Charal demande que la vidéo "horreur dans les abattoirs" soit retirée du web

lundi 31 août 2009 Écrit par  Yves Heuillard
Suite à la diffusion par l'association de protection des animaux L214 d'une vidéo tournée dans les abattoirs de Charal visant à montrer le non respect de la réglementation en vigueur, la souffrance des animaux et des morts insoutenables, Charal reconnait l'origine des images, explique que les animaux ne souffrent pas et demande à ce que les images soient retirées des sites internets.

Selon L214, pour l'abattage standard, les bovins sont étourdis puis suspendus à la chaîne d'abattage, mais au lieu d'être immédiatement égorgés comme l'exige la réglementation (1), l'employé chargé des mises à mort accumule du retard ce qui entraîne une reprise de conscience des animaux avant leur égorgement. Concernant l'abattage rituel (sans étourdissement préalable à l'égorgement), la vitesse de la chaîne d’abattage est inchangée par rapport à l'abattage standard (entre 50 et 60 bovins à l’heure). Cette cadence ne permet pas d’attendre le temps nécessaire à une saignée complète dans le tonneau à contention. Pourtant la réglementation exige que « l’immobilisation [soit] maintenue pendant la saignée. » (2)

Sur son site L214 montre des images insoutenables. Les bovins meurent en toute conscience, suspendus par une patte à la chaîne d'abattage. L'enquêteur a pu constater que ces infractions étaient répétées et quotidiennes. L'association dénonce les mensonges de Charal dont elle rapporte les termes d'un courrier pour lui motiver un refus de visite : " Notre groupe a fait de la protection animale, un volet central et spécifique de sa politique de qualité, qui va au-delà des exigences actuelles et préfigure les évolutions réglementaires.".

L'enquêteur a également pu constater le changement momentané des pratiques de l'abattoir à l'occasion d'un audit mené par McKey, le fournisseur des steaks chez McDonald's. L214 s'étonne par ailleurs de l'absence de réaction des Services vétérinaires pourtant présents en permanence dans l'abattoir.

Pour Charal les animaux sont inconscients. L214 maintient sa position.

Dans un communiqué rédigé pendant le week-end Charal dit comprendre que les images d’abattage de bovins puissent choquer un public non averti et notamment des enfants ; elle demande dans ce sens que cette vidéo clandestine soit retirée des sites internet. Par ailleurs, l’entreprise condamne la violation de son site et l’utilisation d’images coupées, accompagnées de commentaires partisans insinuant un manquement à la législation en vigueur sur l’abattage et le respect des animaux qui mettent en cause à tort notre société et ses personnels.

Charal précise que le travail en abattoir est difficile et dur. Charal a conscience que les images tournées sont bouleversantes pour de nombreuses personnes et comprend tout à fait le choc que celles-ci peuvent provoquer pour quiconque n’est pas habitué à voir les pratiques de ce métier.

Toujours selon Charal, la vidéo diffusée mélange des scènes d’abattage standard ainsi que des scènes d’abattage « rituel » pour la viande destinée aux communautés musulmane et juive selon les règles Hallal et Cacher : "les règles et procédures pour ces deux abattages sont distinctes. L’abattage dit « standard » consiste à immobiliser l’animal, l’étourdir - il est alors inconscient - puis à le suspendre afin de pratiquer la saignée et le vider de son sang. Lors de l’abattage « rituel » les animaux doivent être conscients lors de la saignée. Après la saignée certains animaux inconscients peuvent manifester des mouvements gesticulatoires plus ou moins importants qui sont difficiles à regarder. Ces mouvements sont des reflexes que l’on constate chez beaucoup d’espèces animales telles que la poule, le canard, les lézards, et qui n’expriment en aucun cas des signes de souffrance".

L214 maitient que les signes de rétablissement de la conscience sont clairs. D'après l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (4), les signes de rétablissement de la conscience sont les suivants : respiration rythmique réflexe cornéen pupilles resserrées réflexe de redressement tentatives de soulèvement de la tête retour de rigidité dans les oreilles.  Pour L 214 sur les images, on peut clairement constater les tentatives de redressement et de soulèvement de tête. Il est possible de comparer avec d'autres abattoirs. On peut y voir les réflexes de type épileptique des animaux après la trépanation mais pas de reprise de conscience sur la chaîne d'abattage. Voir l'extrait à 1 min 30 sec d'une vidéo d'abattage de bovins tournée en 2007. (6) L214 maintient donc que les animaux reprennent conscience sur la chaîne d'abattage.

1) Article R214-71 du Code Rural.
(2) Article R214-74 du Code Rural.
(3) Télécharger la lettre de Charal du 15 juin 2009.
(4) EFSA, Opinion of the Scientific Panel on Animal Health and Welfare (AHAW) on a request from the Commission related to welfare aspects of the main systems of stunning and killing the main commercial species of animals, 2004, pp. 42-43.

Aussi sur DDmagazine

Une vache combien de CO2 ?

Que diriez-vous d'une glace au lait de femme ?

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire dimanche 13 juin 2010 Posté par Amandine Jade

    C'est vrai qu'il y a de quoi devenir végétarienne. L'important n'est pas ce que nous ressentons, mais ce que l'animal ressent. Il ne faut pas croire que l'abattage après étourdissement soit la meilleure solution. L'abattage rituel selon la méthode juive est intéressant parce qu'il cherche à  minimiser la douleur des animaux. Cela demanderait des cadences plus faibles, des ouvriers plus qualifiés, la viande couterait plus cher, on en mangerait moins, mais au moins l'anumal souffrirait moins.
    voir shehita sur wikipedia

  • Lien vers le commentaire dimanche 13 septembre 2009 Posté par maes

    Les indiens en Amazonie sont moins barbares mais ils mangent beaucoup moins de viande et ils sont ainsi en meilleurs santé morale et physique même sans soins!!;D

  • Lien vers le commentaire mardi 01 septembre 2009 Posté par Mady

    Je n'avais jamais vu de telles horreurs. Cette vidéo a le mérite de nous mettre face à  la réalité et à  la cruauté de l'homme. Lorsque je l'ai vu ça m'a bouleversé au point que j'ai décidé de ne plus manger de viande.

  • Lien vers le commentaire lundi 31 août 2009 Posté par Philippe Betschart

    Ses images sont effectivement horribles, mais je pense que notre sensibilité d'homme du 21em siècle (sensiblerie) ne veut pas savoir ce qui ce passe dans les abattoirs ; on manger volontiers de la viande, mais surtout cachez nous ça.
    Ce qui fait L214 est surement louable, mais je pense que c'est vain. On abondons nos vieux dans des hospices insalubres, par ce que l'on ne veux pas voir la maladie, alors les conditions des vaches de boucherie tout le monde s'en fiche (ou plutôt personne ne veux savoir) tant que l'on à  notre viande chez le boucher.
    L'effet de "volume" d'un abattoirs donne cet effet d'horreur, mais souvenez vous des petites grand mère qui saignaient les lapins en leur arrachant un œil ... l'industrie est souvent mois cruel.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer votre nom.
Le code HTML n'est pas autorisé.