacité de 19 % pour le fioul qu'on "brûle" dans une voiture diesel et de 21 % si on utilise du charbon, qu'on transforme en électricité, pour alimenter un moteur de voiture électrique. Mais ici on raisonne en efficacité énergétique, pas en CO2.

    Maintenant si vous vous reportez à  la page 89 de cette étude, et comparez la colonne "ICEV diesel" à  celle légendée "Indiana BEV", vous voyez qu'il faut mieux rouler en diesel qu'en électrique venant du charbon (en réalité la différence entre les 2 colonnes est un peu plus grande car le charbon ne représente pas 100 % dans la production électrique de l'Inde, mais 76 %). Et donc, la bonne stratégie collective consiste, [u]tant qu'il y a au moins une centrale à  charbon dans le réseau[/u], à  l'effacer par des énergies renouvelables et à  rouler en diesel, plutôt que de rouler à  l'électricité pour effacer de la consommation de fioul dans les voitures.

    Encore une fois, on ne compare pas une voiture à  une autre mais deux stratégies.

  • Lien vers le commentaire jeudi 17 septembre 2009 Posté par OT

    Bilan CO2 Voiture électrique / Voiture à  pétrole :

    WWF - International :
    "En se basant sur le mix électrique moyen tant aux USA qu'en Europe, les données indiquent que la voiture électrique à  batterie à  un bilan CO2 bien meilleur que les voitures thermiques, qu'elles soit alimentées avec du diesel ou de l'essence. Ce résultat devrait éteindre la théorie du "long pot d'échappement" dont l'argument est que l'électricification des automobiles consiste en un transfert d'émissions du véhicule vers les centrales électriques (...)"
    Source : http://assets.panda.org/downloads/plugged_in_full_report___final.pdf (page 89)

    GreenPeace-International :
    "Les voitures électriques sont la meilleure voie pour réduire les émissions de C02 du secteur automobile"
    [url]http://www.greenpeace.org/raw/content/sweden/rapporter-och-dokument/energirevolution.pdf[/url]

  • Lien vers le commentaire jeudi 17 septembre 2009 Posté par yves

    Vous avez bien raison de chipoter, d'autant que vous le faites avec humour. J'ai donc remplacé par "je produis 2000 kWh par an"... Un grand merci cher lecteur.

  • Lien vers le commentaire jeudi 17 septembre 2009 Posté par Chocard

    Quand Minnie dit "j'ai installé 2 000 kWh" ça me rappel le mail d'un BE Thermique en début de semaine m'annonçant une consommation en Watt... ils ont bien été reçu ;)

  • Lien vers le commentaire vendredi 14 août 2009 Posté par yves

    Notre objectif ici est simplement de faire comprendre que le couple voiture diesel + panneaux solaires est plus avantageux que voiture électrique + panneaux solaires et [u]ce tant qu'il existe des centrales à  charbon dans le réseau[/u]. Nous ne démontrons rien d'autre !
    quant aux chiffres que nous indiquons dans la partie [b]Les vrais chiffres[/b] ils sont tous de sources officielles et sérieuses. D'ailleurs mis à  part la consommation de la voiture électrique, nous sommes d'accord sur ces chiffres . idem sur la nécessité de calculer depuis le puits de pétrole ce que nous indiquons de façon chiffrée.

    Sur la voiture électrique, nous prenons le roadster Tesla seul constructeur à  notre connaissance qui publie les tests de consommation d'une autorité officielle sur un parcours mixte. Une berline 5 places même moins puissante, devrait faire bien plus quand on considère le rapport de poids.

    la petite Gwiz londonienne, qui est l'équivalent d'une voiturette sans permis est annoncée pour 15 kwh au cent. http://www.goingreen.co.uk/store/content/gwiz_information/ Nous nous avons pris 20 kWh au cent. Ce qui nous paraît d'autant plus réaliste que les tests sont fait avec des batteries neuves...

    Vous faites un lien vers votre blog, par ailleurs intéressant, que nous publierions volontiers si vous voulez bien avoir la gentillesse de vous présenter. Et ce bien que votre article soit une analyse de cycle de vie, ce que nous ne faisons pas ici. Vous pouvez-nous écrire à  yves at ddmagazine.com .

  • Lien vers le commentaire vendredi 14 août 2009 Posté par _Ulysse_

    Bonjour,

    Votre article qui résume assez bien la problématique contient des erreurs regrettables qui font que le résultat final est hasardeux.

    Déjà  une Voiture électrique ne consomme pas 20Kwh au 100 mais plutôt 12 à  15Kwh.
    Pour la production d'électricité la moyenne en émission de C02 est plus proche de 500g/Kwh que de 700g.
    Pour finir, vous sous estimez nettement les émissions de C02 des voitures thermiques car vous ne tenez compte que des émissions directes (qui sont de zéro pour les VE). Or, là  aussi il y a des émissions indirectes liées à  l'extraction, au transport et au raffinage des carburants. Par ex en france les émissions des VT tout inclu sont en moyenne d'environ 185g/Km de C02.

  • Lien vers le commentaire dimanche 08 mars 2009 Posté par yves

    Votre hypothèse est de dire qu'il faut éliminer le plus cher à  produire. Mais l'objet de cet article n'est pas économique. Nous avons cherché à  savoir quelle est la meilleure stratégie d'équipement autombile pour aboutir à  la moins grande émission en CO2. Nous faisons un calcul en CO2, pas en euros.

    Vous, vous faites une hypothèse purement économique; de là  en découle votre choix de solution énergétique. Jusque là  tout va bien. A ceci près : même d'après la http://www.world-nuclear.org/info/inf02.html" target="_blank">World Nuclear Association les kWh les moins chers sont ceux du charbon quand il est disponible à  proximité. Et puis "pouf" vous concluez que la solution la plus rentable économiquement, le nucléaire selon vous (d'un point de vue comptable donc), est donc aussi la plus écologique. Et là  le raisonnement est fallacieux, puisque dans vos hypothèses précisément l'argument écologique n'est pas présent.

    Donc si on raisonne purement carbone, il faut éliminer le plus polluant, c'est à  dire les centrales à  charbon. Maintenant vous pouvez aller plus loin et promouvoir le nucléaire parce qu'il produit très peu de CO2. Mais c'est un tout autre débat, économique d'abord, écologique ensuite (déchets, risques), et même politique (prolifération, transparence). Ce n'est pas l'objet cet article, qui encore une fois n'est pas un calcul en euros, mais en CO2. Un autre lecteur proposera-t-il de faire un calcul en becquerels ? Tout ça nous fait réflechir et avancer. Merci à  vous.

  • Lien vers le commentaire dimanche 08 mars 2009 Posté par O2

    Votre hypothèse que la production évitée est celle du charbon n'est pas nécessairement tout à  fait exacte. La production évitée correspond à  la plus chère (à  produire) et donc la moins rentable. Sauf artifice politique, on commence donc par l'éolien (sic !), puis le pétrole, et enfin le charbon. Nous convenons ensemble que le kWh évité n'est pas nucléaire, dans la mesure ou il bénéfice du coût de production le plus bas (y compris après prise en compte de toutes les externalités, retraitement, traitement des déchets et démantèlement compris) avec l'hydraulique... et avec un prix du baril qui n'a pas encore (vraiment) explosé. Bref, vous apportez la démonstration qu'il faut faire BEAUCOUP de nucléaire pour que le véhicule électrique soit rentable économiquement et écologiquement. Je partage ce constat.

  • Lien vers le commentaire vendredi 23 janvier 2009 Posté par Minnie Watt

    Apparemment à  entendre les déclarations de nombreux industriels ou dirigeants mâles supposés compter parmi les plus intelligents de la planètre, ils n'ont pas du tout intégré le raisonnement que m'a expliqué Dédé Bisphénol. Oui il faut parfois prendre des chemins détournés pour expliquer des sujets complexes tels que la pollution générée une voiture électrique comparée à  une voiture traditionnelle. Et tant qu'à  faire, en mettant en scène une jolie gonzesse comme moi, soucieuse de sa beauté et de son look et surtout de bien comprendre de quoi il s'agit. Vous avez le droit de ne pas aimer le style, ni la mise en scène, mais de là  à  s'offusquer pour clichés sexistes... Soyons sages, les femmes luttent encore aujourd'hui dans de nombreux pour avoir accès à  l'enseignement. Alors une femme qui comprend des notions de physique et de mathématiques, c'est malheureusement encore quelque chose qui peut faire peur... Nous ne sommes visiblement pas au bout de nos peines....

  • Lien vers le commentaire vendredi 23 janvier 2009 Posté par Pipifarlouz

    Pourquoi faut-il étayer cette démonstration par un personnage féminin, qui comprend, allez, lentement mais sûrement, et qui se retrouve dans la frustration au final, de ne pouvoir être "plus belle dans sa voiture électrique". Je constate hélas, qu'il est aussi difficile de tordre le cou aux clichés sexistes, auprès des acteurs du développement durable. >:(

  • Lien vers le commentaire mercredi 14 janvier 2009 Posté par Dédé Bisphénol

    Vous partez sur une hypothèse qui n'est pas exacte. Vous dites que l'intensité carbone du charbon est de 386 g par kWh. Mais non, référez-vous par exemple à  la base Carma et prenez les indiciations fournies pour la centrale de Weisweiller en allemagne [url]http://carma.org/plant/detail/49187[/url]. vous trouverez 1,027 kg de CO2 par Kwh ( 2 265 livres par megawatt). Soit près de trois fois plus que le chiffre que vous avancez. Nous nous avons pris le chiffre moyen de 950 selon Carma toujours et ENVIRONMENTAL SCIENCE & TECHNOLOGY (voir référence en fin d'article).
    Et bien évidemment sur cette base inexacte vous trouvez un résultat en contradiction avec le nôtre. Ceci étant dit, partir de la valeur energétique du charbon est une bonne idée, mais compliquée. Il faut alors tenir compte de toute la chaîne :
    rendement de la chaudière - rendement conversion thermique / mécanique (il est vrai que les centrales modernes au charbon peuvent dépasser les 50 % de rendement). rendement des alternateurs - pertes dans les réseaux. rendement du chargeur de la voiture qui convertit de l'alternatif 220 en courant continu - rendement de la conversion en énergie chimique dans les batteries, puis de l'énergie chimique en énergie électrique, enfin rendement du moteur électrique.
    Dans notre article nous ajouté quelques éléments d'analyse dite "de la source à  la roue" c'est à  dire de la mine de charbon ou du puits de pétrole jusqu'à  la roue de la voiture". Merci de votre commentaire à  la démarche intéressante.

  • Lien vers le commentaire mardi 13 janvier 2009 Posté par Olivier


    Mix électrique 100% charbon:

    1 kg charbon brûlé = 3400 grammes de CO2
    1 kg charbon = contenu énergétique d'environ 8.8 kWh = 2,64 kWh électrique avec rendement de la centrale de 35% (ce rendement est supérieur à  45% avec les centrales modernes)

    Ce qui correspond à  386g CO2 / kWhe-charbon

    VE consommant équivalent 2 litres aux 100 km = 20kWh aux 100km = 7720 grammes aux 100km = 77,2 grammes / km

    + 10% pour la construction de la batterie avec ce mix électrique 100% charbon = + 7,7 grammes
    + 10% pour les pertes en ligne = + 7,7 grammes

    Total: environ 93 grammes/km

    Cette VE est équivalente à  une voiture thermique qui fait du 8 litres aux 100km compte tenu du rendement 4 fois plus élevé du VE par rapport au véhicule thermique en usage standard.

    1 litre essence brûlé = 3066 grammes CO2
    8 litres essence = 24528 grammes aux 100km = 245 grammes / km

    Même avec un mix électrique 100% charbon, le bilan de la voiture électrique reste largement meilleur à  celui de la voiture à  moteur thermique à  essence (le bilan de la VE reste également meilleur par rapport à  la voiture thermique au diesel, et ceci sans parler de l'impact environnemental désastreux de la production du biodiesel: eau, pesticides, engrais etc.).



  • Lien vers le commentaire vendredi 07 novembre 2008 Posté par lionel gaulier

    j'aimerais avoir un petit avis sur les véhicules hybride(essence ou diesel,pollution des batteries etc ,merci

  • Lien vers le commentaire jeudi 30 octobre 2008 Posté par Marc Mayor

    Malheureusement, la situation est pire qu'en 1960. Dans la zone euro, il y a 50 centrales charbon en construction aujourd'hui (2 ouvrent chaque semaine en Chine.) La France étant exportatrice d'électricité, toute réduction de consommation en France permettrait de contribuer à la disparition d'un de ces projets, avant d'espérer un jour fermer des centrales existantes.

    A l'inverse, toute nouvelle utilisation d'électricité, comme la voiture électrique, ne ferait qu'aggraver l'augmentation en cours. La France réduirait ses exportations à zéro, qui seraient dans la plupart des pays clients (Italie, Allemagne) remplacée par du charbon.

    Dernier élément à prendre en compte : la dernière étude McKinsey estime que le solaire va connaitre une croissance fantastique, qui le mènera à ....3% de la production mondiale d'électricité en 2020. Pas vraiment la solution.

    Or, par le déploiement de technologies propres existantes (bien évidemment avec des normes de pollution en CO" et des bonus malus bien plsu aggressifs qu'aujourd'hui), nous pouvons réduire la pollutions de moteurs pétrol des 260g actuels moyenne mondiale à 50g en 10 ou 15 ans. Même avec un doublement du parc auto, celà ferait une baisse d'émissions de 60% par rapport à l'actuel.

    L'auto produisant 8% du CO2 mondial, ´60% de réduction étant largement supérieur aux résultats escomptés dans les autres catégories, laissons l'auto au pétrol bien régulé et focalisons nos énergies sur l'habitat et l'industrie avec le sentiment d'un travail bien fait.

  • Lien vers le commentaire mardi 28 octobre 2008 Posté par Sébastien

    Je rejoins Néonours: on n'est plus en 1960 aujourd'hui le peut d'électricité produite par du "fossile" est là pour compenser les conso de pointe car on ne peut pas stocker l'énergie produite par les centrales nucléaires.
    Même si la production et l'entretien de motorisation électrique n'est pas sans conséquences, il faut bien que nous arretions d'etre frileux et de jouer le jeux des lobbies diesélistes (dont les émissions ne sont que partiellement étudiées au niveau de la toxicité), sinon on ne verra jamais les modèles évoluer.:)

  • Lien vers le commentaire jeudi 16 octobre 2008 Posté par Dédé Bisphénol

    On ne peut pas raisonner chacun dans son petit coin. Entre les Ardennes et Dusseldorf les centrales thermiques allemandes produisent 100 000 000 tonnes de CO2 par an. C'est pas la Chine. Aux Pays-Bas, 85% de l'électricité vient du fossile, et même les champions de l'éolien, les Danois, produisent 50 % de leur éléctricité avec des combustibles fossiles, majoritairement du charbon. Ne parlons pas des anglais, ni des polonais, champions du genre. Sans rentrer dans le débat du nucléaire, qui n'est pas sans produire du CO2, rouler à l'uranium induit une pollution radioactive, des déchets, et des risques faibles de catastrophes gigantesques. Le voulons nous ?

    Cet article n'a qu'un objectif. Remettre la voiture électrique dan sa vraie perpective et apprendre à raisonner plus loin que le bout de son nez. Là o๠nous nous rejoignons, merci de votre commentaire, c'est sur les pertes dans le réseau électrique ( ce qui militent pour la génération locale) et sur la nécessaire décroissance de l'usage de la voiture. A quoi servirait-il de faire des voitures qui consomment 3 litres au cent, si ce simple fait, la baisse du coût au km, permet de vendre deux fois plus de voitures. Les solutions dépendent en bonne partie de la taxation du carbone. Citons le Danemark o๠la tva sur les voitures est de 200% ( vous avez bien lu).

  • Lien vers le commentaire mercredi 15 octobre 2008 Posté par neonours

    mouai complétement bidon : en France 90% de l'electricité est nucléaire, 5% hydroelectrique, 1 ou 2% de renouvelable et le reste de thermique, et je doute franchement que vendre son electricité renouvelable a EDF fasse baisser la consommation de charbon de la chine

    l'argument ne tient donc pas la route (du moins pas en France ni en citant EDF)

    de plus un tas de petites stations essences avec panneaux solaire aurait un meilleur rendement qu'une enorme centrale solaire qu'il faudrait transformer en haute tension pour acheminer aux quatres coins de la région, et l'intégration dans les villes seraient plus simple.

    en plus ça a le mérite d'être une solution, même si la seule efficace serait la suppression totale de l'automobile

  • Lien vers le commentaire lundi 13 octobre 2008 Posté par Suricat

    Sans compter que dans le calcul de remplacement de la boite noire électrique par les panneaux solaires, il faut aussi prendre en compte la pollution de la fabrication de ces propres panneaux. Sans compter la pollution de la fabrication de la voiture elle-même

    Bref, le bilan carbone à 0 pour la voiture électrique, ce n'est que du marketing !

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.