Le polonium : un élément radioactif au pouvoir mystérieux

jeudi 05 juillet 2012 Écrit par  Yves Heuillard

polonium marie-curie

Le 5 juillet 2012, l'affaire Yasser Arafat, dont on découvre qu'il aurait été empoisonné au polonium remet ce corps radioactif à la une de l'actualité. [En vignette Marie Skłodowska-Curie, qui avec son mari Pierre Curie, découvra le polonium en 1898.]

"Le maniement des corps radioactifs exige en général de grandes précautions, mais elles ne sont pas nécessaires avec le polonium ". Cette phrase est tirée de l'Almanach Hachette de 1952, Petite encyclopédie populaire de la vie pratique, qui consacre deux pages au polonium. Le grand public redécouvre le polonium sous un autre jour, celui d'une substance radioactive hautement toxique,le 23 novembre 2006 avec l'affaire de l'ex-espion russe, Monsieur Alexandre Litvinenko empoisonné(1) par quelque microgrammes(2) de polonium. Le 5 juillet 2012, c'est l'affaire Yasser Arafat, dont on découvre qu'il aurait été empoisonné au polonium qui remet ce corps radioactif à la une de l'actualité.

almanach hachetteVoici un extrait de l'article " Le polonium : un élément radioactif au pouvoir mystérieux ", page 54 de l'Almanach Hachette de 1952 : " on vante la puissance de rayonnement de nouvelles matières qui peuvent traverser de fortes épaisseurs de plomb, mais il est un produit dont on passe le nom sous silence c'est le polonium... C'est une bien faible matière radioactive... dont la plupart des radiations sont stoppées par une feuille de papier. Elle est donc bien inoffensive. [Mais]...ce parent pauvre des corps radioactifs renferme en lui de bien curieuses propriétés qui le rendent assez mystérieux".

Et de décrire les propriétés effectivement étonnante de ce matériau, qualifié d'inoffensif, et utilisé dans l'industrie pour sa propriété de supprimer les effets de l'électricité statique (l'air ionisé par la radiocativité alpha du polonium devient conducteur). Ainsi la vitesse des machines à tisser la soie peut être augmentée grâce à de petites baguettes contenant du polonium placées à proximité des fils. Sans les baguettes, le défilement des fils dans les guides de la machine électrise la soie qui se tord et se casse. Cette idée fut ensuite appliquée aux bandes papiers des téléscripteurs (qui avaient tendance à se déchirer pour les mêmes raisons), et même aux avions à réactions. A 800 km/h les bords de fuite des ailes des avions à Gloster Meteor ou Vampire développaient des charges électrostatiques trop importantes ; elles furent combattues à l'aide d'un vernis auquel on incorpora une assez forte proportion de polonium... Ce qui permit d'augmenter de 50 km/h la vitesse de pointe.

L'almanach Hachette de 1952 rapporte aussi qu'un dépôt de polonium sur les électrodes des bougies des moteurs d'automobiles, améliorait la combustion du moteur et son rendement. Des brosses au polonium, notamment pour les applications de la photographie, ont également été mises sur le marché. Elles évitaient que les surfaces brossées s'électrisent et ré-attirent la poussière qu'elles étaient supposées enlever. Le polonium est également cité pour sa capacité à supprimer les parasites en radio.

L'article conclut en soulignant la contribution des matières radioactives en générale, et celle du polonium en particulier, à rendre plus aisées les travaux pacifiques.

Le polonium

Le polonium est un élément radioactif qui existe à l'état naturel dans des concentrations très très faibles (un milliardième de gramme par tonne). Il provient de la chaîne de désintégration de l'uranium 238, qui passe par le radium 226, le radon 222 et le plomb 210 pour aboutir au polonium 210 lui même se désintégrant en plomb 206 stable (c'est à dire non radioactif).

Le polonium 210 fut découvert par Marie et Pierre Curie en 1898. Le mot polonium a été ainsi choisi en hommage aux origines polonaises de Marie Skłodowska-Curie.

Sa période physique (le temps au bout duquel la moitié des atomes radioactifs s'est désintégrée) est de 138 jours ; ce qui veut dire que sa radioactivité diminue de moitié tous les 138 jours. Il se désintègre en émettant des particules alpha.

Un seul gramme de polonium 210 émet 166 000 milliards de particules alpha par seconde autrement dit il a une activité de 166 000 milliards de becquerels. L'énergie libérée par les désintégrations est telle qu'une capsule contenant un demi-gramme de polonium atteint la température de 500°c (Source Argonne National Laboratory)3.

Aujourd'hui

On sait que le rayonnement alpha émis par les corps radioactifs comme le polonium est un rayonnement ionisant capable de générer des dégâts importants lors de leur interactions avec la matière vivante. Les particules alpha étant stoppées très rapidement par quelques centimètres d'air ou par une simple feuille de papier, il n'est pas dangereux de rester à proximité d'un corps radioactifs alpha comme le polonium 210 (210 qualifie l'isotope, la variante si vous préférez, du polonium le plus courant, celui dont on parle ici). Le compteur Gieger ne le détecte pas. De manière générale le compteur Geiger ne détecte pas la radioactivité alpha, la plus dangereuse quand le matériau radioactif est inhalé ou absorbé dans l'organisme (ici notre article "la radioactivité expliquée pour tous").

Dans le cas de l'inhalation ou de l'absorption dans l'organisme, une partie du polonium se concentre dans le foie, la rate, les reins ou la moelle osseuse avec des effets destructeurs pour les cellules. Le CRIIRAD (commission de Recherche et d'Informations Indépendante sur la Radioactivité a estimé que la dose de polonium qui a causé la mort de Alexandre Litvinenko était de l'ordre de quelques millionièmes de grammes.

Les applications du polonium dans des dispositifs industriels afin d'éliminer les effets indésirables de l'électricité statique sont toujours d'actualité, en particulier dans l'industrie textile et pour la fabrication de brosses antistatiques.

Si vous avez de vieux téléscripteurs dans votre garage, ou de vieux métiers à tisser, il n'est pas impossible qu'il soient équipés de dispositifs à polonium. La demi-vie du polonium 210 étant de 138 jours (tous les 138 jours la moitié des atomes de polonium se transforme en plomb), le risque de contamination est néanmoins infime. Le polonium est parfois mis en cause dans fumée des cigarettes ( voir notre article).

Références

1) selon Scotland Yard

2) selon le Criirad

3) Argonne National Laboratory

Aussi sur DDmagazine

La vérité sur le polonium dans les cigarettes

La vérité sur le Cobalt 60 dans les boutons d'ascenceurs

 

1 Commentaire

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.