Trafic aérien : 3 millions de personnes dans le ciel

jeudi 18 décembre 2008 Écrit par  Alexandra Lianes

trafic-aerien.jpg

C'est la période des grands départs, peut-être êtes vous de ceux qui vont chercher loin le soleil. Un jour de grande affluence, c'est plus de 3 millions de personnes dans le ciel, soit plus de 30 000 vols parcourant plus de 30 millions de kilomètres. Dans cet article, voyez le trafic au dessus de la planète et calculez votre dépense en CO2. L'idée n'est pas de culpabiliser, mais de relativiser.  

Pour comprendre l'ampleur du transport aérien, nous vous proposons de découvrir une vidéo du trafic aérien pendant 24 heures. Il s’agit d’un extrait d’une application développée par des étudiants de la Haute école en Sciences Appliquées de Zurich. Air Traffic permet de visualiser le trafic aérien civil en temps réel au dessus de la Suisse dans l'interface Google Maps. Voir le trafic en temps réel.

[video:http://www.youtube.com/watch?v=o4g930pm8Ms 425x344]

Combien de CO2 ?

Mais au fait, combien de tonnes de CO2 sont générés par un voyage en avion ? Vous trouverez de nombreux outils de calcul sur le web, dont Travel Green, Atmosfair, ou encore Choose Climate. Nous utilisons ici Atmosfair qui tient compte non seulement du CO2 mais également des autres polluants émis par l'avion dont les oxydes d'azote ( NOx) en les transformant en équivalent CO2. Choose Climate fournit des informations scientifiques détaillées et sérieuses, mais son calcul de l'équivalent CO2 des émissions des réacteurs inclut également  la vapeur d'eau (la vapeur d'eau est effectivement un puissant gaz à effet de serre). Nous inclinons toutefois à considérer que si le trafic aérien s'arrêtait, la masse de vapeur d'eau qu'il génère, cristallisée sous forme de glace, se disseperait rapidement. 

Selon Atmosfair, un aller-retour Paris - Bali, c'est 10,2 tonnes de CO2 ;  3,74 tonnes de CO2 pour un aller-retour Paris - New York ; 6,82 tonnes pour un aller-retour Paris-Bangkok ; 620 kilos pour un vol Paris-Madrid ; 1020 kilos Paris-Casablanca ; par passager, bien sûr.

Pour vous donner une idée, un réfrigérateur familial de classe A  produit pendant un an 105 kg de CO2 ( sur la base des infos fournies par les fabricants) ; une voiture moyenne, 1 800 kg pour 12 000 km (150 g de CO2 par km) ; l'électricité ( sans le chauffage) d'une maison moyenne europénne, de l'ordre de 2 500 kg.

Comment compenser ces émissions de gaz à effet de serre ?

Pour compenser votre voyage de fin d'année en amoureux sous les tropiques (entre 6 et 20 tonnes de CO2 pour un couple selon la destination, nous vous proposons par exemple, d'acheter une éolienne de 5 kW (7,6 tonnes de CO2 économisées par an), d'acquérir 30 m² de panneaux solaires (3,8 tonnes de CO2 économisées par an). Si vous changez 25 lampes à incandescence de 100 watts par des lampes fluocompactes, vous pouvez vous offrir, grosso modo, un Paris-Madrid à deux.

D'autres idées pour compenser : vous vous rendez à votre travail à 25 km de voiture chaque jour. Si vous optez pour le covoiturage avec deux autres personnes, ou si vous prenez les transports en commun*, vous économisez 1 100 kg par an. [* 53 g /km selon le calcul de l'entreprise de transport oublic belge STIB].

Dans nos calculs nous avons considéré que l'énergie électrique économisée sert à ne pas faire fonctionner une centrale à charbon. Pour une explication de ce raisonnement nous vous invitons à lire notre article " Voiture électrique, combien de CO2 ? "

Gloablement, vous aurez compris que les émissions d'un vol long courrier ne sont pas faciles à compenser. Bien sûr nous n'allons pas nous priver du voyage aérien ; cet article sert simplement à mettre en perspective l'impact environnemental de nos voyages. Néanmoins, ces chiffres peuvent nous inviter à la modération. Dans le cadre professionnel, vous pouvez tester la vidéoconférence (voir notre article).  D'après un sondage réalisé par TNS, les déplacements profesionnels sont en baisse : 40 % des personnes interrogées privilégient plus fréquemment la téléconférence et 30 %  le télétravail. Et à défaut de préférer la Baule à Bali, vous pouvez aussi partir un mois en vacances plutôt que deux fois 15 jours.

Pour aller plus loin

Bureau of transportation statistiques ; informations statistiques sur les voyages aériens (trafic aérien, consommation de carburant et coût…)
Enviro Aero : les impacts de l'aéronautique sur l'environnement
International air transport association

A lire aussi sur DDmagazine : 

Un airbus équipé de piles à combustible

Le tourisme responsable en pratique

Les dirigeables : alternative aux avions de ligne ?

Vols solaires autour du monde

Adobe ConnectNow : travailler ensemble à distance

Déplacements professionnels en baisse, télétravail et téléconférences en hausse

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.